Saving Montgomery Sole

L'ouvrage:
Montgomery Sole, seize ans, vit dans une petite ville de Californie avec ses mères (Kate et Jo) et sa soeur de onze ans (Tesla). Dans son lycée, l'adolescente n'est pas vraiment acceptée, principalement parce qu'elle a deux mères. Elle a deux amis: Thomas et Naoki. Tous trois se passionnent pour les mystères paranormaux.
Un jour, des événements viennent bouleverser l'équilibre précaire de la jeune fille.

Critique:
Ce roman m'a beaucoup plu. Il commence de manière assez légère, même si on sent bien que Montgomery a du mal à supporter l'ostracisme dont elle est victime. Au début, elle gère cela en restant très proche de ses amis sur qui elle pense pouvoir compter. Ensuite, son intérêt pour le paranormal amuse quelque peu. Son extase devant «l'oeil de la connaissance» m'a fait rire, mais j'ai eu un peu peur qu'elle place toute sa confiance en cette pierre. On comprend vite qu'elle s'y raccroche pour avoir un repère alors qu'elle se voit impuissante contre la bêtise humaine, et que son monde s'effrite. Entre le harcèlement quotidien qu'elle subit, l'intolérance des parents de Kate, et le danger que représente le révérend White, elle perd pieds, et finit par reproduire ce qu'on lui fait. À ce sujet, Thomas et elle ont une discussion intéressante. Chacun a une attitude différente face aux événements, et on se demande quelle est la meilleure. Vaut-il mieux laisser faire ou sortir les griffes? Il n'y a pas vraiment de réponses... Il est facile de comprendre que la sensibilité de Montgomery finisse par être exacerbée. De ce fait, à chaque fois qu'elle voit une croix, elle imagine que c'est le mal. Notre héroïne, plutôt sympathique, découvre donc que tout est nuancé, et que rien ne vaut la communication.

J'ai apprécié que Mariko Tamaki sache mettre une pointe d'humour lors de moments graves. Par exemple, lorsque d'insupportables filles se moquent de presque tout le monde y compris de Montgomery, j'ai été satisfaite de ce qui arrive à l'une d'elles. Je pense que beaucoup de lecteurs réagiront ainsi. C'est pareil quand la narratrice se rend à la réunion organisée par le révérend White. Ce qu'elle remarque peu avant son départ, alors qu'elle est en train de crier sa frustration à l'homme d'église, ne manquera pas de faire rire.

J'aime beaucoup le titre, parce qu'il peut donner lieu à deux jeux de mots en rapport avec l'histoire (l'un d'eux est très amusant), si on change quelques lettres: «Saving Montgomery's soul»: «Sauver l'âme de Montgomery» ou «Saving Montgomery's sole»: «Sauver la plante du pied de Montgomery».

Un petit livre à l'apparence légère, qui soulève beaucoup de questions intéressantes.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Rebecca Lowman pour les éditions [Listenning Library.| http://www.randomhouse.com/audio/listeninglibrary/ ]
Rebecca Lowman fait partie des lecteurs que j'affectionne. Ici, elle n'a pas démérité.