Aujourd'hui, c'est Yves Mugler, comédien, qui répond à mes questions.

Avant les questions, voici un commentaire du comédien que je trouve particulièrement pertinent:
"La voix est un domaine aussi vaste qu'insoupçonné et il y aurait énormément de choses à raconter au sujet de ses répercutions dans la vie quotidienne de chaque individu."

La Livrophile: Racontez votre parcours. Comment en êtes-vous arrivé à enregistrer des livres audio?

Yves Mugler: J'ai commencé à utiliser ma voix à la Radio en 1981, suivant les conseils de Jean-Luc Gallini (RMC) et Ann Sorel (France Inter) qui m’ont successivement formé aux techniques vocales. J'ai travaillé pendant plusieurs années comme animateur-présentateur, avant de me consacrer à la réalisation de Voix-Off pour des programmes audiovisuels, des bandes-annonces à la télévision, des doublage de films, des messages publicitaires…

En parallèle, passionné par l'interactivité vocale, j’ai aussi dirigé un programme national de recherches linguistiques en collaboration avec le Centre National des Etudes Téléphoniques (CNET), pour lequel j'ai produit les premiers « vocabulaires français de reconnaissance vocale».

L: Excusez mon ignorance, mais je ne connais pas les "Vocabulaires français de reconnaissance vocale". Qu'est-ce que c'est?

Y. M.: Les vocabulaires de reconnaissance vocales sont utilisés dans le fonctionnement des serveurs vocaux interactifs.
Lorsque vous appelez un "audiotel" (commençant généralement par 36), vous pouvez accéder à des informations vocales en navigant dans le service à l'aide des touches de votre téléphone ou en prononçant certains "mots-clefs" qui font partie d'un vocabulaire prédéterminé. Pour qu'un tel serveur puisse reconnaître le mot "sommaire" par exemple, il est nécessaire d'apprendre ce mot à la machine. Ainsi, sur la base de cette acquisition de connaissance, le serveur sera ensuite en mesure de re-connaître le mot "sommaire" lorsque l'utilisateur le prononcera au téléphone et agir en conséquence. Les vocabulaires sont construits à partir de l'enregistrement d'un panel de "locuteurs" auxquels on a demandé de prononcer certains mots choisis. La difficulté réside dans l'échantillonnage des locuteurs qui doivent être sélectionnés en fonction de leurs accents pour représenter l'utilisateur lambda. Ma collaboration avec le CNET a consisté à créer une carte des accents français, en partenariat avec des universitaires, et à prendre en charge la production (acquisition) de ces premiers vocabulaires.

En 1992, j’ai quitté Paris pour revenir vivre en Provence et c'est  à cette époque que les Editions VDB m'ont contacté pour interpréter le tout premier livre audio de leur production : "Disparue dans la nuit" de Yann Queffélec.

L: Tiens, je croyais que "Disparue dans la nuit" était sorti après... Je veux dire, il me semblait que ce titre était sorti un ou deux ans après que les éditions VDB ont commencé à faire paraître des livres en audio... En tout cas, c'est bien le premier livre interprété par vous que j'ai lu.

Y. M.: Il se peut que les éditions VDB aient effectivement commencé l'activité des livres audio avant la parution de "Disparue dans la nuit", mais, à ma connaissance, les enregistrements étaient auparavant réalisés dans un studio extérieur. Je crois me souvenir que c'est à partir de "Le bonheur en Provence" de Peter Mayle que la totalité de la production a été prise en charge par les éditions VDB. Mais il faudrait poser la question à Christine Van Den Bosch pour plus de précisions.

L: Quel âge avez-vous?

Y. M.: Je suis né le 25 janvier 1963.

L: Pour vos lectures personnelles, avez-vous une préférence pour un genre de livres? De même, y a-t-il un genre de livres que vous n'aimez absolument pas?

Y. M.: Personnellement, je suis plutôt attiré par des ouvrages portant sur la philosophie, mais en ce qui concerne les romans, j'ai une préférence pour les ouvrages qui sollicitent l'imaginaire et stimulent les émotions, dans lesquels l'auteur est suffisamment habile pour ne pas tout révéler, ne pas tout expliquer de façon systématique et ainsi me laisser suffisamment de liberté pour me permettre de compléter ce qui est évoqué avec ma propre vision des choses.

