Une vie entre deux océans

L'ouvrage:
27 avril 1926.
Tom Sherbourne est gardien du phare de l'île de Janus depuis 1918, depuis qu'il est revenu meurtri de la guerre. Ce jour-là, il trouve un dinghy échoué sur la plage. À son bord, un cadavre et un nourrisson d'environ deux mois. Sa femme, Isabel, qui vient de faire sa troisième fausse couche, lui demande de ne pas signaler l'événement. Elle veut garder l'enfant.

Critique:
Voilà un livre qui, s'il m'a semblé lent à démarrer, analyse très bien la psychologie de personnages meurtris, vivant des situations extrêmes, et étant confrontés à des choix cornéliens. Le lecteur se mettra forcément à leur place. Cela ne m'a d'ailleurs pas toujours été facile. En effet, si j'ai très bien compris les sentiments de Tom, j'ai eu davantage de mal concernant Isabel. Tom agit en pensant aux autres. C'est justement cette empathie qui fait de lui un homme torturé. Quoiqu'il fasse, il fera souffrir quelqu'un. Ayant déjà vu assez de souffrance, il ne souhaite pas en occasionner. Plus tard, certains penseront peut-être qu'il en fait trop, et auront peut-être envie de le secouer. Pour ma part, je n'ai pas vraiment ressenti cela, parce que de petits détails montraient bien que Tom acceptait difficilement son sort.

C'est Isabel que j'ai eu beaucoup de mal à comprendre. L'auteur a pourtant bien analysé sa psychologie. Après avoir souffert, elle ne souhaite pas épargner les autres, mais seulement elle-même. Malgré les reproches que je lui adressais au long de ma lecture, une part de moi la comprenait. Pourquoi ne pas saisir la chance offerte? Pourquoi ne pas tout faire pour la garder? Isabel est un personnage extrême. Elle vit tout intensément. Donc, lorsqu'elle est en colère, elle peut se transformer en véritable furie, sans vouloir envisager autre chose que l'explication qui lui donne raison. L'auteur dépeint très bien cette femme pleine de forts sentiments, qui semble parfois ne pas prendre toute la mesure de ses actes. Le lecteur a un aperçu de cela lors de la scène où Isabel pense qu'un médecin est venu la voir... Cette scène est représentative de ce dont est capable la jeune femme, et ici, sa colère est beaucoup moins forte que par la suite. J'ai donc eu énormément de mal à la comprendre, car, outre que ses paroles et ses pensées sont parfois niaises (peut-être est-ce dû à son éducation ou à l'environnement dans lequel elle a grandi), il me semblait qu'elle était toujours guidée par son égoïsme. Même lorsqu'elle dit vouloir le bien d'un certain personnage, son attitude ne le montre pas. Pourtant, outre se mettre à sa place, il faut, là encore, glaner les indices qui montrent qu'elle n'est pas en paix avec elle-même.

Mis à part ces deux personnages, M. L. Stedman présente une palette de vécus, de caractères, et donc de sentiments et de réactions. Tous ces protagonistes sont intéressants.

Du point de vue de l'intrigue, j'ai trouvé le début maladroit. L'auteur commence par accrocher le lecteur en racontant cette trouvaille du 27 avril 1926, puis elle raconte comment Tom a vécu après la guerre, comment Isabel et lui se sont rencontrés... Pour moi, cette façon de faire est très artificielle.
Ensuite, lorsque l'histoire est lancée, tout s'enchaîne bien. On pourra trouver étrange que Tom et Isabel finissent par savoir d'où vient le bébé trouvé, mais n'oublions pas que la ville la plus proche de Janus est une petite ville. C'est donc vraisemblable.
Certains moments auraient pu être racontés de manière mièvre, mais M. L. Stedman évite cet écueil.

L'auteur montre comment des faits peuvent être manipulés, comment on peut rapidement se persuader et vouloir persuader les autres qu'untel est une crapule.
Il est également affreux de penser que si une femme n'est pas tenue responsable de choses que son mari l'aurait contrainte à faire, la réciproque n'est pas vraie. On ne se plaçait que d'un point de vue physique et non psychologique.

Un roman plein d'émotion, qui analyse avec justesse des situations et des personnages extrêmes, montrant les points de vue des uns et des autres.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Martin Spinhayer.
Ce livre m'a été offert par les éditions Audiolib.
Le lecteur n'a pas eu la partie facile. J'aurais compris qu'il tombe dans le surjeu. Entre l'enfant de quatre ans, certaines femmes en colère, des personnes âgées, et certains passages narratifs très chargés en émotion, il avait fort à faire. Heureusement, il s'en est très bien sorti, modifiant sa voix juste ce qu'il fallait, ne cabotinant pas, ne prenant pas une prononciation affectée pour les noms propres anglophones, trouvant toujours le ton juste. C'est, à ma connaissance, le premier livre qu'il enregistre. En tout cas, c'est le premier que j'entends. J'espère qu'il en enregistrera d'autres!


Acheter « Une vie entre deux océans » en audio sur Amazon
Acheter « Une vie entre deux océans » sur Amazon