Nous allons mourir ce soir

L'ouvrage:
La narratrice doit se reconvertir. En effet, à force de masturber ses clients (soit un geste répétitif), elle a un «mauvais poignet». Elle va donc faire de la voyance: lire les auras. C'est ainsi qu'elle rencontre Susan qui a peur de son beau-fils, Miles. Apparemment, celui-ci n'est pas seulement en pleine crise d'adolescence. Susan craint que sa maison soit hantée, et que cela influence Miles.

Critique:
La nouvelle est simple, l'histoire est assez banale, mais on ne s'ennuie pas du tout. D'abord, l'auteur nous présente son héroïne: une jeune femme un peu paumée qui a vite compris comment tirer son épingle du jeu. Elle est à la fois un peu agaçante et sympathique. Elle profite des faiblesses et de la crédulité des gens, mais elle est attachante.

Quant à l'intrigue, je ne sais pas si la «solution» est évidente ou non, mais je sais que je n'ai pas cherché à tout décortiquer pendant ma lecture. Je me suis laissée porter par l'histoire. L'auteur a donc réussi son pari.
La fin est en demi-teinte. On ne peut pas être sûr de ce qui s'est réellement passé. Quelle version de l'histoire est la vraie? C'est au lecteur de se faire son idée. J'ai une préférence pour l'une des deux versions, mais il y a une petite faille, à mon sens. Pourquoi Susan appellerait-elle le 911 pour des bijoux volés? Et pourquoi soupçonnerait-elle forcément l'héroïne et pas Miles? On peut l'expliquer par le fait qu'elle a peur et finit par soupçonner tout le monde...

Dans la présentation de la nouvelle, il est précisé qu'elle a été écrite par l'auteur de «Les apparences». J'ai absolument horreur de ce genre de phrases. Comme si tout le monde avait aimé «Les apparences». Malgré son succès, je pense que certains ne l'ont pas aimé, mais donneraient peut-être une chance à cette nouvelle. Or, ce genre de phrase serait plutôt un repoussoir pour ceux-là. Il le serait aussi pour des gens comme moi qui ont aimé «Les apparences», mais qui ont l'impression qu'on veut les forcer à lire cette nouvelle, qu'on l'aimera forcément. J'ai d'ailleurs failli ne pas la tenter à cause de cela. Il y a beaucoup d'auteurs dont j'ai aimé certains ouvrages et pas d'autres. C'est d'ailleurs arrivé avec Gillian Flynn: je n'ai pas réussi à finir «En des lieux sombres».

Éditeur français: Sonatine
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Julia Whelan pour les éditions Penguin Random House Audio.
Je pense que le choix de Julia Whelan n'est pas un hasard: c'est elle qui interprète Amy dans la version audio anglophone de «Les apparences». C'est une lectrice que j'apprécie, mais j'ai du mal avec sa tendance à modifier sa voix pour les personnages masculins. Ici, il me semble qu'elle a moins exagéré que dans «The last time we say goodbye», mais c'est encore un peu pénible.

Acheter « Nous allons mourir ce soir » sur Amazon