Under darkening skies

L'ouvrage:
Toronto, 2011. Ingrid Jacobson, bientôt quatre-vingt-dix ans, est mourante. Au moment où elle prononce ses derniers mots, elle croit parler à son époux, Orlov, alors que celui-ci est mort trente ans auparavant, et que c'est en réalité leur fils, Arnold, qui est à son chevet. Elle lui adresse une curieuse requête. Après la mort d'Ingrid, Arnold, en triant les affaires de sa mère, tombe sur une étrange lettre reçue deux ans plus tôt. Cette missive, ainsi que la demande pressante d'Ingrid sur son lit de mort, poussent Arnold à fouiller le passé maternel.

Critique:
J'ai beaucoup aimé ce roman. Il présente pourtant des aspects qui, a priori, ne me plaisent pas. Par exemple, les chapitres alternent le présent d'Arnold et le passé d'Ingrid. Je préfère les constructions linéaires. Ici, cela m'aurait plu, mais l'alternance des époques ne m'a paru ni incongrue ni malvenue. D'autre part, le passé d'Ingrid se déroule pendant la deuxième guerre mondiale. C'est un sujet qui, à mon goût, revient trop dans les romans. Ici, j'ai, au contraire, trouvé que j'en apprenais davantage sur un pan que je connaissais peu.

L'auteur s'attache à montrer les sentiments de ses personnages principaux. Ils passent par plusieurs phases: ils se retrouvent confrontés à des situations extrêmement délicates, et font ce qu'ils peuvent. Je pense surtout à Ingrid et Orlov qui sont mis à rude épreuve, et ne s'aigrissent pas, tentent de prendre en compte les motivations de l'autre, même lorsque cela les blesse.

Je trouve dommage qu'Arnold n'ait pas eu connaissance de tout cela, mais outre qu'on peut très bien comprendre pourquoi Ingrid a tenu à le lui cacher, il finit par savoir l'essentiel, et comble les blancs en devinant le reste.

Arnold est également attachant. Il perd ses repères, se retrouve désoeuvré car il n'a plus à s'occuper de sa mère, se voit face à une énigme qu'il a peur de devoir résoudre seul, énigme qui l'effraie d'autant plus qu'au départ, il pense que ses parents n'ont pas eu un rôle honorable.

L'intrigue ne souffre pas de temps morts. J'ai un peu moins aimé les passages où le lecteur est dans la tête du vieux nazi (dont on devine rapidement qui il est), mais ils ne sont pas très longs. De plus, ils expliquent pourquoi et comment certains ont pu se laisser prendre (si j'ose le tourner ainsi) par l'idéologie nazie. Ces passages m'ont moins plu parce qu'ils retardaient la suite du récit, mais ils sont intéressants.

Le lecteur devine rapidement ce qu'il y a à savoir concernant Ulrich, mais connaître les grandes lignes avant que les détails ne soient révélés ne m'a pas gênée, parce que je me demandais comment les choses s'étaient passées, et que j'avais le temps de spéculer à ce sujet.
Il y a une scène peut-être un peu grosse (je ne peux pas dire laquelle, car je dévoilerais un moment clé). Je l'ai pardonnée à l'auteur parce qu'il parvient à la rendre à peu près crédible, mais aussi parce que je n'aurais surtout pas voulu qu'elle ait une autre fin.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Cassandra Campbell pour les éditions Brilliance audio.

Cassandra Campbell fait partie de mes lecteurs favoris. Ici, j'ai beaucoup aimé son interprétation des sentiments des personnages. Ceux-ci sont souvent très forts, et la comédienne les joue sans les surjouer. J'ai regretté qu'elle fasse un accent à presque chaque personnage. Je peux comprendre que les Allemands parlant norvégien aient un accent, mais que les Norvégiens parlant norvégien en aient un me laisse perplexe. Bien sûr, tout cela est en anglais, mais on sait que les personnages parlent dans leur langue maternelle. Il ne fallait donc pas leur faire un accent puisqu'ils parlent leur langue maternelle couramment.

Acheter « Under darkening skies » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)