The repeat year

L'ouvrage:
1er janvier 2012. Olive s'éveille... chez Phil, son ex, celui qui l'a plaquée en février 2011. D'après ses souvenirs, elle ne l'a pas vu la veille au soir. Comment donc s'est-elle retrouvée chez lui? Il lui rafraîchit la mémoire, mais ce qu'il lui raconte, c'est la soirée du 31 décembre 2010. Entre ce qu'il lui dit et la date qu'affiche son ordinateur, la jeune femme se rend compte qu'elle est en janvier 2011. Elle va donc revivre l'année 2011. Après le choc initial, elle se dit qu'il faut qu'elle fasse en sorte que Phil ne la quitte pas.

Critique:
Ce roman (autre cadeau de ma mère pour Noël 2018) m'a beaucoup plu. L'histoire est un peu légère, mais je m'y attendais, et pour moi, cela ne tourne pas à la mièvrerie, donc ça me va. Il y a seulement une chose que j'ai trouvée discutable: il est évident que Kerrigan (prénom que j'écris ainsi d'après la prononciation de la lectrice, mais cela pourrait aussi s'écrire Carrigan... ou encore autrement) n'a pas agi par altruisme. Elle ne fait d'ailleurs aucune difficulté pour l'admettre. Bien sûr, elle explique qu'il y avait un peu d'altruisme parmi tout ce qui l'a poussée, mais c'était loin d'être le plus important. Avant même qu'elle l'admette, c'était évident. Il n'aurait pas été crédible qu'elle brandisse l'altruisme, parce qu'alors, elle aurait agi autrement. De ce fait, je regrette la tournure que prennent les choses entre elle et Olive à la fin. Cette remarque amène forcément celle sur le fait que si Olive avait été plus courageuse dès le départ, Kerrigan n'aurait rien fait. Comment ne pas blâmer l'héroïne pour ce manque de courage, tout en la comprenant également? Je ne peux pas dire ce que j'aurais fait à sa place...

Au long du roman, l'année suit son cours. Le lecteur sait très vite qu'Olive veut éviter ses erreurs passées, donc il n'est pas surpris de la voir agir autrement. Cela pourrait peut-être paraître un peu long à certains qui pourraient penser: on sait ce qu'elle veut faire, alors pourquoi nous le montrer? Quant à moi, cela ne m'a pas du tout ennuyée. J'observais l'héroïne remettant précautionneusement ses pas dans les siens (si j'ose dire) et bifurquer afin d'éviter tel ou tel obstacle, tout en en créant d'autres. Il m'est assez pénible d'entendre souvent un certain refrain lorsque je lis un roman où l'auteur joue avec le temps (à savoir: si on essaie d'améliorer les choses, on n'obtiendra que le mal). Ici, j'ai trouvé qu'Andra Lochen s'en sortait bien. Olive n'attire pas une montagne de désastres, mais rien n'est tout rose. Outre ce qui arrive avec Phil, il y a d'autres événements familiaux qu'elle parvient à mieux gérer, même si ce qui se passe ne lui plaît pas trop. Enfin, cette étrangeté que l'univers lui fait vivre la rapproche de Cherry, connaissance de sa mère qu'elle trouvait ennuyeuse. J'ai apprécié ce rapprochement qui obligeait la narratrice à voir Cherry autrement.

À part mon reproche concernant Kerrigan, il m'a plu que le roman respecte des codes donnés. En effet, lorsque je tente certains livres, le résumé et l'image de la couverture (souvent décrite par une amie) me donne à penser qu'il sera plutôt comme ci ou plutôt comme ça. «The repeat year» a répondu à l'impression que m'avaient donnée le résumé et la couverture. Je le souligne ici, parce que sitôt cette chronique tapée, je vais taper celle de «Like no other» dans lequel l'autrice n'a pas respecté certains codes, et je vais répandre mon courroux sur sa tête. ;-)

Il va de soi qu'Andrea Lochen nous pousse à nous demander ce que nous ferions dans le cas de son héroïne. Serions-nous raisonnables? Commettrions-nous le même type d'erreurs? Il y a des événements de mon passé que j'aimerais beaucoup pouvoir changer, donc même sous un aspect léger, le sujet de ce roman ne pouvait que me fasciner et m'interpeller.

Lecture sympathique, avec quelques questions intéressantes.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Brilliance audio.

Comme d'habitude, Amy McFaden ne m'a pas déçue. Elle est très bien entrée dans la peau des personnages, a rendu leurs émotions sans affectations, et n'a pas forcé le trait pour les voix masculines.

Acheter « The repeat year » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)