Quelques titres qui m'ont marqué :  "L'ombre du vent" de Carlos Ruiz Zaf?n, "Autobiographie d'une courgette" de Gilles Paris, "Ensemble, c'est tout" de Anna Gavalda, "Le soleil des Scorta" de Laurent Gaudé...

L: Si un livre ne vous tente pas, acceptez-vous tout de même de l'enregistrer? Pouvez-vous donner un ou plusieurs exemples?

Y. M.: Jusqu'à présent je n'ai jamais refusé d'interpréter un livre, même si parfois certains d'entre eux m'inspirent plus que d'autres. Mon rôle d'interprète consiste avant toute chose à être le "porte-parole" d'un auteur, quel que soit son talent. Aussi, lorsqu'un ouvrage me tente moins, mon travail de préparation devient plus conséquent en ce qui concerne le "domptage" du texte pour réussir à l'intégrer en dépit de mes aspirations ou de mes goûts personnels. Le but du jeu étant de devenir son plus fidèle représentant vis-à-vis de l'auditeur. Ce n'est pas facile, mais toujours très intéressant.

L: Est-il arrivé qu'un livre à enregistrer vous tente, puis qu'après avoir approfondi, vous le trouviez beaucoup moins à votre goût? Pouvez-vous donner un ou plusieurs exemples?
A l'inverse, un livre qui ne vous tentait pas s'est-il révélé bien plus plaisant que prévu? Pouvez-vous donner un ou plusieurs exemples?

Y. M.: Il m'est difficile de répondre à cette question. Certains auteurs ont un style qui supporte avec plus ou moins de bonheur le passage de l'écrit à l'oral. Un même texte n'aura pas le même impact selon qu'il sera lu ou entendu... D'autre part, le lecteur (qui est actif) a des attentes différentes de celles de l'auditeur (qui est réceptif). Mon rôle d'interprète consiste donc à traduire au mieux la charge émotionnelle qui est véhiculée par l'écrit (intellect) dans une version sonore communiquée par la voix (émotionnel).

Il me semble surtout que la réalisation d'un ouvrage audio devrait obligatoirement passer par une phase d'adaptation, comme c'est le cas lorsqu'un film est réalisé à partir d'une oeuvre littéraire, réalisée en amont avec l'accord et la collaboration de l'auteur. Malheureusement, cette exigence artistique est rarement appliquée par les éditeurs de livres audio en raison des coûts de production qui seraient alors bien trop importants.

C'est donc à l'interprète que revient la tache d'effectuer cette transposition, avec toutes les limites que cela implique lorsque le texte doit être interprété dans son intégralité. C'est à ce niveau que l'on distingue la lecture de l'interprétation.

L: Je suis d'accord avec vous en ce qui concerne la phase d'adaptation qu'il devrait y avoir pour un ouvrage destiné à être enregistré. Je ne sais pas trop ce qui pourrait être adapté... par exemple, il faudrait peut-être un comédien par personnage, puis un comédien qui ferait le narrateur (s'il n'est pas le personnage principal). Mais tout cela doit être coûteux et dur à mettre en place. Les éditions Livraphone le faisaient avant, mais plus maintenant.

Y. M.: Oui, et même au delà... Imaginez un livre où (par exemple) tout ce qui est écrit concernant le sens de l'ouïe soit supprimé et directement illustré en matière sonore... Ce serait tellement plus évocateur, mais pourrait-on alors toujours parler de "livre" audio ?

L: Madame Van Den Bosch m'a expliqué que vous aviez un mois pour vous approprier un livre avant de l'enregistrer. Pendant ce mois, le lisez-vous plusieurs fois? Lisez-vous des passages à haute voix chez vous? Vous imaginez-vous facilement les personnages?
Expliquez votre démarche, vos habitudes.

