Smart women

L'ouvrage:
Années 80.
Margo et Francine ont une amie commune. Elles commencent à bien s'entendre. Andrew, l'ex-mari de Francine, souhaite s'installer non loin de chez elle, afin de voir davantage Sarah, leur fille. De ce fait, Francine demande à Margo si elle ne connaîtrait pas une maison à louer dans le coin. Andrew devient alors le voisin de Margo.

Critique:
Ce roman m'a beaucoup plu. Il y a bien un personnage que je n'ai pas aimé, mais cela n'a en rien gêné ma lecture. En outre, si Judy Blume montre les côtés noirs de ce personnage (Francine), elle pousse le lecteur à se demander si ce protagoniste est entièrement fautif. Francine n'a fait que m'agacer, mais en arrière-plan, je me suis demandé si ses réactions n'étaient pas dues au fait qu'elle ne supportait plus les mauvaises choses qui lui étaient arrivées. Je trouvais affreux qu'elle soit si horrible envers Sarah, mais je pensais aussi que cela pouvait en partie s'expliquer... Cela veut dire que l'autrice a bien campé Francine, car le fait qu'elle soit désagréable n'est pas une incohérence par rapport au reste. Ce n'est pas non plus gratuit. C'est disproportionné selon quelqu'un d'extérieur, comme moi, mais ce n'est pas mal pensé.

Dans l'introduction, Judy Blume explique qu'au départ, Michelle (la fille de Margo) et Sarah ne prenaient pas tant de place, et qu'elle avait finalement souhaité leur en donner davantage, surtout à Michelle. Je ne sais pas trop quoi penser de cette dernière. Elle m'a beaucoup agacée, et je l'ai souvent trouvée injuste envers sa mère, mais elle n'a jamais eu l'intention de mal faire, et parfois, elle cherchait sa place. De plus, il y a certaines scènes où elle est sympathique, dont une avec Sarah et une avec Andrew. Enfin, elle résume bien son attitude au début du dernier chapitre.

Quant à Sarah, la pauvre n'a pas la partie facile. Elle marche sans cesse sur des oeufs, tentant de ne pas déplaire à sa mère (qu'elle aime profondément), et de s'accommoder de la nouvelle vie de son père. Elle ne veut pas être trop amicale avec Margo, mais se rend bien compte que sa mère est souvent injuste. L'adolescente ne réagit pas trop mal, compte tenu de ce par quoi elle passe. Elle est très attachante.

À travers des personnages creusés et une intrigue sans temps morts, Judy Blume montre des relations amicales et familiales. Tout est bien exposé. Chacun tente de s'en sortir, de faire au mieux, peut-être même Francine, mais uniquement vers la fin. Ce que nous apprend le dernier chapitre m'a plu, car on sait à quoi s'en tenir. Cependant, je pense qu'il pourrait y avoir une suite. La fin ne nous laisse pas sur notre faim, mais pour moi, il y aurait matière à une suite.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Rebecca Lowman pour les éditions Penguin Random House Audio.

Rebecca Lowman fait partie de mes comédiens favoris, même si, parfois, je lui ai reproché d'être trop sobre. Ici, j'ai beaucoup aimé son interprétation. Elle joue très bien les différents personnages et leurs émotions.

Acheter « Smart women » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)