The caregiver

L'ouvrage:
Rio de Janeiro, fin des années 70. Mara Alencar, huit ans, vénère sa mère, Ana. Celle-ci est actrice, fait surtout du doublage, et a du mal à joindre les deux bouts. Un jour, quelqu'un pour qui elle travaille lui dit qu'il y aurait un moyen pour elle de gagner beaucoup d'argent: c'est un rôle d'improvisation qui peu être dangereux. Ana accepte.

Dix-huit ans plus tard, Mara vit en Californie, elle est aide à domicile pour Catherine Weaverly, qui souffre d'un cancer à l'estomac. C'est alors qu'elle se penche sur son passé...

Critique:
Ce roman m'a plu.
J'ai du mal à m'expliquer le fait que je n'ai pas pu apprécier Ana. Au long du livre, certaines choses la concernant peuvent ne pas plaire, mais mon aversion va au-delà de ces éléments. Je l'ai trouvée grandiloquente. J'avais l'impression qu'elle feignait son attachement à Mara. Pourtant, je sais que c'est faux... Ana serait plutôt à plaindre, si on est objectif. Je crois qu'une autre raison a contribué à ma dépréciation de ce personnage: j'en parlerai plus loin.

J'ai apprécié Mara (la narratrice) tout au long du livre. Qu'elle souhaite protéger sa mère (et agisse parfois un peu effrontément pour cela), qu'elle remette certaines choses en question à cause de ce qu'on lui dit, qu'elle raconte ses péripéties en dehors de Rio, j'ai toujours compris ses actes, même si je ne les approuvais pas toujours. La jeune héroïne est très sympathique. Elle peut sembler fragile, parfois, mais elle est très forte. Par exemple, lorsqu'elle demande à un personnage de laisser sa mère tranquille, malgré sa détermination, elle semble facile à briser. Et pourtant... C'est un peu la même chose lorsque Catherine s'en prend à elle. Elle sait qu'elle ne le mérite pas, n'étant pas en faute, mais ne se bat pas, et ce qu'elle dit au moment d'abandonner montre à la fois sa force et sa fragilité. Pendant ma lecture, je ne pensais pas que les choses tourneraient ainsi pour elle... J'ai aimé que l'auteur me surprenne tout en restant vraisemblable.

J'ai apprécié Jeannette. Elle se préoccupe réellement d'Ana et de Mara, et c'est un personnage cocasse. Je trouve dommage que la narratrice, et donc le lecteur, ignorent ce qu'elle devient.

Le roman ne souffre pas de temps morts. À travers l'histoire d'Ana et de sa fille, Samuel Park aborde une période délicate pour le Brésil.
J'ai bien aimé ce que nous apprend la toute fin, même si j'ai regretté que cela n'encourage pas Mara à tenter une réconciliation.

L'auteur alterne entre le passé et le présent de l'héroïne. Souvent, cela me dérange. Ici, sans que cela me plaise beaucoup, cela ne m'a pas trop gênée. De plus, la structure était judicieuse.

De plus en plus d'écrivains font des prologues inutiles, voire très casse-pieds parce qu'ils dévoilent des informations qui gâchent la lecture, et loin de me faire saliver, m'ennuient. Le prologue de Samuel Park n'est absolument pas de ceux-là. Il situe le présent de la narratrice, et ne gâche pas du tout la lecture.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Cassandra Campbell pour les éditions Simon and Schuster Audio

Hahahaha, pour une fois, je vais faire un très gros reproche à la lectrice. L'héroïne (la narratrice) étant brésilienne, la comédienne lit tout le livre avec une pointe d'accent. Je me doute que cela a été fait avec l'accord (voire à la demande) de l'éditeur audio, mais j'ai détesté cela. Au début, j'ai même cru que je n'arriverais pas à en faire abstraction. Je ne comprends pas comment il se fait que je n'aie pas repéré cela lorsque j'ai écouté l'extrait avant d'acheter le roman sur audible.fr. Outre le fait que cela m'a énormément agacée, ce n'est pas cohérent, surtout lors des dialogues entre brésiliens. En effet, l'auteur écrit en anglais, mais il est évident que ces dialogues se tenaient en portugais. Donc quel est l'intérêt de faire un accent semi-portugais sous prétexte que la langue d'écriture du roman est l'anglais? Je pense que cet accent a renforcé mon aversion pour Ana. La lectrice augmentait un peu son accent lorsque celle-ci parlait. Je n'étais déjà pas très encline à apprécier le personnage, cela m'a davantage braquée à son égard.

Acheter « The caregiver » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)