Pale Queen

L'ouvrage:
Claire (une humaine) est assassin au service de Mab, la fée reine de l'hiver. Elle a donc l'habitude d'évoluer aussi bien dans le royaume des fées que dans le monde des humains. Aujourd'hui, elle doit trouver qui détourne le Rêve produit par les humains qui est censé être dirigé vers le royaume de l'hiver. Bien sûr, sitôt la personne trouvée, elle doit lui faire avouer pour qui elle travaille. Cependant, les choses ne se passent pas aussi aisément que le souhaite Mab.

Critique:
Après avoir fini le tome 1 de cette trilogie, j'ai constaté (entre ce qui arrive dans ce roman et le résumé du tome 1 d'une autre trilogie) que la série «Le cirque des immortels» se passait avant celle dont le tome 1 est l'objet de la présente chronique. Ayant commencé cette série, je la continuerai et lirai «Le cirque des immortels» après, mais je donne l'information à ceux que les deux séries intéresseraient.

Ce roman m'a beaucoup plu. J'ai d'abord apprécié Claire. L'auteur décrit bien sa psychologie. Tout ce qu'elle fait, et surtout pourquoi elle le fait, est expliqué. S'il y a une chose que je n'ai pas comprise, c'est qu'elle continue à être loyale envers Mab. Presque depuis le début, je m'attends à ce que Claire se retourne contre la reine. Elle opère bien de petites révoltes, et est satisfaite de montrer à Mab qu'elle n'est pas si malléable que cela, mais au final, elle ne fait rien de plus.

Mab est détestable, et pas uniquement à cause de sa façon d'agir envers la narratrice depuis l'enfance de cette dernière. J'espère que dans le tome 2, la reine de l'hiver souffrira énormément, et que son supplice durera.

L'intrigue semble simple, et au premier abord, peut paraître ennuyeuse, mais elle est intéressante, ne souffre pas de temps morts, et l'auteur a su l'agrémenter d'éléments qui relancent l'attention: la psychologie de Claire, les conversations parfois amusantes qu'elle a avec Elie (la créature fantastique qui doit l'aider dans son enquête), son amitié avec Pan, les effets magiques qu'elle utilise (la baignoire qu'elle remplit en un geste, par exemple).
Si certaines révélations sont un peu faciles, cela ne m'a pas dérangée. J'ai même été surprise parce que je n'avais pas deviné quelque chose que j'aurais dû comprendre. Cela veut dire que j'étais assez prise par l'histoire pour ne pas chercher à la disséquer.

J'ai aimé Kingston, même si, dès le départ, Pan avertit la narratrice qu'il faut se méfier de lui. Apparemment, c'est plus complexe. Kingston n'est sûrement pas irréprochable, mais il semble devoir mériter les circonstances atténuantes... à l'inverse de Mab. (Si vous n'avez pas compris que je n'aime pas Mab... ;-) )

Étant donné la manière dont se termine ce roman, je pense qu'il faut lire la série d'une traite. J'ai hâte de m'attaquer à la suite!

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Brilliance audio.

Comme d'habitude, le jeu de cette comédienne m'a beaucoup plu. Elle parvient à modifier un peu sa voix (sans exagérer) pour certains rôles, elle joue très bien les divers sentiments exprimés par les personnages au long du livre.

Acheter « Pale Queen » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)