L'ouvrage:
Texas. Pony va faire sa rentrée en Terminale au lycée de Hillcrest High. Il a changé de lycée, car il a besoin d'être accepté en tant que garçon. On l'a toujours connu en tant que fille, et après qu'il a eu le courage de dire à son entourage que, dans sa tête, il était un garçon, et souhaitait en devenir un physiquement, il avait besoin de regards neufs. Le jour de la rentrée, ses yeux croisent ceux de Georgia, une majorette. Il espère tout de suite être le genre de garçon avec qui elle sortirait. Quant à elle, elle a juré de ne pas avoir de petit ami pendant cette année scolaire, car elle a connu une rupture difficile. Cependant, lorsqu'elle croise le regard de Pony, cela l'électrise.

Critique:
Mon résumé peut faire penser que ce roman est une histoire d'amour extrêmement mièvre. Ce n'est pas le cas, même si certains aspects du livre sont un peu à la guimauve. Ce roman est d'abord un appel à accepter l'autre pour ce qu'il est. Cela peut paraître galvaudé, parce que c'est un thème qu'on retrouve souvent. Pour moi, ce n'est pas galvaudé, parce que malheureusement, on a beau trouver des livres et des films prônant la tolérance, je n'ai pas l'impression qu'elle soit très développée dans notre société au quotidien. À travers le personnage de Théo (mais aussi celui de Ted), Tobly McSmith dépeint les dégâts causés par l'intolérance. Pour moi,, il n'y a pas de larmoiements ou de sirupeux. Je me suis étonnée de ce que fait le père de Pony vers la fin, parce qu'à mon avis, cela ne cadrait pas avec le personnage, et là, c'était de la guimauve pas crédible. Cependant, en creusant un peu, j'ai reconnu que ce que disait la mère de Pony était vrai: le père s'inquiète réellement pour ses enfants. Il le leur montre de la pire manière qui soit, mais à un moment, lorsqu'il se fâche après Rocky (la soeur de Pony), on comprend qu'il a peur pour elle.

Le roman exhorte également le lecteur à être lui-même. Georgia est un bon exemple de cela. Je pense que beaucoup d'adolescents s'identifieront à elle. La jeune fille fait des choses pour être acceptée. Elle n'ose pas en faire certaines parce qu'elle a peur d'être rejetée. Les événements qu'elle vit et sa rencontre avec Pony la forcent à se demander ce qu'elle veut vraiment. D'ailleurs, ses amies majorettes sont un peu comme elle, et certaines (je ne garantirais pas que Mia soit du nombre) ont un peu le même cheminement.

J'ai apprécié que Jack ne soit pas une caricature de l'adolescent dont les parents sont très riches. Il est sympathique, principalement parce qu'il ne tente pas de faire des vacheries à qui que ce soit. J'ai également été surprise par Jerry et Kengy, les amis de Pony. Je les trouvais superficiels, mais on a le droit de s'amuser et de dire des âneries, cela ne veut pas dire qu'on ne réfléchit pas.

Je ne sais pas trop quoi penser de la mère de Georgia. Je comprends qu'elle ait écouté son coeur, mais je pense que si, avant, elle s'était expliquée, beaucoup de dommages auraient été évités... Au final, je ne l'apprécie pas trop, je lui préfère de loin le père de l'héroïne. Je dois dire que j'aime bien ses blagues sur le prénom de Pony. ;-) Bien sûr, ce n'est pas la seule raison pour laquelle j'apprécie ce personnage.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Theo Germaine et Phoebe Strole pour les éditions Harper Audio.

Comme d'habitude, j'ai retrouvé Phoebe Strole avec plaisir. Son interprétation ne m'a pas déçue.
Quant à Theo Germaine, je crois que c'est le premier livre qu'il a enregistré. Son jeu m'a plu.