Y. M.: Personnellement, je lis chaque livre plusieurs fois avant de l'enregistrer afin de me familiariser avec l'histoire, avec le style de l'auteur et pour mieux définir le caractère des personnages... Je lis une première fois le livre mentalement, comme tout le monde, simplement pour découvrir une nouvelle histoire. J'effectue ensuite une deuxième lecture au cours de laquelle  je prends des annotations personnelles à même le livre (tournures de pages, surlignage des dialogues, humeur des personnages...). A la troisième lecture, qui se fait en partie à haute voix, je cherche à m'imprégner du style de l'auteur, à me laisser porter par le rythme de son récit pour mieux en ressentir ses "respirations". Quitte à adapter quelques ponctuations écrites dans un style "parlé"... Au cours de la quatrième lecture, je "découpe" le texte en séquences, auxquelles j'attribue un titre indicatif qui me permettra de replonger instantanément dans le contexte du récit lors de l'enregistrement (une ambiance, une tonalité particulière...). Enfin, durant les quelques jours qui précèdent la séance d'enregistrement en studio, je travaille chaque séquence en les piochant au hasard (parfois plusieurs fois), sans obéir à la chronologie linéaire du récit.

L: Vous est-il déjà arrivé d'interrompre la lecture d'un livre à enregistrer quelques minutes, car un passage vous émouvait ou vous choquait trop?

Y. M.: S'il m'arrive d'interrompre la lecture d'un livre à cause d'un passage émouvant ou choquant, cela se produit pendant la période de préparation, car les lectures successives émoussent inévitablement le déroulement de l'histoire qui surprend de moins en moins... Pourtant, il est nécessaire de conserver ses émotions pour les faire resurgir "heureusement" au cours de l'enregistrement et  communiquer l'impact émotionnel original à l'auditeur qui, lui, découvre le texte pour la première fois.

Cependant, il arrive que l'enregistrement soit interrompu à cause de la tension du récit (ou de son contenu), qui peut engendrer d'énormes crises de fou-rires entre le comédien et l'ingénieur du son et qui, mises bout à bout, pourraient constituer un savoureux "bêtisier"...

L: Faites-vous particulièrement attention à ne pas abîmer votre voix dans la vie de tous les jours?

Y. M.:L'interprétation d'un livre audio sollicite énormément les cordes vocales, six heures par jour, parfois pendant plus d'une semaine. Il s'agit d'un travail d'endurance au cours duquel la gorge subit des tensions particulières, avec des répercutions possibles sur d'autres parties du corps. Personnellement, je pratique le chant harmonique pour entretenir ma voix et faire mes gammes... La sphère ORL est très complexe, alors je reste vigilant au quotidien sur tout ce qui concerne le nez, la gorge et les oreilles. Un simple rhume est pour moi un ennemi redoutable!

L: Si ce n'est pas trop indiscret, quelles sont les précautions que vous prenez quant au nez, à la gorge et aux oreilles? Je suppose que vous faites des lavages de nez quotidiens... des nettoyages d'oreilles quotidiens aussi, mais après...

Y. M.: A part les lavages réguliers, je fais des cures préventives homéopathiques au printemps et à l'automne, j'ai en permanence dans ma pharmacie des solutions buvables d'argent et de cuivre (en cas d'alerte) et, lorsque j'enregistre un livre audio, je prends de l'homéovox en préventif.

L: Fumez-vous? (A vous entendre, je pense que non.)

Y. M.: Ne pas se fier aux apparences, je suis fumeur... 

L: Il me semble qu'en ce moment, on vous entend moins. A mon avis, c'est dommage. Etes-vous moins disponible?

Y. M.: Je donne toujours dans mon emploi du temps la plus grande priorité aux livres audio, car je souhaiterais en faire davantage, mais ce sont les éditeurs qui décident des rôles en fonction de leurs besoins et de l'avis des auditeurs.

L: Quelles sont vos autres activités impliquant la voix?

Y. M.: Outre l'interprétation de livres audio, j'interviens pour la radio, la télévision et les applications multimédia dont le contenu nécessite l'intervention d'une voix. Il s'agit essentiellement de narrations et de commentaires, et je garde ma préférence pour tout ce qui touche à l'information, la formation, l'éducation.

L: Quels sont vos centres d'intérêt à part la lecture?

Y. M.: La photographie. Plusieurs expositions à mon actif et un livre sur "Le Mausolée du Maréchal de Saxe" (éditions Hirle).

L: Quelle est votre devise dans la vie?

Y. M.: Aucune.

L: Y a-t-il quelque chose que vous souhaiteriez ajouter?

