When she returned

L'ouvrage:
Voilà onze ans que Kate Bennett a disparu. Sa voiture a été retrouvée dans un parking, son sac était sur le siège passager. L'enquête n'a rien donné. Scott, son mari, a élevé leur fille (Abby), et a fini par se remarier avec Meredith, rencontrée aux réunions d'un groupe de parole destiné aux personnes ayant perdu un conjoint. Cela ne fait pas un an qu'ils sont mariés. C'est alors que Kate réapparaît.

Critique:
La chronique de ce roman n'est pas facile à écrire, car je veux absolument ne rien dévoiler quant à ce qui est arrivé à Kate, mais il est très intéressant d'évoquer ce pan de l'intrigue. Ce qui arrive à Kate est assez effrayant. Je connais ce genre de récits, je sais que cela arrive très souvent, et malheureusement, très facilement. Lire ce qui est arrivé à Kate ne m'a pourtant pas laissée indifférente. J'ai beau savoir que cela existe, cela m'a mise très mal à l'aise. Cela n'est pas du tout agréable à lire, mais c'est nécessaire. Cela informe, cela met en garde, tout en faisant froid dans le dos. J'ai beaucoup de mal à accepter que des personnes normales peuvent agir comme ce que décrit Kate. J'espère que cela ne m'arrivera jamais...

L'autrice axe son roman sur la psychologie des personnages. Kate est très intéressante à analyser. Je ne suis pas parvenue à éprouver des sentiments positif pour elle, mais je sais qu'elle est captivante, et que je devrais ressentir de la compassion à son égard. Pour moi, Kate est faible, stupide, et n'a aucun esprit critique. Elle ne mérite certainement pas ma compassion, mais je sais qu'en disant cela, je me comporte de manière presque aussi détestable qu'elle. En outre, je sais que ce qui lui arrive peut arriver à n'importe qui, car les responsables savent s'y prendre. Cependant, j'ai du mal à accepter qu'elle ait à ce point manqué d'esprit critique. On me dira que justement, si ce genre de choses arrive, c'est parce que certains manquent d'esprit critique, voire n'en ont pas du tout.

Meredith est également très intéressante. Elle souhaite voir les choses de la manière la plus objective possible. Parfois, tout en sachant qu'elle faisait de son mieux, je la trouvais partiale. Pourtant, quand Scott et Abby le lui reprochaient, je me disais que franchement, elle ne l'était pas. Sa position n'est pas facile: son mari retrouve la femme qu'il a toujours aimée, même après son remariage, et cette femme vient vivre dans la famille que Meredith vient de construire.

Quant à Scott, je comprenais son état d'esprit. Par exemple, je trouvais logique qu'avant que Kate soit retrouvée, il ait du mal à tourner la page. Ensuite, lorsque Kate a intégré la famille qu'il formait avec Meredith et Abby, je comprenais qu'il souhaite faire en sorte qu'elle se sente le mieux possible.

Abby est équilibrée. C'est sûrement elle qui vit le mieux l'étrange situation engendrée par le retour de sa mère. Même lorsque je trouvais qu'elle n'était pas assez prudente, je comprenais pourquoi elle agissait comme elle le faisait.

Vers la fin, le FBI fait quelque chose qui, quand Scott l'apprend, le rend fou de rage. J'ai compris les deux points de vue, et je sais qu'à la place des policiers, j'aurais agi comme eux; et à la place de Scott, j'aurais, moi aussi, eu une crise de rage. La question de savoir quelle aurait été la meilleure manière d'agir est donc épineuse...

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Coleen Marlo, Lauren Ezzo, et Amy McFadden pour les éditions Brilliance audio.

Je connais bien le jeu d'Amy McFadden. Je l'apprécie beaucoup. Dans ce roman, elle n'a pas démérité. À un moment, Kate sanglote: la comédienne parvient à montrer son désespoir sans trop en faire.
Je connaissais également (mais moins) le jeu de Coleen Marlo. Je l'avais apprécié dans un autre roman. Ici, je l'ai également apprécié. Elle joue, sans trop en faire, la colère, le désespoir, etc.
Quant à Lauren Ezzo, je ne la connaissais que de nom. Avant d'acheter ce roman, j'ai donc écouté, sur Audible.fr, un extrait d'un livre lu par elle, et à première écoute, son jeu m'a plu. Après avoir lu «When she returned», je pense que je n'irai pas volontiers vers ses prestations. Elle prend une horrible voix étranglée pour les rôles masculins, et en fait parfois trop lorsqu'il s'agit de pleurer, et également lors de répliques plus anodines.

Acheter « When she returned » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)