Si la bête s'éveille

L'ouvrage:
Adam et Angélina sont policiers, et travaillent pour le NYPD. Ils vont bientôt se marier. Adam vient de voir les déménageurs emporter ses affaires vers l'appartement qu'Angélina et lui ont acheté, lorsqu'il est agressé, un homme lui tire dessus...

Critique:
Ce roman m'a beaucoup plu. Je n'ai aucun reproche à lui adresser. C'est assez rare pour que je le souligne.

Frédéric Lepage mêle très habilement enquêtes policières et enquête d'Adam sur l'homme d'une manière générale. En effet, à la suite de son agression, Adam, tétraplégique, cohabite avec un singe capucin, qui l'aide dans son quotidien. Leur interaction le mène à se poser des questions sur son comportement, et à devoir le décrypter. Cela lui ouvre l'esprit, car il réfléchit à la part animale de l'homme. En fin d'ouvrage, il y a un entretien entre Frédéric Lepage et le vétérinaire Norin Chaï. Cet entretien est très intéressant, car il démonte certains clichés concernant les animaux. De plus, l'auteur explique pourquoi le personnage d'Adam, mais aussi tous ceux (comme moi) qui réagissent comme Adam, font l'inverse de l'anthropomorphisme tant reproché à ceux qui ne voient pas les animaux comme des mécaniques. Je me dis, après avoir lu cette explication, que j'aurais dû y penser.

Frédéric Lepage n'a pas inventé le fait que des singes capucins aident les patients ne pouvant accomplir certaines tâches du quotidien. Il est expliqué, dans l'entretien, que cela se fait aux États-Unis. À cause du cliché concernant l'anthropomorphisme, ceux qui pratiquent cela ne tiennent pas compte du fait que l'animal et le patient peuvent s'attacher l'un à l'autre. C'est plus que regrettable.

Le roman est assez épais, mais avec ses différentes énigmes, Frédéric Lepage ne traîne jamais. Il n'y a aucun temps mort. Tout est cohérent, rien n'est bâclé. L'histoire d'Adam (en dehors de Clara) soulève certaines questions dérangeantes et intéressantes, et là encore, on se demande comment on aurait agi à sa place.

La version audio de ce roman contient un chapitre (le 25 bis) qui n'est pas dans le livre papier. L'auteur l'a souhaité ainsi. Outre le fait que j'ai apprécié ce chapitre qui montre au lecteur une chose à laquelle j'avais pensé dès le départ concernant Clara, je suis ravie que l'exclusivité d'un chapitre d'un livre soit pour la version audio.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Emmanuel Lemire pour les éditions Lizzie.

C'est le premier livre enregistré par ce comédien que je lis. J'ai beaucoup apprécié son jeu. Il modifie sa voix pour certains rôles, et c'est à bon escient. Il joue les motions et les sentiments des personnages sans affectation ni trop de sobriété. Je l'entendrai à nouveau avec grand plaisir.

Acheter « Si la bête s'éveille » sur Amazon
Acheter « Si la bête s'éveille » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)