1Q84 T3 Les dames de Rome Le pacte
Un requiem allemand Steeve Jobs


Note: Ces livres paraîtront en audio le 18 avril.

  • 1Q84 Livre 3, d'Haruki Murakami, lu par Emmanuel Dekoninck et Maia Baran, 17 h 45.
    Pas de résumé.
  • Les Dames de Rome, de Françoise Chandernagor, lu par Valérie Lemaître, 12 h.
    Présentation de l'éditeur:
    Les Dames de Rome, second volet des Enfants d’Alexandrie, commence à Rome après la victoire d’Octave sur l’Égypte et l’arrivée des trois enfants captifs de Cléopâtre et de Marc Antoine exhibés enchaînés lors du triomphe d’Octave.
    Séléné, 10 ans, seule survivante des Ptolémée après la mort de ses frères, est confiée à la soeur aînée d’Octave, Octavie, première dame de Rome qui vit entourée d’enfants, les siens et ceux de la famille. Séléné va grandir au milieu de cette tribu impériale, faisant sienne la culture romaine qu’incarnent Properce et Virgile. Et tandis qu’on marie à peine pubères les autres filles par alliances successives, Séléné devient une jeune fille impossible à marier, prisonnière illustre dont le destin va être bouleversé par son départ vers Carthage pour épouser le roi de Maurétanie.
  • Le Pacte, de Lars Kepler, lu par Thierry Janssen, 16 h.
    Présentation de l'éditeur:
    Un univers où les desseins machiavéliques le disputent aux pires cauchemars. Un univers où les contrats ne peuvent être rompus, même par la mort.
    Une jeune femme est retrouvée morte à bord d'un bateau dérivant dans l'archipel de Stockholm. Ses poumons sont remplis d'eau de mer, pourtant il n'y a pas une seule goutte d'eau sur ses vêtements. La soeur de la victime, une célèbre militante pour la paix, est quant à elle poursuivie par un tueur implacable. Le même jour, un corps est découvert pendu à une corde à linge dans un appartement à Stockholm. Il s'agit de Carl Palmcrona, le directeur général de l'Inspection pour les produits stratégiques, l'homme chargé de valider les contrats d'armement de la Suède. Tout semble indiquer un meurtre car la pièce est vide et rien n'a pu lui permettre de grimper jusqu'au noeud coulant qui l'a étranglé. Pourtant, l'inspecteur Joona Linna est persuadé qu'il s'agit d'un suicide... En menant de front ces deux enquêtes. Joona Linna ignore qu'il entre de plain-pied dans un univers trouble fait de commissions secrètes, d'ententes tacites et de pactes diaboliques.
  • Un requiem allemand, de Philip Kerr, lu par Julien Chatelet, 9 h 52.
    Présentation de l'éditeur:
    À Berlin, puis à Vienne, tandis que la dénazification entraîne une valse des identités et des faux certificats, Bernie va devoir prouver que son passage sur le front de l'Est n'a pas entamé ses capacités. D'autant qu'il s'agit aussi de sauver sa peau...
    C'est dans le Berlin de 1947 que nous retrouvons Bernie Gunther, le détective privé familier des lecteurs de L'Été de Cristal (Prix du roman d'aventures 1993). Un Berlin de cauchemar, écrasé sous les bombes, en proie au marché noir, à la prostitution, aux exactions de la soldatesque rouge... C'est dans ce contexte que Gunther est contacté par un colonel de renseignement soviétique, dans le but de sauver de la potence un nommé Becker, accusé du meurtre d'un officier américain. Mais quel rôle jouait au juste ce Becker —que Bernie Gunther a connu quelques années plus tôt ? Trafiquant ? espion ? coupable idéal ?
  • Steve Jobs, de Walter Isaacson, lu par Lemmy Constantine, 22 h 30
    Présentation de l'éditeur:
    La vie, l'oeuvre, et la pensée d'un des plus grands innovateurs et visionnaires de notre époque.
    Le livre retrace l’incroyable vie et l’extraordinaire personnalité d’un génie, perfectionniste et hyperactif, qui a révolutionné les ordinateurs, les films d’animation, la musique, les téléphones, les tablettes tactiles et l’édition numérique. Steve Jobs a compris qu’associer la créativité à la technologie était devenu essentiel. C’est avec une extrême franchise qu’il parle de ses proches, ses collaborateurs, rivaux et concurrents, qui à leur tour évoquent sans langue de bois ses passions comme ses obsessions. La personnalité de Steve Jobs et les produits qu’il crée sont étroitement liés, comme les différentes parties d’un système intégré –tous les produits Apple participent de cette logique. Le parcours de Jobs est exemplaire, un modèle en terme d’innovation, de caractère, de direction d’entreprise et de valeurs.