Un brillant avenir

L'ouvrage:
Années 50. Elena est encore une enfant lorsque sa famille doit fuir la Russie pour la Roumanie. Ses parents savent que la vie sera dure pour une immigrée russe. Ils tiennent à ce qu'elle fasse de brillantes études, et obtienne un poste prestigieux, afin qu'elle s'en sorte toujours. Lorsqu'elle rencontre Jacob, les choses se compliquent.

Critique:
J'ai longtemps attendu avant de lire ce roman parce qu'il a eu un prix. J'avais peur qu'il ne me plaise pas. Je l'ai globalement aimé.

Je commencerai par ce qui m'a gênée. C'est la structure. Le premier chapitre se passe en 2003. Ensuite, les chapitres alternent l'enfance d'Elena et sa vie de femme. Parfois, ce genre de structure a du bon. Ici, je l'ai trouvée inutile, voire nuisible. Le premier désagrément qu'elle cause est qu'on apprend certaines choses, puis que l'auteur raconte comment elles se sont passées. On me dira que ce n'est pas si grave, car l'histoire et les personnages sont très intéressant, mais cela m'a gênée. Et puis, cela donne un sentiment d'artifice: en effet, raconter une vie en alternant plusieurs époques, ce n'est pas très logique.
Le second désagrément est que le lecteur peut s'y perdre, même si le début des chapitres indique clairement en quelle année nous sommes.
Je sais que l'auteur a fait cela pour mettre le jeu de miroirs en évidence. Les chapitres où une partie de l'histoire se répète se suivent. C'était une manière pour Catherine Cusset de télescoper l'état d'esprit de ses protagonistes. Soit, mais je pense que cela aurait été tout aussi pertinent avec une structure linéaire. Le lecteur n'est pas idiot, il aurait bien compris les choses. Je ne pense pas que rapprocher les deux événements donne davantage de force à leur ressemblance.

Mis à part cela, j'ai apprécié ce choc des générations et des cultures. Plusieurs exemples montrent qu'Elena reste traumatisée par ce qu'elle a vécu avant d'émigrer aux États-Unis. L'un des plus flagrants est l'épisode de la facture impayée de son fils. Elle est tout de suite prise de panique, le voyant expulsé du pays où elle a eu tant de mal à arriver.
Chacun tente toujours de faire au mieux, quitte à blesser, à se tromper. Il y a une certaine ironie dans le cours des événements. Il y a de la tendresse et de la déception à voir ces personnes qui ne parviennent pas toujours à imaginer ce que ressentent ceux dont ils veulent le bien, qui s'engluent dans un raisonnement, qui veulent diriger la vie de l'autre, et qui finissent parfois par obtenir le contraire de ce qu'ils voulaient justement parce qu'ils se sont braqués.
Mais ce livre, c'est aussi de belles histoires d'amour. Les protagonistes agissent toujours par amour, et en pensant donner le meilleur à ceux qu'ils aiment. C'est aussi l'amour qui fait que certains personnages (Elena, par exemple), finissent par accepter de s'ouvrir davantage.
Dans le même ordre d'idées, la perte est évoquée sous diverses formes.

L'auteur exprime avec justesse les sentiments de personnages marqués très tôt par l'histoire, les épreuves, et qui en garderont des séquelles toute leur vie.

Éditeur: Gallimard.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Danielle Gratecos pour l'association Valentin Haüy.

Acheter « Un brillant avenir » sur Amazon