Scarlett Bernard, tome 1: Dead spots

L'ouvrage:
Le commun des mortels l'ignore, mais les peuples du «vieux monde» (loups-garous, sorcières, et vampires) existent. Scarlett Bernard, elle, le sait. Elle travaille d'ailleurs pour eux. Ces créatures ne veulent surtout pas que les humains sachent qu'elles partagent leur monde, et lorsqu'elles dérapent, par exemple, lorsqu'elles tuent un humain, c'est à Scarlett qu'elles font appel pour nettoyer la scène de crime. D'autre part, la jeune femme a un pouvoir sur ces créatures...
À Los Angeles, les trois espèces cohabitent, et parviennent à ne pas se marcher sur les pieds. Dash (un vampire) contrôle ce petit monde.
Ce jour-là, Scarlett se rend trop tard sur les lieux dont elle doit s'occuper. Elle va commencer à «nettoyer» quand un policier arrive. Elle lui échappe grâce à la diversion qu'un loup-garou crée involontairement.

Critique:
J'ai hésité à acheter ce roman, parce que ce genre me fait un peu peur. J'ai renoncé à lire les Charlaine Harris (autres que les Harper Connelly), les Patricia Briggs (j'avais bien aimé le tome 1 de la série «Mercy Thompson», mais pas assez pour lire la suite)... J'ai fini par me décider pour ce roman parce que le résumé m'intéressait, et que des lecteurs le trouvaient bien. L'argument qui m'a décidée disait qu'il était différent des romans du genre. Je suis contente d'avoir essayé, car j'ai maintenant hâte de lire le tome 2.

L'héroïne est sympathique. Elle a appris à s'accommoder de son travail, de ce qu'il implique... Elle a des choses à régler avec son passé, et cela ne lui sera pas facile.

L'intrigue ne souffre pas de temps morts. L'autrice s'arrange pour nous faire savoir ce qui concerne le «vieux monde» entre les réflexions de Scarlett (qui narre certains chapitres), et le récit qu'elle fait à Jesse (le policier du début qui finit par la retrouver). Le tout est bien amené. Melissa F. Olson ne traîne pas avant de révéler ceci ou cela. Par exemple, je ne me suis réellement intéressée au nom du coupable que lorsque l'héroïne a été sur la sellette, et il me semble qu'à partir de ce moment, on a vite su à quoi s'en tenir.
Il y a un prologue, mais il ne fait pas partie de ceux qui ne servent à rien, et gâchent la lecture. Il se passe avant les faits racontés par la suite.
J'ai beaucoup apprécié que le dernier chapitre prenne le temps de raconter les choses. Moi qui me plains de certaines fins trop rapides, je sais gré à Melissa F. Olson de n'avoir pas fait ainsi. Quant à la toute fin, elle donne envie de lire la suite, mais de toute façon, sans cela, j'aurais voulu la lire. D'ailleurs, je n'aime pas ce qu'on y apprend. Ce n'est pas du tout incohérent (je me suis même tout de suite dit que j'aurais dû y penser), mais cela veut dire qu'il va falloir que je fraie avec un personnage que j'ai appris à détester au long de ce tome.

La romancière présente plusieurs personnages attachants. Les vampires font plutôt figure de «méchants», mais elle atténue cela, en montrant qu'ils ne sont pas tous pareils. C'est d'ailleurs pour cela que Scarlett fera son possible pour sauver l'une d'eux.

Venons-en au petit reproche... J'ai trouvé dommage que deux personnages masculins se disputent le coeur de notre héroïne. Je reconnais que c'est bien amené, que l'écrivain n'en fait pas trop, et qu'en plus, ces deux personnages sont très sympathiques (j'ai quand même une petite préférence). Cependant, je n'ai absolument pas envie que ça fasse un truc à la Stephanie Plum où au bout du tome 16 ou 17, l'héroïne est toujours entre les deux mêmes hommes que dans le tome 1, et qu'on lit une interview de l'autrice disant fièrement que son héroïne ne choisira jamais, parce que c'est très bien comme ça. Je n'ai pas non plus envie que celui que Scarlett ne choisirait pas l'attende en soupirant. Et surtout, je ne voudrais pas qu'elle se décide pour celui que je ne préfère pas. En fait, il faudrait qu'elle opte pour celui que je préfère, et que l'autre tombe amoureux d'un personnage qui serait très sympathique au lecteur. ;-) La suite nous dira ce qu'il en est.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Brilliance audio.

J'ai trouvé ce roman en cherchant parmi les livres enregistrés par cette comédienne dont j'aime beaucoup le jeu. Ici, j'ai d'abord été surprise parce que je ne la reconnaissais pas. Ce roman a été enregistré en 2012, et à cette époque, elle ne lisait pas comme en 2015 ou 2018. Pour moi, sa voix et son jeu étaient très différents. Quand j'ai entendu la présentation, j'ai eu peur, parce qu'elle prenait une voix annonçant qu'elle allait jouer aussi mal qu'Angela Dawe dans «Hidden», de Catherine McKenzie. Heureusement, dès le prologue, j'ai compris que son interprétation ne serait pas mauvaise, et à mesure que j'avançais dans ma lecture, je la reconnaissais. J'ai donc été un peu étonnée et perturbée, au début, mais je l'ai autant appréciée que dans les autres romans enregistrés par elle que j'ai lus.

Acheter « Scarlett Bernard, tome 1: Dead spots » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)