Si je mens, tu vas en enfer

L'ouvrage:
Lisa a bientôt quarante ans. Sa fille, Ava, en a seize. Le travail de Lisa lui plaît, son amitié avec sa collègue Marilyn est solide, sa vie est sans histoires. Sa fille la trouve un peu envahissante, mais c'est une phase logique entre une adolescente et sa mère. Un jour, près de la maison de sa voisine âgée, Lisa trouve un objet anodin pour tous sauf pour elle. Cela l'effraie. À partir de ce moment, la vie qu'elle a construite commence à se fissurer.

Critique:
J'ai été déçue par «Mon amie Adèle» (par une incohérence et la fin) pourtant, mon instinct m'a soufflé de lire «Si je mens, tu vas en enfer». J'ai eu raison: ce roman m'a davantage plu que l'autre, d'abord parce qu'il n'y a pas d'incohérences. Certes, un élément est un peu gros, mais d'après mon mari, visuellement, il est plausible. Quant à son côté vocal, j'imagine qu'il doit également être réalisable, même si j'émets des réserves...

Sarah Pinborough parvient à ce que tension et suspense soient au rendez-vous. Au départ, j'ai pensé (comme le souhaitait sûrement l'autrice) qu'il y avait un rapport entre ce que vivaient Lisa et Ava et autre chose (je ne dirai pas quoi). Cependant, je me doutais que la romancière voulait que le lecteur pense ainsi. De ce fait, je m'attendais à un rebondissement du genre de celui qui m'a le plus marquée dans «Une femme entre nous». Ce que finit par révéler l'écrivain est un bon rebondissement, même s'il m'a moins surprise que celui du roman cité plus haut. Cela tient sûrement au fait que je l'attendais.

J'ai rapidement su à quoi m'en tenir sur l'un des personnages, mais j'ai eu peur que Sarah Pinborough fasse quelque chose que j'aurais absolument détesté, que je déteste à chaque fois que je trouve cela dans un roman. Non seulement, elle ne l'a pas fait, mais certains de ses personnages imaginent cette possibilité, et ceux qui sont sympathiques au lecteur la rejettent. Ce petit clin d'oeil aux auteurs qui pensent s'en sortir avec ce faux coup de théâtre m'a plu.

J'ai également apprécié que, sans donner de faux indices, l'autrice m'ait bernée sur un détail. C'est un tout petit détail, mais j'ai bien ri de moi, parce qu'à partir de quelques phrases, j'ai construit une hypothèse qui s'est révélée fausse. Je sais que c'est dû au fait que je lis beaucoup de thrillers, et qu'à force, parfois, je suppose des choses sans que l'autrice ait mis de gros faux indices. Il se peut qu'elle ait souhaité berner le lecteur avec une «ambiance» dans les quelques phrases qui m'ont dupée, mais en tout cas, elle n'y est pas allée avec de gros sabots.

Elle s'est quand même permis un faux indice, mais s'est arrangée pour qu'il ne soit pas exempt de vérité, même si ce n'était pas celle que le lecteur cherchait.
Quant à la solution de l'énigme, je ne l'ai pas trouvée avant les personnages, mais je reconnais que l'indice donné au long du roman était impossible à manquer! J'ai même deviné que c'était un indice sans comprendre à qui il menait. ;-)

Ava m'a un peu agacée, mais ses réactions sont tout à fait logiques. C'est un protagoniste réaliste. De plus, à la décharge d'Ava, l'agacement est renforcé parce que le lecteur se doute de choses que l'adolescente ignore.

Un pan de l'intrigue m'a rappelé un autre roman. Il n'est pas question de plagiat, Sarah Pinborough n'est absolument pas à blâmer. D'ailleurs, elle et l'autre romancière ne sont pas les seules à avoir exploité l'idée. Ce que je veux dire, c'est qu'elles l'ont très bien fait toutes les deux. Je ne dirai quand même pas quel roman cela me rappelle pour ne pas donner d'indices.

Service presse des éditions Audiolib.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Cathy Diraison.

Je connais surtout cette comédienne pour ses doublages. J'avais un bon a priori, car j'apprécie son jeu en tant que comédienne de doublage. Sa lecture a confirmé cela. Elle ne modifie pas sa voix à outrance pour les personnages masculins, et parvient à la modifier très légèrement sans affectation pour les adolescentes. Elle joue, également sans affectation, les émotions et les sentiments des protagonistes. Je sais qu'elle a enregistré un autre roman qui ne me tente pas. J'espère qu'elle en enregistrera d'autres qui me tenteront.

Acheter « Si je mens, tu vas en enfer » sur Amazon
Acheter « Si je mens, tu vas en enfer » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)