Poison

L'ouvrage:
Eric Prat est un homme gauche et malgracieux.
Il est professeur de philosophie.
Son rêve est simple: l'amour. Il rêve du grand amour.
Lorsqu'il se présente, en la personne de Corinne, Eric n'y croit pas. Elle lui voue un amour absolu, total. Il lui en demande toujours plus, pour être bien sûr qu'elle l'aime vraiment. Il lui demande de sacrifier une partie d'elle-même. Elle accepte sans hésiter. Et ils se marient. Mais Eric n'a pas épousé Corinne par amour. Il l'a fait parce qu'elle l'aimait, et qu'il était émerveillé d'être aimé.

Critique:
J'aime ce petit roman que je lis pour la troisième fois depuis 1997. L'histoire est très banale: un couple qui se cherche, qui a du mal à communiquer, des malentendus... Mais je trouve que l'auteur sait rendre cette atmosphère oppressante, cette frustration des deux personnages principaux.
On comprend également cette inaptitude d'Eric à la communication, car sa famille est comme ça. Son père et ses frères sont terre à terre et étriqués. On a l'impression qu'ils ne parlent jamais sérieusement, qu'ils n'ouvrent jamais leurs coeurs, qu'ils sont fats et égoïstes. La seule fois où le père d'Eric se montre sérieux, c'est pour dire des horreurs à Corinne.

D'autre part, le récit mélange les points de vue. Eric prend la parole, puis c'est le narrateur qui donne souvent le point de vue de Corinne. On comprend comment un manque de communication peut amener des gens à se fourvoyer totalement.

A un moment, on a envie de secouer Corinne qui a absolument tout quitté pour son mari, qui se plie à tout ce qu'il veut, et qui est remerciée par le récit de l'amour déçu d'Eric pour une de ses élèves. Récit particulièrement cruel, puisqu'Eric lui jette à la tête qu'elle ne peut pas comprendre, qu'elle ignore ce qu'est l'amour et la souffrance qu'il occasionne.
Mais Corinne finit par se secouer seule. Elle s'affirme, par la suite.

Ensuite, nous voyons l'épisode de l'amour déçu d'Eric pour une lycéenne à travers les yeux de ce dernier. J'ai eu un peu de mal à adopter son point de vue lorsqu'il explique pourquoi et comment il raconte cela à sa femme.
Ensuite, il explique d'autres faits, et nous éclaire sur le grand quiproquo du roman, malentendu qui décidera Corinne à faire bouger les choses.

La fin est encourageante. On n'a pas vu Eric et Corinne éclaircir leurs malentendus, mais on pense qu'ils ont dû le faire. De plus, un changement s'opère en Eric, et il est de bon augure.

J'ai aimé le style. L'auteur est grave sans être grandiloquent, sans ajouter d'inutiles fioritures. Il y a souvent de petites phrases sur la vie, sur l'état psychologique de chacun qui sonnent juste.

Éditeur: la Table Ronde.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Thierry Grossenbacher pour la Bibliothèque Braille Romande.

Acheter « Poison » sur Amazon