Pour le pire

L'ouvrage:
Rebecca et Paul sont mariés depuis vingt ans. Comme tous les couples, ils ont connu des hauts et des bas. Ce matin-là, la police leur fait une visite de routine, parce qu'ils connaissaient une femme dont la disparition vient d'être signalée. Ils n'ont rien à voir avec cela. Cependant, ils cachent des choses. À la police, certes, mais également l'un à l'autre.

Critique:
J'ai acheté ce roman (je l'ai lu en anglais, mais il existe en français) peu après avoir reçu une publicité de Babelio disant que le suspense était haletant, que l'un des personnages (et donc le lecteur) se retrouvait en plein cauchemar, qu'il fallait se méfier de tous les personnages... J'exagère, mais en tout cas, c'était dithyrambique. Peut-être que, de ce fait, j'attendais beaucoup de ce roman. En tout cas, je ne suis pas vraiment ravie d'avoir dépensé un crédit (sur Audible) pour cela.

L'auteur traîne beaucoup concernant au moins un pan de l'intrigue. Cela m'aurait peut-être moins agacée si je n'avais pas deviné, à la minute où cet aspect est apparu ce qu'il y avait à savoir à ce sujet. À un moment, l'auteur a bien essayé de renforcer les soupçons d'un personnage en créant un fait, fait qui aurait dû détourner mon esprit de la vérité, mais là aussi, j'ai compris de quoi il retournait exactement.

Dans le paragraphe qui suit, pour ne pas dire de quels personnages je parle (afin de ne pas donner trop d'indices), je les appelle A et B.
Je ne comprenais pas pourquoi A ne confrontait pas B aux failles que A pensait trouver. On me dira que A avait peur de B. Certes, mais c'est une excuse bien mince, sachant que A pouvait se protéger.
De plus, pourquoi B tenait-il tant à ne rien dire à A concernant l'aspect de l'intrigue dont je parle ci-dessus? Justement, B aurait dû souhaiter dire tout de suite à A ce qui se passait. Bien sûr, l'auteur fait exprès de faire cela afin que le lecteur croie à la théorie de A. Non seulement, cela n'a pas fonctionné avec moi, mais en plus, on trouve l'incohérence une fois qu'on connaît la vérité.

Il y a un personnage qui m'a déplu dès le départ. Pourtant, on comprend vite que ce personnage est ainsi parce que certains événements l'ont poussé vers le côté obscur de la force. ;-) Cela aurait plutôt dû me faire éprouver de la compassion. Encore une fois, cela n'a pas pris, et tout au long du livre, ce personnage m'a déplu. Il y a d'ailleurs quelque chose qui n'est révélé que vers la fin, et dont je me suis très vite doutée concernant ce personnage.

Enfin, si je peux comprendre que les choses se terminent ainsi pour A et B (j'aurais préféré que cela ne soit pas ainsi pour l'un des deux, mais après tout, cela ne m'a pas trop gênée) j'aurais aimé que la toute fin montre autre chose. Pour moi, il est vraiment dommage que l'auteur n'ait pas fait ce que j'attendais. À mon avis, la fin aurait pu être percutante. Il est vrai qu'il aurait fallu que l'auteur la prépare, fasse très attention aux incohérences, etc. Mais cela aurait justement montré son talent. Pour moi, ce roman est plutôt raté...

Comme souvent, je n'apprécie pas le titre français. Le titre original est bien plus en accord avec ce qui arrive dans le livre.

Éditeur français: Pygmalion.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Mark Deakens (Paul), Erin Bennett (Rebecca), George Newbern (Silvestry), Nicol Zanzarella (Sheila), Mike Chamberlain (Walcott), Will Damron (Wess) pour les éditions Penguin Random House Audio.

Je connaissais certains narrateurs. J'ai aimé le jeu de chacun. C'est plutôt dans la manière de présenter le livre que j'ai moins aimé Erin Bennett. Sa façon de faire m'a paru affectée. Heureusement, cela n'arrive que lorsqu'elle présente le livre.
Je ne connaissais pas Mike Chamberlain. J'ai eu du mal à différencier sa voix de celle de George Newbern. Cela ne m'a posé aucun souci, car à chaque chapitre, le nom du personnage qui narre est annoncé. De plus, je pense que les deux voix ne sont pas si ressemblantes. Ma confusion vient de ce que je ne connaissais pas du tout Mike Chamberlain.

Acheter « Pour le pire » sur Amazon