Rien de plus grand

L'ouvrage:
Ce matin-là, dans une salle de classe du lycée, il y a eu des coups de feu. Tout le monde est mort, sauf Maja Norberg, dix-huit ans. Neuf mois plus tard, son procès a lieu.

Critique:
Ce roman m'a plu. Maja raconte son procès, mais aussi les événements qui y mènent. La jeune fille est un peu trouble, son récit montre que beaucoup de choses ne peuvent être compartimentées et catégorisées comme étant bien ou mal. Sa mère n'a pas un rôle très reluisant. Ce n'est pas une mère horrible, mais il y a mieux. L'adolescente évoque d'autres parents, ceux de ses amis. Elle s'attache à montrer au lecteur que tout n'est pas aussi simple que ce qu'il voit de prime abord. Alors que je me demandais comment elle pourrait expliquer l'un de ses gestes, que je me disais qu'au moins pour cet acte, on ne pouvait pas l'excuser, elle nous en raconte les circonstances... et celles-ci expliquent, voire excusent ce geste. Peut-être que certains lecteurs ne l'excuseront pas. Je dois dire que dès le départ, j'ai bien aimé Maja, malgré le cynisme dont elle fait parfois preuve. J'ai pensé que si elle s'était retrouvée là-dedans, cela ne pouvait pas être uniquement de sa faute... Elle m'a parfois donné envie de la secouer; d'autres fois, elle m'a paru perdue... Mais même quand elle m'agaçait, un fond de sympathie à son égard restait. De temps en temps, elle disait que son avocat pensait ceci et cela: elle ne semblait pas comprendre qu'au-delà de ce qu'il pensait, il faisait son travail, ce pourquoi il était payé: la défendre.

J'ai bien aimé la manière dont Samir retourne la situation lors de la conférence, au lycée. Le thème abordé est d'actualité, et je pense qu'il le restera. Avant cette conférence, on le retrouve évoqué entre les adolescents...

Je ne sais pas quoi penser de Sebastian. J'imagine que Malin Persson Giolito souhaite que le lecteur plaigne ce personnage et soit également écoeuré par lui... Je n'ai pas eu la force de le plaindre. Je sais pourtant qu'il aurait eu besoin d'aide, mais je pense que s'il avait demandé (à quelqu'un d'autre que Maja), il aurait pu avoir assez de soutien pour choisir un autre chemin... J'ai conscience que je suis sévère envers lui, mais j'en ai un peu assez de ceux qui prennent leur souffrance comme prétexte pour faire le mal.

J'aurais aimé des chapitres supplémentaires. À la fin, on sait ce qu'il advient de Maja (en tout cas immédiatement après le procès), mais j'aurais voulu savoir si certains pourraient se reconstruire moralement.

Je ne sais pas quel est le titre original, mais j'aime beaucoup le titre anglais: «Quicksand» («Sables mouvants»). Il décrit très bien ce que vivent ces adolescents...

Service presse de la plateforme d'écoute Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Zoé Gauchet pour les éditions Lizzie.

Depuis un petit moment, j'avais repéré ce titre en anglais. Je souhaitais le lire, mais... je n'apprécie pas le jeu de la lectrice qui s'en est chargée. Lorsqu'il est sorti en audio en français, lu par une comédienne que je ne connaissais pas, je me suis fiée à l'extrait proposé sur Audible (dans lequel Zoé Gauchet me paraissait talentueuse), et me suis tournée vers cette solution. J'ai eu raison. La comédienne entre parfaitement dans la peau de Maja et des autres. Elle transcrit très bien les intentions de l'auteur. Elle adopte toujours le ton approprié, quel que soit le sentiment exprimé. Elle n'en fait pas trop, modifie sa voix juste ce qu'il faut pour certains rôles... Sa lecture m'a fait ressentir l'ambiance suffocante de certaines situations. J'espère qu'elle enregistrera d'autres livres qui me tenteront, et je suis ravie d'avoir opté pour la version de ce roman lue par elle.

Pour information, la structure du livre a été partiellement respectée: le prologue est sur la même piste que le chapitre 1, et plusieurs chapitres (une dizaine) sont coupés en deux.

Acheter « Rien de plus grand » sur Amazon
Acheter « Rien de plus grand » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)