Take me with you

L'ouvrage:
Californie, début de l'été.
August s'apprête à traverser plusieurs états pour se rendre à Yellow Stone. Il veut y accomplir quelque chose. Mais son mobile home a besoin d'une réparation, ce pourquoi il s'arrête au garage de Wess. Pendant son escale, il sympathise avec Seth (douze ans) et Henry (sept ans), les fils du garagiste. C'est alors que celui-ci demande quelque chose d'incongru à son client: August peut-il emmener les enfants avec lui jusqu'à Yellow Stone? Wess a besoin que quelqu'un les prenne en charge pendant les trois mois à venir. Embarrassé, mais ressentant de la compassion pour les garçonnets, l'homme accepte.

Critique:
Ce roman m'a beaucoup plu. Catherine Ryan Hyde fait de cette rencontre improbable un beau moment d'amitié, de solidarité. À mesure que nos trois protagonistes se découvrent, chacun tentera de résoudre les problèmes de l'autre à sa façon. August apprendra des enfants, tout comme ils apprendront de lui. Cet été est une sorte de parcours initiatique.

Les deux enfants sont très différents. Chacun est attachant. Seth veut être parfait, pour qu'on n'ait pas de raisons de lui en vouloir. Puis il se met en tête de résoudre le problème de son père, et s'aperçoit que cela n'est pas si simple. Henry semble très secret, voire introverti, mais il comprend très vite qu'il n'a pas à être sans cesse sur ses gardes. Ce voyage procurera aux personnages des moments d'amusement (notamment lorsque Seth s'extasie sur tout ce qu'il voit), de tendresse (surtout quand Henry montre sa confiance, que les enfants participent à la mission qu'August s'est donné), de gravité, et de jeux (quand Woody, le chien, s'en mêle). Cette amitié entre deux jeunes enfants et un adulte n'est pas étrange. Elle abolit les barrières et montre que si on le veut, certaines choses sont possibles.

À un moment, j'ai pensé qu'il allait être difficile pour l'auteur de faire une fin acceptable. Pourtant, elle a trouvé une bonne solution. En effet, l'été mémorable de nos héros n'est qu'une partie du roman. L'histoire ne s'arrête pas lorsqu'il prend fin. Voilà pourquoi la romancière a pu continuer.

Des éléments paraîtront peut-être un peu faciles à certains, mais pour moi, l'auteur a su amener son récit. Elle ne tombe pas dans le larmoyant, soulève des questions avec justesse, et montre que tout n'est pas si manichéen que ce qu'on pourrait croire. Par exemple, August et Seth sont en désaccord sur un sujet, et chacun a beaucoup de mal à accepter le point de vue de l'autre. Wess a un travers qui le rend peu aimable, mais ce n'est pas un monstre. Il lui est simplement (et malheureusement) impossible de se débarrasser de ce travers. Il sait d'ailleurs très bien que c'est ce qui cause l'éloignement moral de ses fils. Ne pouvant agir sur lui-même, il tente de contrer cet éloignement autrement...

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jeff Cummings pour les éditions Brilliance audio.

Acheter « Take me with you » sur Amazon en audio anglais ici