Une chance de trop L'ouvrage:
Un matin comme les autres. Marc Seidman se fait tirer dessus dans sa propre maison. Il est laissé pour mort. Il se réveille, douze jours plus tard, à l'hôpital. Lorsqu'on lui demande comment s'est passée l'agression, il se rappelle juste qu'il était en train de manger une barre de céréales devant l'évier, puis plus rien avant le réveil à l'hôpital. Il a tout oublié de l'agression. Il a effacé les événements de sa mémoire. On pense qu'il fait un blocage. Marc va devoir faire face aux conséquences de cette agression: sa femme, Monica, est morte, et sa fille de 6 mois, Tara, a disparu. De plus, Marc était sûr que Monica était habillée d'un chemisier rouge et d'un jean, le matin de l'agression. Or, les policiers l'ont découverte nue, et n'ont retrouvé aucune trace de ses vêtements.

Le père de Monica étant riche, on ne tarde pas à demander une rançon à Marc. Bien sûr, il ne doit pas prévenir la police. Sur les conseils de son ami et avocat, il le fait quand même. Malgré la discrétion des policiers, les ravisseurs les repèrent. Ils affirment qu'ils ont un informateur qui les a mis au courant. Ils s'évanouissent dans la nature sans rendre la petite Tara. Mais cela ne fait que commencer...

Critique:
C'est un très bon thriller, malgré certaines ficelles un peu faciles, certains thèmes déjà explorés plusieurs fois. Par exemple, les policiers ne tardent pas à soupçonner Marc d'être à l'origine de toute l'affaire, l'accusant de vouloir extorquer de l'argent à son beau-père. C'est une ficelle assez classique: les policiers soupçonnent le personnage principal, qui essaie de s'en sortir seul, en menant sa propre enquête afin de faire triompher la justice aussi bien à son égard qu'à celui des victimes. Et les policiers lui mettent des bâtons dans les roues au lieu de l'aider. Heureusement, cette ficelle n'est pas trop mal exploitée: on sent les dents du piège se refermer sur Marc, et même si le lecteur aguerri et averti de thrillers et de polars connaît cette ficelle et la trouve un peu éculée, il ne peut s'empêcher de ressentir la tension de ces soupçons. En outre, si la police est si soupçonneuse envers Marc, pourquoi n'utilise-t-elle pas un autre topos du genre: l'hypnose? En effet, le lecteur (du moins moi), se demande pourquoi Marc ou la police ne suggère pas cette méthode qui débloquerait la mémoire de Mark. Le lecteur se doute donc qu'Harlan Coben fait exprès de ne pas proposer l'hypnose. Elle aurait peut-être révélé quelque chose que le lecteur aurait sans doute su interpréter, et Harlan Coben ne pouvait pas se permettre cela avant la fin. C'est également une petite faiblesse de la trame.
Ensuite, l'auteur change de suspect. La police, prend tout de même en compte le fait que Marc a bien failli mourir de cette agression. Ils suspectent son ex petite amie, Rachel Mils, d'être dans le coup avec lui, ou même d'avoir tout organisé toute seule... Le fait que Rachel soit la nouvelle accusée est également assez classique, et le lecteur est un peu exaspéré.

De plus, l'activité à laquelle se livrent Lydia et Echi est également un thème souvent rebattu dans les thrillers. Leur psychologie est également assez simpliste et pas vraiment nouvelle.

Cependant, l'auteur entoure l'affaire de mystères, et complique le tout en faisant se croiser plusieurs faits. Par ailleurs, vers la fin, les choses se précipitent, et Marc fait plusieurs découvertes surprenantes. Tout se met en place, et le lecteur est complètement immergé dans cette attente fébrile engendrée par les bons thrillers. La dernière découverte complique encore les choses. L'auteur réussit un tour de force en nous confrontant à un dilemme psychologique particulier. Que ferions-nous à la place de tel personnage? Qu'aurions-nous fait à la place de tel autre?...

Donc, si le livre traîne un peu, par moments, ressort des topoi du genre, et finalement, nous dévoile une histoire assez banale, c'est un très bon thriller où la peur, le suspense et l'angoisse sont au rendez-vous. J'espère ne pas trop en avoir dit, et que rien ne laisse deviner les découvertes que fera Marc.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par José Heuzé pour les éditions VDB.

Acheter « Une chance de trop » en poche sur Amazon