Moi, Simon, seize ans, homo sapiens

L'ouvrage:
Simon (seize ans) nous fait découvrir son petit univers: sa famille, ses amis, ses cours. Depuis quelques mois, il correspond par mails avec un garçon de son lycée dont le pseudonyme est Blue. Chacun ignore l'identité de l'autre. Au fil des messages, ils tombent petit à petit amoureux l'un de l'autre. C'est sur l'un de ces messages que tombe Martin Addison. Il fait alors du chantage à Simon il révélera à tous (sur les réseaux sociaux) que Simon est homosexuel, sauf si celui-ci l'introduit dans son cercle d'amis, et surtout auprès d'Abby.

Critique:
Ce livre m'a plu. J'ai eu un peu de mal à y entrer, car j'ai commencé par trouver peu crédible que Simon ait été imprudent au point que quelqu'un ait pu voir ses e-mails. Ensuite, j'ai appris à le connaître, ainsi que ceux qui gravitent autour de lui, et cette petite incohérence ne m'a plus paru si importante.

J'ai apprécié le mélange de normalité et d'extravagance qui compose la vie de Simon. Tout est très réaliste. Ses parents sont sympathiques, mais ont leurs petites failles. Par exemple, le père fait des plaisanteries souvent lourdes sur un sujet dont il ignore qu'il est plus délicat qu'il ne le serait dans une autre famille. Sa mère a du mal à laisser ses enfants voler de leurs propres ailes (ce qui est logique), et tente (pas toujours avec succès) de ne pas les analyser du point de vue de la psychologue qu'elle est. Les soeurs de Simon sont très différentes l'une de l'autre. Quoi de plus normal? Elles se distinguent parfois par des actes inattendus.
Dans cette famille, le plus important est l'amour que chacun se porte. Tous ces personnages m'ont touchée, parce qu'ils donnent envie de partager leurs moments de détente, et ils sont unis. Bon, si j'étais dans le roman, je n'irais quand même pas jusqu'à regarder des émissions de télé réalité avec eux. ;-) Mais ils ont d'autres jeux qui m'ont semblé sympathiques.
N'oublions pas Bieber, le chien, qui ne rate pas une occasion d'être caressé et câliné, et que chacun chouchoute.

Quant aux amis de Simon, chacun a sa personnalité, ses particularités, ils sont solidaires. Becky Albertalli a su créer une ambiance qui m'a tout de suite parlé, car elle me rappelait mes années lycée.

Concernant l'intrigue... difficile d'en parler, car le but est de ne pas trop en dévoiler. Pour moi, elle est sans temps morts et sans invraisemblances. Entre répliques et situations cocasses (comme la première cuite de notre héros), gravité (l'amour naissant entre certains), désespoir (l'un des personnages se rend compte qu'il a déclenché quelque chose qu'il ne maîtrise pas), l'auteur fait passer émotions et sentiments avec beaucoup de naturel. Elle en profite pour montrer diverses situations dans lesquelles des garçons disent à leurs famille et amis qu'ils sont homosexuels. Certains réagissent avec maladresse en voulant absolument montrer que pour eux, cela ne change rien. Malheureusement, ils en font trop. Cela se comprend, et il vaut mieux des réactions maladroites bien intentionnées qu'un rejet. Pour moi, la romancière a eu raison de montrer cela, car je pense que cela doit souvent se produire.

Remarques annexes:
J'ai assez rapidement deviné qui était Blue. Je pense que c'est voulu.
J'imagine les personnes ayant beaucoup apprécié le livre tentant de se faire le menu aux Oreo de Simon. ;-) Pour ma part, j'aime bien ces biscuits, mais le menu m'écoeure un peu, je ne l'essaierai donc pas.

Il semblerait qu'il y ait une suite (je l'ai vue en audio anglais sur Audible) qui, si j'ai bien compris, serait racontée du point de vue de Leah (une amie de Simon). Je ne sais pas encore si elle m'intéresse. À voir...

Service presse des éditions Audiolib.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Gauthier Battoue.

Je sais que ce comédien fait du doublage, mais je ne l'ai jamais entendu dans cet exercice. J'ai aimé sa lecture de ce roman. Il joue les sentiments des protagonistes avec beaucoup de naturel. Il n'a pas beaucoup modifié sa voix pour les rôles féminins, et c'est très bien. Sa lecture est adéquate. Il n'a pas eu la partie facile (à mon avis) lorsqu'il s'est agi de lire les mots tendres qu'échangent certains. Il est délicat de ne pas avoir l'air mièvre ou froid. Il s'en est très bien tiré. Je l'entendrai à nouveau avec plaisir!

Acheter « Moi, Simon, seize ans, homo sapiens » sur Amazon ici
Acheter « Moi, Simon, seize ans, homo sapiens » en audio sur Amazon ici ou en téléchargement audio (Audible.fr)