Mosquitoland

L'ouvrage:
Mary Iris Malone (dite Mim), seize ans, vit, depuis un mois, à Jackson, dans le Mississippi, avec son père et sa belle-mère (Cathy). Sa mère, Êve, est à l'hôpital, à Cleveland, à 947 miles de Jackson. Mim n'aime pas sa nouvelle vie. Sa mère lui manque. La goutte d'eau est une conversation qu'elle surprend entre son père, sa belle-mère, et le proviseur du lycée où elle va. C'est alors qu'elle décide de partir rejoindre Êve.

Critique:
Ce livre m'a beaucoup plu. Il aborde certains thèmes de manière très fine et juste. Par exemple, Mim tient à sa mère (ce qui est normal), et en veut à son père de s'être remarié si vite après le divorce. De ce fait, elle a pris Cathy en grippe, et lorsqu'elle découvre des faits semblant incriminer cette dernière, elle y voit un moyen de corroborer ce qu'elle pense. Le lecteur étant dans la tête de Mim, il voit les choses de son point de vue. Quant à moi, j'ai commencé à me demander si tout était aussi simple lorsqu'une personne extérieure a demandé à Mim si elle était à ce point sûre de la sournoiserie de Cathy.

Tout voir à travers les yeux de l'héroïne (qui est la narratrice) fait que le lecteur (du moins moi) ne trouvera pas le père de la jeune fille très sympathique. Attention, je ne veux pas dire qu'à la fin, nous découvrons que tout ce que dit Mim est faux, mais plutôt qu'il faut peut-être se mettre à la place de certains personnages au moment où la narratrice explique leurs réactions concernant ceci ou cela. Quant à moi, même après avoir fini le roman, j'en veux au père de Mim pour certaines choses, notamment pour avoir eu peur d'une petite fille de huit ans qui s'amusait à imaginer plusieurs personnages, et à attribuer une voix à chacun. On comprend sa peur, mais elle l'a bloqué, englué dans un raisonnement, et cela n'a pas aidé sa fille.

La jeune narratrice se lance dans une aventure périlleuse, et ne manque pas de faire de mauvaises rencontres. Je dois dire que j'ai adoré lire comment elle se débarrasse de Joe. Mais sa route croisera aussi celles de personnes qu'il aurait été dommage qu'elle ne côtoie pas. Son périple lui fera vivre des événements qui la grandiront, la mettra face à des horreurs, mais aussi à des gens bien. Elle sera ensuite forcée de voir certaines choses, et elle devra vivre avec. Elle perdra une partie de son enfance. On en trouve des traces dans son attachement quasi mystique au rouge à lèvres d'Êve...

Avant d'acheter ce livre, j'ai lu des chroniques à son sujet. Une personne disait quelque chose qui m'a beaucoup plu: ce roman est pour la jeunesse, mais il n'aseptise pas les choses. Je suis d'accord avec cela. J'ai même beaucoup aimé le petit trait d'humour du chroniqueur qui dit que «Mosquitoland» risque d'effrayer les lecteurs de Guillaume Musso, Marc Lévy, et David Foenkinos. ;-)

Je me rends compte que je ne peux pas dire grand-chose de plus, afin de ne pas trop en dévoiler. Je ne peux que conseiller cette lecture. Je ne mets qu'un petit bémol à mes louanges: j'ai trouvé un peu gros que Mim rencontre justement le neveu d'Arlène...

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Phoebe Strole pour les éditions Listenning Library.

Phoebe Strole fait partie des comédiens dont j'apprécie beaucoup le jeu. Ici, elle n'a pas démérité. Elle n'a pas exagéré sa voix pour les rôles masculins. Elle a été obligée de prendre un accent anglais pour Êve (Mim précise dès le départ que sa mère est anglaise et a un accent), et même si je n'aime pas cela, je n'ai pas été trop dérangée, parce qu'Êve intervient peu.