Très chère Sadie

L'ouvrage:
Lara Linton a vingt-sept ans. Son petit ami l'a plaquée par mail. En outre, ses affaires ne marchent pas très fort, d'autant que son associée est partie en vacances en Inde pour une durée indéterminée.
C'est alors qu'elle doit assister à l'incinération de sa grand-tante, Sadie Lancaster, qu'elle connaît à peine. C'est lors de cet événement que Lara est victime d'une hallucination.

Critique:
L'idée est originale, et il fallait la faire tenir sans que le tout ne devienne grotesque. L'auteur y parvient assez bien, même si j'ai quelques petits reproches. D'abord, j'ai trouvé la mise en place un peu longue. Il me semble que, malgré certaines répliques drôles et certaines situations bien campées, le livre met un petit temps à décoller.
Ensuite, il y a de petites choses un peu convenues: la soeur de Lara n'est pas aimable, et semble la tenir pour une fieffée idiote, un peu comme la cousine d'Emma dans «Les petits secrets d'Emma».

Une fois la mise en place faite, le lecteur a droit à certaines situations cocasses principalement dues au fait que Lara est la seule à voir et à entendre (consciemment, du moins) la jeune Sadie. La scène où les deux femmes se disputent devant les parents de l'héroïne, la demande de rendez-vous à Ed, ou encore l'épisode de la Grande Lara en sont des exemples, mais ils sont loin d'être les seuls. À plusieurs reprises, j'ai pensé que Sophie Kinsella allait s'enferrer, tomber dans la démesure, le grotesque... mais non! Elle parvient à mettre en scène des choses très grosses sans que cela ne devienne n'importe quoi.

Si certaines choses sont prévisibles, j'ai trouvé que le tout était bien amené. D'ailleurs, je n'avais pas tout deviné. J'ai mis un moment à comprendre le rôle du collier. Quant aux choses que j'avais devinées, je me demandais quand même comment l'auteur y parviendrait.
J'ai quand même trouvé le temps un peu long lorsque Lara cherche Sadie.

Je me demande si les années 20 étaient à ce point caractérisées par un type de vêtements, de maquillage, et de danse ou si l'auteur exagère. Malgré l'aspect visuel des passages décrivant cela, j'ai réussi à m'imaginer pourquoi cela pouvait être vu comme ridicule de nos jours. Les détails que donne l'auteur m'ont montré l'anachronisme de la chose.

Il y a des moments un peu plus graves, comme la découverte progressive de l'histoire d'amour de Sadie ou bien le fait que Lara se rende compte de l'inconséquence dont elle a fait preuve en n'allant jamais voir sa grand-tante.

Éditeur: Belfond.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée pour l'association Valentin Haüy.
Cette lectrice est celle qui a enregistré «Le reste est silence». J'ai retrouvé sa voix douce, claire et dynamique ainsi que sa diction soignée avec plaisir. Je pense que ce genre de romans ne fait pas partie de son registre de prédilection, car il m'a semblé qu'au début, elle n'était pas vraiment dans le ton. Mais elle a rapidement trouvé ses marques, et a interprété le roman avec le brin de verve approprié, mais sans jamais en faire trop. Mon seul regret est qu'elle ait tenté de prononcer certains noms propres à l'anglophone.

Acheter « Très chère Sadie » sur Amazon