L'oeil de Caine

L'ouvrage:
Une nouvelle émission de télé réalité va être tournée. Elle s'appellera L'Oeil de Caine. Chaque candidat devra, au final, dévoiler le secret qui ronge sa vie.
Les choses se compliquent lorsque le bus qui transporte les participants vers le lieu où sera tournée l'émission est attaqué. Le chauffeur est tué, et les passagers sont neutralisés. Ils finissent par se réveiller dans une chapelle en plein désert. Seul, Thomas Lincoln se souvient de l'attaque du bus.

Critique:
J'ai un sentiment mitigé quant à ce livre. J'ai aimé le lire, j'ai passé un bon moment. J'ai même aimé la fin.
Seulement, cette fin, le lecteur avisé s'en doutera. L'auteur n'avait pas beaucoup de choix, il était allé trop loin, et n'avait que deux fins possibles. L'auteur parvient à surprendre un peu son lecteur par la soudaineté avec laquelle la chute arrive, mais comme on s'y attend, on est qu'à moitié étonné.
En outre, le livre démarre un peu lentement.

Attention! Si vous n'avez pas lu le livre, passez au paragraphe suivant.
Il y a des incohérences de scénario. Il faudrait relire le livre pour en être absolument sûr, mais... Si le faux embrasement de Cecil est expliqué, le faux meurtre de Francky ne l'est pas. Thomas le voit se faire assassiner par Seth, or, il découvre plus tard que Seth, c'est Francky.
De plus, on ne sait pas vraiment qui est la voix qui parle à Seth. Cela pourrait être sa voix intérieure, ou plutôt une autre de ses personnalités, ce qui expliquerait que le lecteur croie vraiment avoir affaire à deux personnes. Mais c'est peu vraisemblable, parce qu'en général, deux personnalités d'un schizophrène ne se côtoient pas. En plus, je crois qu'à un moment, la voix frappe Seth ou quelque chose de ce genre.

Les relations entre des gens livrés à eux-mêmes, et ayant tous des caractères très différents sont bien analysées. Mais on ne peut s'empêcher de penser qu'en ces circonstances, cela ne peut tourner qu'ainsi. C'est vu de manière juste, mais c'est prévisible.

Les personnages sont intéressants, sauf Pearl qui est juste pénible.
Thomas interpelle le lecteur parce qu'il n'est pas parfait. Il a commis des erreurs, s'est même sabordé, mais il a souvent voulu bien faire.
Cameron est casse-pieds. À part la brutalité et la violence, rien n'attire l'attention du lecteur chez lui. Je suppose que c'est le même Cameron que dans «Monster», écrit après «L'oeil de Caine», si j'ai bien compris. Il s'est bonifié dans «Monster», car ici, il est absolument détestable. On dirait que son cerveau a la taille d'une cacahuète.
Quant à Elizabeth, c'est la gentille, celle à qui le lecteur s'attache le plus parce qu'elle est ouverte, tolérante, et tente d'aller de l'avant. Je pense qu'il faut une personne à laquelle le lecteur s'attachera ainsi dans chaque livre, sinon, il aura du mal à y adhérer. Bien sûr, Thomas est sympathique aussi, mais moins qu'Elizabeth.
Concernant Seth... c'est peut-être le plus complexe du roman. Mais je ne peux pas trop en dire sous peine de dévoiler des moments clés de l'intrigue.

Éditeur: Albin Michel.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Manuella Bezzi pour la Bibliothèque Braille Romande.

Acheter « L'oeil de Caine » sur Amazon