Nous irons cueillir les étoiles

L'ouvrage:
Barjols.
Sandrine Gaspect est séparée d'Olivier, son mari. Elle vit avec son fils, Baptiste. Celui-ci aimerait que ses parents se remettent ensemble. Il doit également supporter ses grand-mères qui l'agacent avec dictées et remontrances sur son appétit.
Un jour, Sandrine est convoquée chez un notaire. Elle y rencontre un certain François Rivière qui dit être son père biologique. Il possède un domaine, et souhaite qu'à sa mort, Sandrine touche la part qui lui revient de droit.
Tout se complique lorsque Louise, la fille du capitaine de la gendarmerie, décide de faire une fugue, entraînant Baptiste.

Critique:
Voilà un livre sympathique, malgré certaines choses grosses et agaçantes. Certains événements sont attendus, comme l'évolution, au long du livre, des rapports entre Sandrine et Olivier. Malgré cela, j'ai aimé que cela se passe ainsi.
Il y a bien quelques longueurs. Par moments, le lecteur en a un peu assez, car lui connaît les réponses, et s'essouffle de voir tout le monde s'échiner à aller dans la mauvaise direction. En outre, il est un peu invraisemblable que les enfants rencontrent justement une personne qui connaît le russe, et qu'il serait facile de soupçonner.

Sandrine, Olivier, Baptiste, et Pucieri sont attachants. Ce sont les personnages les mieux analysés du roman. L'auteur montre ce qui les pousse, ce qui les effraie, ce qui les retient.

Les autres personnages ne sont pas très sympathiques. Soit ils sont caricaturaux, soit peu creusés.
Martine et Jacquote sont assez détestables. Elles ont élevé leurs enfants en pensant à elles-mêmes, ne sont à l'écoute de personne, ne savent qu'attaquer et interdire.
Quant au père de Louise, je ne le cerne pas trop. Il fait quand même quelques choix qui le montrent plus ambitieux que préoccupé de sa fille.

Louise éveille la compassion du lecteur, mais la plupart du temps, elle est agaçante. Il est logique qu'elle tente de faire comprendre à sa mère que la façon dont elle est traitée ne lui plaît pas. Il est normal qu'elle veuille se faire entendre. Mais ensuite, elle est totalement dépourvue de scrupules. Elle se montre désagréable, sournoise, et vicieuse. Même s'il est évident qu'elle n'a pas souhaité qu'il arrive malheur à Pucieri, elle aurait pu se douter que son attitude légère et égoïste n'apporterait que des ennuis au musicien.
Elle peut aussi faire rire le lecteur par certaines de ses répliques, notamment lorsqu'elle se dit que la seule chose qui doit préoccuper sa mère, c'est le fait que ses ravisseurs pourraient lui faire manger de la viande.

Ma critique n'est pas très positive, mais j'ai passé un bon moment avec ce livre, principalement pour deux raisons. D'abord, j'ai tellement été déçue par d'autres romans de cet auteur que celui-là a été une bonne surprise. Ensuite, l'interprétation de la lectrice m'a ravie. Elle a fait de ce roman passe-partout un livre qui vaut la peine qu'on s'attarde sur cette version audio. Elle a su le jouer sans cabotinage, comme à son habitude.

Éditeur: Robert Laffont.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Anne-Marie Scaramuzzi pour la Bibliothèque Braille Romande.

Acheter « Nous irons cueillir les étoiles » sur Amazon