Y. M.: Vous remercier pour l'intérêt que vous portez à mon travail depuis plusieurs années, pour votre fidélité, et vous féliciter pour la fraîcheur du blog que vous avez créé.

Voici la liste des livres enregistrés par Yves Mugler:
1995:
Disparue dans la nuit: Yann Queffélec

1996:
Une année en Provence: Peter Mayle
Provence toujours: Peter Mayle
Guernica: Pierre Magnan (Nouvelle tirée du recueil "Les secrets de Laviolette".)

1997:
Votre très humble et très obéissant serviteur: Henri Troyat
Julie de bonne espérance: Jean-Guy Soumy
Les pages de notre amour: Nicholas Sparks (avec Frédérique Ribes)
Les aventures de Jehan de Montpéril: Serge Brussolo:
1: Le château des poisons
2: L'armure de vengeance

1998:
La nuit du Titanic: Walter Lord
L'amour n'en vaut pas la chandelle: John Gardner (Nouvelle tirée du recueil "Meurtres et passions".)
Argile rouge: Michael Malone (Nouvelle tirée du recueil "Meurtres et passions".)
Un vrai crime: Donna Tartt (Nouvelle tirée du recueil "Meurtres et passions".)
Un enfant trop curieux: Joseph Joffo

1999:
Encore un baiser: Daphné Du Maurier (Nouvelle tirée du recueil "Les oiseaux".)
Le chemin de Fontfroide: Yves Viollier
Les gens de Saint Libéral: Claude Michelet:
1: Des grives aux loups
2: Les palombes ne passeront plus
3: L'appel des engoulevents
4: La terre des Vialhe

2000:
Le bonheur en Provence: Peter Mayle

2001:
Un souper de neige: Jean Anglade
Ce que vivent les hommes: Christian Signol
1: Les noëls blancs
2: Les printemps de ce monde
L'apparition (avec Véronique Groux de Mieri)
Rendez-vous sur l'autre rive

2002:
La classe du brevet: michel Jeury
Où es-tu: Marc Lévy (avec Frédérique Ribes et Véronique Groux de Mieri)
Ce soir, je veillerai sur toi: Mary Higgins Clark
L'idée d'Agile: Gilbert Bordes (Nouvelle tirée du recueil "Dernières nouvelles de la Terre".)
Aventures dans la France gourmande: Peter Mayle

2003:
Les enfants de la patrie: Pierre Miquel:
1: Les pantalons rouges
2: La tranchée
3: Les serment de Verdun
4: Le chemin des dames
World trade center: Bruno Delinger
Une année de neige: Christian Signol
Une vie d'eau et de vent: Gilbert Bordes
Olivier 1940: Robert Sabatier
La réserve à charbon: Mary Higgins Clark (Nouvelle tirée du recueil "Le billet gagnant".)
Le billet gagnant: Mary Higgins Clark (Nouvelle tirée du recueil éponyme.)

2004:
La rivière espérance: Christian Signol:
1: La rivière espérance
2: Le royaume du fleuve
3: L'âme de la vallée
La prochaine fois: Marc Lévy (avec Christophe Caysac et Véronique Groux de Mieri)
Un fils pour mes terres: Antonin Malroux
Le tournant de la vie: Nicholas Sparks

2005:
Da vinci code: Dan Brown (avec Véronique Groux de Mieri)
La grande île: Christian Signol
Le pas de Merlin: Jean-Louis Fetjaine (avec Véronique Groux de Mieri)
Brocéliande: Jean-Louis Fetjaine (avec Véronique Groux de Mieri)
Le soleil des Scorta: Laurent Gaudé (avec Véronique Groux de Mieri)
Sauve-moi: Guillaume Musso (avec Véronique Groux de Mieri)

2006:
Anges et démons: Dan Brown (avec Véronique Groux de Mieri)
Le peuple des rennes: Megan Lindholm (avec Véronique Groux de Mieri):
1: Le peuple des rennes
2: Le frère du loup
Deux petites filles en bleu: Mary Higgins Clark
Un cadeau inespéré: Françoise Bourdin

2007:
Histoire de France pour les nuls: Jean-Joseph Julot (avec Véronique Groux de Mieri)