Nouvelles d'ados : Prix Clara 2010

L'ouvrage:
Six adolescentes ayant entre quinze et dix-sept ans ont obtenu le prix Clara 2010 pour les nouvelles regroupées dans ce recueil. Ce prix fut créé en l'honneur de Clara, une adolescente passionnée de lecture, décédée à l'âge de treize ans.
Les nouvelles sont agrémentées d'une petite présentation de chaque auteur.

Titres et auteurs des nouvelles:
L'étranglée, de Juliette Beau
Le voleur d'âmes, de Coralie Estrabols
Mémoires faussement esclaves, de Justine Guillet-Aoustin
Attraction terrestre, d'Anne-Laure Lesage
L'ours, d'Anne Moreau
Hermine noire, de Catherine Touche

Critique:
Même si j'ai moins aimé les deux dernières nouvelles, je pense que ces six jeunes filles ont mérité leur prix. Leurs histoires sont bien écrites, chacune a son style, chaque style est agréable à lire. Elles ont exploré des thèmes assez classiques, et ont su y apporter une touche d'originalité. Dans quatre nouvelles sur six, j'ai été dans l'attente, je ne pouvais pas prévoir comment tout se terminerait.
Un autre point positif est la disparité des genres. Il y a du fantastique, de la science fiction, du policier, des histoires du quotidien (présent ou passé).

Dans «L'étranglée», l'auteur décrit très bien la psychologie d'une jeune fille qui se débat entre son ressenti, ses désirs, et le bourrage de crâne qu'on lui a fait. Avec sensibilité, en un style délicat, par des phrases percutantes, Juliette Beau, en quelques pages, sait dire le désarroi de cette jeune femme.

Dans «Le voleur d'âmes», l'auteur exploite un thème assez connu, mais outre qu'on ne s'attend pas tout de suite à la fin, elle a su apporter de l'originalité. Malgré une histoire assez courte, le lecteur s'attache aux deux protagonistes, et éprouve des sentiments contradictoires pour eux.

Dans «Mémoires faussement esclaves», l'auteur a inventé une histoire vraisemblable. Elle s'est habilement servie de la mémoire collective pour décrire certains aspects de l'esclavage, notamment le marché aux esclaves.
Quant à l'histoire, si on comprend la blessure et la fureur de Christie, le fait qu'elle ait pu «agir» seule pendant neuf ans, et sans qu'on sache comment elle survivait, est peut-être un peu invraisemblable.

«Attraction terrestre» est une nouvelle de science fiction. À partir d'un thème banal (Anne-Laure Lesage fait elle-même le rapport avec «Les lettres persanes», mais on pourrait en trouver avec d'autres romans), l'auteur met en lumière plusieurs aspects de l'humanité: l'intolérance, la peur, l'amour... Certaines de ses réflexions, notamment celles sur la mort, sont cruellement pertinentes. Elle montre que d'autres façons de pensées et d'agir peuvent aussi avoir leurs failles. Cela a déjà été fait, mais l'auteur renouvelle la manière de le faire.
De plus, Anne-Laure Lesage est parvenue à imaginer des rebondissements qui font qu'on ne s'ennuie pas.
Il y a une incohérence quant à la durée du voyage entre la Terre et Weveria.

«L'ours» m'a fait penser à un conte. Je l'ai moins appréciée parce qu'il m'a semblé que l'auteur (qui est fan de Serge Brussolo, comme moi), n'était pas très originale. Néanmoins, la nouvelle est bien écrite.

«Hermine noire» est plus classique. C'est une enquête policière. Les deux personnages principaux sont sympathiques, et la nouvelle est cohérente, mais j'ai moins adhéré qu'aux quatre premières, car je l'ai trouvée moins originale.

J'ai aimé découvrir ces nouvelles, et surtout, je suis heureuse que, dans notre société actuelle, certaines adolescentes se disent passionnées de lecture.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Marie-Philippe Lachaud.
Ce livre m'a été offert par les éditions Héloïse d'Ormesson dans le cadre d'un partenariat proposé par Blog-O-Book.

Acheter « Nouvelles d'ados : Prix Clara 2010 » sur Amazon