Sacrifices

L'ouvrage:
Anne Forestier va chercher une montre commandée pour son petit ami, Camille Verhoeven. C'est alors qu'elle voit les hommes qui sont en train de braquer la bijouterie. Elle les a vus, alors, ils veulent la tuer...

Critique:
Pendant une partie du roman, je me suis dit que «Sacrifices» n'était pas à la hauteur des autres livres de Pierre Lemaitre. L'enquête semble classique. On comprend très bien, par exemple, que Camille soit déterminé à retrouver ceux qui s'en sont pris à Anne, et qu'il fasse tout pour cela, mais cela ne réserve aucune surprise. Les choses avancent lentement... Et puis l'écrivain commence à sortir des cartes de sa manche. C'est d'ailleurs lors de la sortie de l'une d'elles que le lecteur, guidé par l'auteur, se souviendra d'un minuscule indice donné bien plus tôt dans le roman. Ensuite, le lecteur va de découverte en découverte, ce qui rattrape le côté trop classique d'une grande partie du livre.

D'un autre côté, j'ai apprécié de retrouver Camille Verhoeven. Je pensais, après ma lecture de «Travail soigné, que je ne me serais sûrement pas relevée si j'avais subi ce qu'il a subi. Ici, il reste tourmenté, mais mène une vie normale, est toujours un très bon enquêteur, et n'hésite pas à faire ce qu'il faut malgré les blessures que cela rouvre. Il parvient même à trouver une excuse à l'un des personnages. Je sais qu'il a raison, car à la place de ce personnage, j'aurais probablement agi de façon semblable, mais je me dis que Camille n'aurait pas dû l'excuser. Notre héros est peut-être plus équilibré que moi. ;-)

J'imagine que Pierre Lemaitre ne renouera pas avec ce personnage. Après «Sacrifices», il s'est lancé dans «Les enfants du désastre», et après avoir fini le tome 3, se préparait à écrire une saga familiale. De plus, à la fin de «Sacrifices», on imagine qu'on ne pourrait pas retrouver Camille à la même place (si j'ose dire) si une suite existait. Même si j'attends avec impatience la future saga de Pierre Lemaitre (je bave d'envie depuis que je l'ai entendu évoquer ce projet dans l'entretien qui se trouve à la fin de la version audio de «Le miroir de nos peines»), j'aimerais retrouver Camille Verhoeven. Il faudrait donc que le romancier soit à la fois au four et au moulin. Là, j'en demande peut-être un peu trop. ;-)

Un roman un peu lent à démarrer, mais se révélant plus surprenant que ce que laisse présager son début.

Service presse des éditions Audiolib.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jacques Frantz.

Jacques Frantz fait partie des comédiens dont j'apprécie le jeu, et qui n'enregistrent pas assez de livres qui me tentent. Par agacement / dépit / énervement / rage (rayez les mentions que vous jugerez inutiles) j'ai même essayé, l'an dernier, un livre lu par lui, livre qui ne me tentait pas du tout, voire me répugnait. Malheureusement, ce livre ne s'est pas révélé une bonne surprise, et je ne l'ai même pas fini. ;-) En tout cas, ici, comme d'habitude, Jacques Frantz a une lecture fluide et naturelle. Il joue, sans affectation, les sentiments des personnages. Lorsque Anne hurle (désespoir, rage), il prend le parti de hurler. Il le fait également pour d'autres. Je sais que chez beaucoup de comédiens, cela aurait donné lieu à du surjeu. Joué par Jacques Frantz, cela a contribué à faire monter la tension engendrée par la situation. J'espère donc (encore plus qu'avant) qu'il enregistrera d'autres livres, et que ceux-ci me tenteront.

Acheter « Sacrifices » sur Amazon
Acheter « Sacrifices » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)