The memory child

L'ouvrage:
Février 2014.
Aujourd'hui, Diane doit laisser, pour la première fois, la garde de son bébé à Nina, la nounou. Elle est un peu anxieuse: elle souhaite retourner travailler, mais ne veut pas quitter sa fille. Elle se sent transformée par la maternité: tous ses doutes quant au fait d'avoir un enfant se sont envolés à la minute où elle a vu Grace. Elle se demande même comment elle a pu commencer par refuser d'être mère.

Critique:
Au tout début, j'ai aimé ne pas savoir où me mènerait Steena Holmes. Les chapitres alternent: le présent de Diane, et les événements ayant eu lieu un an plus tôt racontés du point de vue de son mari. Donc, pendant un moment, on suit la jeune femme qui, dans le passé, ne voulait pas abandonner sa carrière ne serait-ce que quelques semaines, en alternance avec son quotidien en 2014. Peu à peu, on se rend bien compte que quelque chose ne va pas: certaines réactions, l'absence prolongée d'un personnage... À partir de ce moment, j'ai vite deviné la plupart des mystères dont Diane est entourée. Cela m'a un peu gênée, mais je pense que la romancière ne pouvait pas faire autrement si elle voulait rester crédible. Je préfère cela à un auteur tentant de me berner avec des incohérences. En outre, ce qui importe vraiment est le cheminement de Diane. Entre une enfance renfermant un traumatisme très peu exprimé et sa crainte de devoir changer de vie si elle avait un enfant, son évolution est intéressante. Comme on voit les choses de son point de vue (du moins dans le présent), on ne sait pas trop si on doit se méfier de Nina. J'ai trouvé cela intéressant.
Dans le même ordre d'idées, lorsqu'on côtoie Charlie (la soeur de l'héroïne), les voisins, Walter, Marcello, etc, on ne sait pas trop quoi penser. Je ne me suis pas méfiée d'eux, mais ils contribuaient au malaise diffus que je percevais.

La fin paraîtra peut-être grosse à certains. Pas à moi. Je pense que ce genre de choses est possible. L'auteur va loin, mais tout est préparé et expliqué.
Ce roman peut sembler un peu facile, mais je trouve que Steena Holmes a su s'y prendre pour intéresser et surprendre son lecteur (malgré les indices trop précis). J'ai passé un bon moment, et j'ai trouvé le tout crédible.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Brilliance audio.

Acheter « The memory child » sur Amazon en téléchargement audio anglais ici