Sisters

L'ouvrage:
À l'âge de trois ans, Irène Harringford a été abandonnée par ses parents. Ils l'ont envoyée vivre chez sa tante, la soeur de son père. Celle-ci s'est chargée de la fillette à reculons. Irène n'a plus eu de contacts avec ses parents. Elle en a eu avec sa soeur aînée, Éléonore, celle qu'ils ont gardée...

Trente ans après, Éléonore téléphone à Irène pour lui dire que leur mère est morte. Elle souhaite que sa soeur vienne assister aux funérailles. Celle-ci, espérant que son père lui dira peut-être enfin les raisons de son abandon, fait le voyage de Londres à Horton, petit village écossais.

Critique:
Ce roman m'a plu. Comme je pinaille souvent, j'ai quelques reproches à lui adresser, mais ces éléments sont très loin d'avoir gâché ma lecture. Ils m'ont juste un peu agacée. Par exemple, étant donné le comportement d'Éléonore, ainsi que certains de ses propos, on comprend assez vite pourquoi Irène a été abandonnée. C'est un peu dommage, mais il fallait bien que l'auteur nous donne un petit os à ronger. De plus, elle se rattrape, car on ne sait pas tout tout de suite. J'ajoute qu'à la place des parents, j'aurais fait une chose bien plus horrible que je n'aurais même pas considérée comme telle. J'ai conscience qu'ils ont opté pour ce qu'ils estimaient être la solution la moins mauvaise, mais me connaissant, j'aurais fait quelque chose de très discutable. Aurais-je pu me débrouiller avec ma conscience, par la suite? Sûrement, étant donné ce qu'on apprend au fil des pages.

Si j'ai regretté de connaître une partie de la solution avant que l'auteur n'abatte toutes ses cartes, j'ai trouvé que le roman ne traînait pas. Michelle Adams s'attache d'abord à nous montrer la psychologie des deux soeurs. Elle fait cela très bien. Ensuite, un événement inattendu survient, et il est la raison pour laquelle les choses s'accélèrent. À partir de ce moment, la romancière a bien su faire monter la tension et le suspense, et je n'ai rien deviné avant qu'elle ne le décide. Il y a un détail qui pourrait être vu comme une incohérence, mais l'écrivain parvient à peu près à l'expliquer.

Comme souvent, j'aurais souhaité davantage d'explications concernant un élément, et aussi au sujet de l'après. Mais cela n'est pas un énorme manque.

À un moment, Irène explique qu'elle ne peut pas vivre avec sa soeur, mais ne peut pas non plus l'exclure totalement de son existence. Quant à moi, je ne sais pas si j'aurais souhaité qu'Éléonore fasse partie de ma vie, même avant de tout savoir sur son compte...

Service presse de la plateforme d'écoute Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Manon Jomain pour les éditions Hardigan.

J'avais apprécié le jeu de cette comédienne dans «La forme de l'eau», mais j'avais regretté qu'elle fasse une voix particulière à un personnage. Ici, elle modifie bien moins sa voix, elle a trouvé le moyen pour que cela cadre avec les personnages, que cela ne soit pas exagéré. D'autre part, elle est bien entrée dans la peau des divers protagonistes, exprimant bien leur peur, leur colère, leur désarroi...

Tous les chapitres commencent par un passage musical. Comme je l'ai dit dans d'autres chroniques, je n'aime pas du tout qu'il y ait de la musique dans un livre audio. Cela ne fait que retarder la suite du récit, selon moi, et cela enlève de la fluidité à l'ensemble.

Pour information, la structure du livre a été respectée.

Acheter « Sisters » sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)