She wouldn't change a thing, de Katharine

L'ouvrage:
Maria Forsman est psychiatre. Elle est mariée, a deux enfants, et est enceinte du troisième. Ce jour-là, Sylvia, l'une de ses patientes, l'informe qu'elle a déjà vécu cette vie, l'a déjà rencontrée, et qu'à présent, elle vient l'avertir de se tenir éloignée du garde-meubles dont son mari et elle ont prêté une clé à Rachel, la secrétaire de Maria. Si Maria n'écoute pas Sylvia, un malheur arrivera.

Critique:
Ce roman m'a intriguée dès que je l'ai vu dans les précommandes, sur Audible, en février 2021 (il est sorti en août). Je fais partie de ceux que l'histoire de quelqu'un revenant dans le temps attirera toujours. Cette idée me fascine, et même si je sais que c'est impossible, je me demande ce que je ferais si cela m'arrivait.

Je fais aussi partie de ceux qui n'aiment pas la sacro-sainte règle de certains auteurs: un changement ne peut avoir que de mauvaises répercussions. Heureusement, Sarah Adlakha n'a pas pris les choses ainsi. Quoi que fasse l'héroïne, elle perdra quelque chose. Cependant, étant donné la manière dont les éléments se présentaient, elle aurait pu agir d'une certaine façon, façon qu'elle évoque lorsqu'elle fait la liste des options après avoir demandé conseil à son père. Je n'ai pas du tout compris pourquoi elle n'a pas essayé de faire ce qui me semblait le plus évident. Pour moi, c'est une incohérence. L'autrice avait deux moyens de la gommer: soit Maria faisait ce à quoi je m'attendais, soit la romancière aurait dû nous montrer, au début du livre, qu'elle avait raté sa vie. On me dira que Maria a fait ce que je ne voulais pas parce qu'il fallait que l'autre personnage, lui, change radicalement sa propre vie. Certes, il est logique que lui ait souhaité changer, mais il n'avait pas forcément besoin de Maria pour construire sa nouvelle vie. Il pouvait rencontrer quelqu'un d'autre.

J'ai apprécié le cheminement de l'héroïne, ses doutes, ses hésitations, le fait qu'elle ne se cherche jamais d'excuses et regarde la vérité en face. Moi qui me demande toujours ce que je ferais à la place des personnages d'un livre, je pense que là, j'aurais uniquement agi dans mon intérêt. Ce n'est pas glorieux, mais c'est ce que j'aurais fait.
J'ai aussi apprécié les questions que pose la romancière quant à ce que nous choisissons, ce que nous ferions si nous savions quelles conséquences cela aurait...

Il y a une autre incohérence au début du chapitre 39. Il y a une allusion à Google. Or, le chapitre 39 se passe en 1988: Google n'existait pas, à ce moment-là.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Cassandra Campbell pour les éditions Macmillan.

Acheter « She wouldn't change a thing » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)