The road to enchantment

L'ouvrage:
Willow a passé une partie de son adolescence au Nouveau-Mexique, où sa mère (Monica) élevait des chèvres et exploitait des vignes. Aujourd'hui, à trente-neuf ans, elle vit à Los Angeles où elle est violoncelliste. Un soir, alors que son petit ami est en train de la plaquer, elle reçoit un appel de Darrel, son ami d'enfance. Celui-ci vit toujours chez ses grands-parents, non loin du ranch de Monica. Cette dernière vient de mourir après une promenade à cheval qui, apparemment, s'est mal terminée. Héritière des biens de sa mère, Willow doit se rendre au Nouveau-Mexique.

Critique:
Avant d'acheter ce livre, j'ai lu des avis trouvés sur le site Audible.fr (les avis à propos des livres en anglais postés sur audible.com doivent être automatiquement transférés sur audible.fr, ce qui, pour moi, est une très bonne chose). La plupart étaient positifs. Une personne disait qu'habituellement, elle n'aimait pas les récits alternant passé et présent, mais qu'ici, cela ne l'avait pas dérangée. Étant comme elle, j'ai pris le pari que cela ne me gênerait pas non plus, et j'ai eu raison. Une autre personne disait que tout lui avait plu, sauf... la narratrice. Elle ne comprenait pas pourquoi tout le monde appréciait Willow qui, selon elle, se comportait comme une adolescente à trente-neuf ans. Cela m'a interpellée, mais j'ai décidé de tenter le livre quand même, et de râler après moi si l'héroïne me déplaisait. Heureusement pour moi, je ne partage pas l'avis de la personne qui a été agacée par Willow. J'ai très bien compris qu'elle ne sache pas trop où elle en est, qu'elle souhaite des choses contradictoires, qu'elle semble être une girouette... Pour moi, ses hésitations et ses questionnements étaient légitimes. Je n'étais pas toujours d'accord avec elle, mais elle ne me paraissait pas du tout inconséquente ou pénible. J'aurais aimé que la personne qui ne l'a pas appréciée argumente davantage son propos.
Lorsque la narratrice raconte des pans de son adolescence (notamment ses premiers jours au lycée), je me suis identifiée à elle: je suis sûre que j'aurais réagi comme elle. Cela a fait que j'ai très vite éprouvé de la compassion pour elle.

Les retours en arrière ne sont pas très nombreux. De toute façon, ils s'insèrent bien dans l'intrigue, et arrivent au bon moment. Ils nous apprennent comment Willow et Darrel sont devenus amis, comment l'adolescente en est venue à beaucoup apprécier les grands-parents du jeune garçon, etc. Ils nous montrent aussi la personnalité de Monica. Je n'ai d'ailleurs pas trop apprécié cette dernière. Certes, on pourra trouver qu'elle est courageuse: elle se prend en main, recommence sa vie en choisissant d'être fermière et vigneronne... De plus, il est évident qu'elle aime sa fille. On n'oubliera pas non plus qu'elle sauve un taureau de la corrida... Certains de ses amis mettent aussi en avant le fait qu'elle n'était pas hypocrite, et ne mâchait pas ses mots. Ce sont des qualités que j'ai appréciées, mais j'ai aussi retenu qu'avant cela, Monica était celle dont la fille de treize ans devinait les humeurs selon la quantité d'alcool absorbée. De plus, malgré ses qualités, j'avais l'impression qu'elle se mettait en scène.

J'ai quand même préféré Monica au père de la narratrice. Il m'a semblé qu'il ne faisait pas attention à sa première fille, ne prenait pas ses sentiments en compte...

J'ai beaucoup apprécié les grands-parents de Darrel. J'ai aimé leur sagesse, leur gentillesse, le peu que nous apprenons de leur culture. Je serais bien entrée dans le livre pour demander au grand-père (même si cela ne se commande pas) de faire un beau rêve me concernant, puisque tous ses rêves sont prémonitoires. ;-) Cela engendre d'ailleurs un petit malentendu, car le grand-père de Darrel ainsi que le village sont au courant d'une chose concernant Willow avant elle. ;-)

Pour moi, l'intrigue ne traîne pas. Certains pans en sont peut-être un peu tirés par les cheveux, mais pas assez pour me faire pester, donc cela me va.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Blunderwoman Productions.

J'ai voulu acheter ce roman en priorité pour sa lectrice. En lisant les avis, j'ai été ravie de constater que chacun était d'accord avec moi quant à son talent. Encore une fois, je n'ai pas été déçue par sa prestation. Son ton est toujours adéquat. Elle sait rendre les émotions avec subtilité et sensibilité. De plus, elle n'en fait pas trop lorsqu'il s'agit des rôles masculins.

Acheter « The road to enchantment » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)