Qui a tué l’homme-homard ?

L'ouvrage:
Petit village de Margoujols. Joseph Zimm a été assassiné et démembré. Un gendarme est dépêché sur les lieux pour mener l'enquête. Celle-ci nous est racontée par Julie de Creyssels, une habitante du village. Il semblerait que Joseph ait été détesté par tous, étant donné que c'était quelqu'un d'odieux.

Critique:
Pour moi, la caractéristique principale des romans de J. M. Erre, c'est l'humour. J'ai donc été très déçue de ne pas beaucoup rire. J'ai même failli abandonner le roman, mais comme mon mari s'est donné la peine de l'enregistrer, je l'ai continué. J'ai eu quelques sourires (par exemple, lorsque les migrants sont accusés du meurtre), et ai vraiment ri une fois: lors de la rencontre avec Michael. Je ne sais pas trop ce qui devait faire rire dans le blog de Winona Jane... Je l'ai plutôt trouvé ennuyeux. J'imagine que le fanatisme des Bernicola pour les autruches devait être cocasse, ainsi que l'absence de mémoire immédiate de Nicolaï et ses conséquences... cela n'a pas pris avec moi.

J'ai apprécié certaines choses, comme la façon dont l'auteur (par l'intermédiaire de sa narratrice) décortique les codes et ficelles des romans policiers. J'ai trouvé cela bien analysé. Bien sûr, il y a certaines choses auxquelles j'ai pensées avant que Julie n'en parle. Par exemple, elle se rend soudain compte qu'elle n'a pas évoqué tel personnage. Or, cela faisait un moment que je me demandais pourquoi elle n'en parlait pas. Donc cette ficelle, avec moi, n'a pas vraiment pris. J'ai également trouvé une incohérence, dont je ne peux pas divulguer la teneur sous peine de dévoiler un élément important.

Le romancier se moque des personnes qui croient tout savoir sur les mécanismes d'une enquête parce qu'elles ont suivi les séries télévisées policières. Cela m'a fait sourire, mais pas vraiment rire.
Julie, tout en décortiquant les codes du polar, retarde certaines révélations, et souligne qu'elle les retarde... C'est un peu lourd.
L'auteur nous fait le coup classique (comme il le reconnaît à demi-mots) de nous faire soupçonner tout le monde. Je le lui aurais sûrement pardonné si j'avais passé mon temps à rire... Les choses sont quand même globalement bien amenées.

L'héroïne (la narratrice) est attachante. Je ne suis pas toujours d'accord avec elle concernant le handicap, mais il faut dire que le mien est beaucoup moins «handicapant» que le sien. Je comprends d'ailleurs qu'elle ait terminé son récit sur une note moins positive que ce qu'elle avait prévu. Concernant ce sujet, je ne sais pas trop comment l'auteur aurait pu nous faire rire, mais pour moi, ses tentatives ne sont pas réussies, sauf lors de la première rencontre de Julie et Vanessa, et aussi les fois où la narratrice parvient à se débarrasser des deux abominables enfants...

Une fois que j'ai accepté que je n'allais pas passer mon temps à rire, j'ai apprécié le déroulement de l'enquête, la narratrice, certains autres personnages...

À lire comme un divertissement, mais pas en s'attendant à avoir des fous rires.

Service presse des éditions Buchet-Chastel.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.

Acheter « Qui a tué l’homme-homard ? » sur Amazon