That weekend

L'ouvrage:
Claire, dix-sept ans, se réveille seule dans les bois. Elle s'aperçoit qu'elle est blessée, et que ses deux meilleurs amis (Kat et Jesse) avec qui elle campait, ne sont pas avec elle. Elle ne peut se souvenir des raisons pour lesquelles elle est seule.

Critique:
Après avoir aimé deux romans de Kara Thomas, j'ai sauté sur «That weekend». Là encore, la romancière a su me captiver. L'intrigue ne traîne pas, il n'y a pas de remplissage. Je ne me suis pas ennuyée. Il y a un rebondissement auquel j'ai fini par penser avant que l'autrice ne le dévoile, mais cela n'a pas du tout gâché ma lecture, car je ne savais pas comment telle et telle chose s'étaient produites.

Les actes d'un personnage m'ont encore fait me demander ce que j'aurais fait à sa place. Je l'ai blâmé, car je pense qu'il aurait dû faire autrement (j'avais même trouvé une idée que j'ai été déçue que personne ne suggère), mais il m'a été impossible d'affirmer qu'à sa place, j'aurais agi autrement, surtout lorsque ce personnage aggrave son cas... Il y a quand même une différence entre ce protagoniste et moi: dans sa manière d'agir, il m'a semblé déceler de la sociopathie. Certes, je ne peux pas en être absolument sûre, mais j'ai pas mal d'exemples à proposer pour expliquer ma théorie.

Claire est le personnage que j'ai préféré. Il est facile de s'identifier à elle, car elle expose ses états d'âme, ses questions, ses peurs... Il est peut-être un peu gros qu'elle n'ait pas vu certaines choses, mais il est également vrai que quand on ne veut pas voir, on ne voit pas. À la fin, Claire explique une chose qu'elle a faite, du genre de celles qui me font toujours me demander ce que j'aurais fait à la place du personnage. Eh bien, là, je pense qu'à sa place, j'aurais agi comme elle. Et comme elle, j'aurais dû vivre avec ce fardeau (elle ne le tourne pas ainsi, mais ça revient au même).

Je ne sais pas trop quoi penser de Jesse. J'ai compris certains de ses actes, mais je n'étais pas d'accord avec lui.

À la fin, j'ai été un peu déçue que Claire ignore un fait. Bien sûr, ce qui compte, c'est que le lecteur le sache. De plus, j'aurais aimé des chapitres supplémentaires qui diraient l'après pour certains personnages. Certes, on sait ce qui arrivera à court terme, mais ensuite...

J'ai apprécié les parents de Claire. Ils semblaient une oasis de paix dans ce bouillonnement de tension.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Phoebe Strole et Kristen Sieh pour les éditions Listening Library.

Comme d'habitude, il m'a plu de retrouver Phoebe Strole dont le jeu est toujours aussi bon.
Quant à Kristen Sieh, je n'ai rien à redire à son jeu. Cependant, je m'étonne que l'éditeur ait choisi cette comédienne. Elle interprète des chapitres dont la narratrice est une adolescente. Or, sa voix ne peut pas passer pour celle d'une adolescente. Autant Phoebe Strole peut lire des rôles d'adolescentes (ce qu'elle fait, d'ailleurs, la plupart du temps) autant Kristen Sieh a une voix trop adulte.

Acheter « That weekend » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)