Aujourd'hui, c'est Michèle Roullet, lectrice bénévole, qui répond à mes questions.

La Livrophile: Comment en êtes-vous arrivée à enregistrer des livres?
Michèle Roullet: Un peu par hasard. J'ai toujours aimé lire, et j'ai souvent lu à mes amis des livres à haute voix. Ils adoraient... J'ai aussi suivi une formation de comédienne sans pouvoir vraiment pratiquer cette profession. Je n'ai été sur scène (en dehors des auditions d'examen) que quelques fois. Or ce qui me fascine dans le théâtre, c'est cette quête de vérité. La première fois que je suis allée au théâtre (à environ 7 ans), je me souviens d'avoir été subjuguée et d'avoir eu comme réflexion que les comédiens avaient l'air d'être plus vrais que les gens dans la vie courante.
Il y a environ 8 ans, un couple d'amis, connaissant mon goût pour la lecture, m'a parlé de la BBR. D'emblée l'idée de devenir lectrice m'a séduite, car je trouvais (et trouve toujours) que pour du bénévolat, il faut non pas du sacrifice, mais du plaisir à transmettre. J'ai donc pris contact avec la BBR et suis devenue lectrice.
L: Votre formation de comédienne explique que vous avez une très bonne diction. Votre prononciation des sons (en particulier des «é« ouverts et fermés) est toujours exacte.

L: Pour vos lectures personnelles, avez-vous une préférence pour un genre de livres? De même, y a-t-il un genre de livres que vous n'aimez absolument pas?
M.R.: Je lis souvent des essais (sujets: philosophie, réflexions sur le religieux ou le social), des romans, des poèmes. Je ne dédaigne pas non plus un bon polar. Ce que je ne lis jamais ce sont les ouvrages de science-fiction, des ouvrages d'ésotérisme, ou des livres traitant de la santé, du jardinage, etc. Bref, je ne lis pas souvent des documentaires, sauf pour préparer un voyage.

L: Comment choisissez-vous quels livres vous allez enregistrer? Je suppose que vous n'enregistrez pas uniquement ceux que vous aimeriez lire.
M.R.: Plusieurs façons de procéder:
1. je choisis un ouvrage qui se trouve sur les étagères de la BBR. Avant d'achever un livre, j'emprunte deux ou trois livres chez moi pour les feuilleter avant de faire mon choix suivant.
2. la BBR m'adresse une demande précise en me mettant un livre entre les mains qui est une demande urgente à enregistrer. Certaines fois, des livres peuvent être lus par plusieurs lecteurs comme par ex. l'ouvrage: Droit Roger-Pol, "101 expériences de philosophie quotidienne". Je suis alors la planification faite par la BBR.

L: Parmi les livres que vous avez enregistrés quel est celui pue vous avez préféré?
M.R.: Pas facile de vous donner une réponse. Il m'a fallu consulter mes listes d'ouvrages enregistrés. Les livres n'étant pas tous du même genre, ils ne laissent pas des impressions identiques. Et puis je suis bon public, j'aime souvent tous les livres que je lis à moins qu'ils ne soient totalement insipides.
Parmi ceux que j'ai beaucoup aimés, je citerai peut-être en premier de Van Cauwelaert Didier, «L'apparition« (je ne connaissais pas cet écrivain pourtant si prolifique). Mais je n'oublierai pas non plus de: Auster Paul, «Tombouctou«, puis de Kourouma Ahmadou, «Allah n'est pas obligé«, et le livre de Martin-Chaufier Gilles, «Constantinople«.

L: Est-il arrivé qu'un livre à enregistrer vous tente, puis qu'après avoir approfondi, vous le trouviez beaucoup moins à votre goût? Pouvez-vous donner un ou plusieurs exemples? A l'inverse, un livre qui ne vous tentait pas s'est-il révélé bien plus plaisant que prévu? Pouvez-vous donner un ou plusieurs exemples?
M.R.: Lorsqu'un livre me tente, je suis rarement déçue. Mais je trouve qu'il est plus difficile de lire des essais. Car la lecture hebdomadaire amène une lecture avec un rythme lent et avec des interruptions qui sont plus dommageables pour le genre "essai". Ces interruptions d'une semaine permettent moins d'entrer dans la thèse ou le propos que défend un essayiste. Alors que pour un roman, dès que l'on reprend le livre, on retrouve les émotions laissées en suspens pendant une semaine et on peut reprendre facilement le récit. Par exemple pour le livre de Kristeva, Julia, «Etrangers à nous-mêmes«, je suis sûre que j'ai aimé le lire, mais je ne me souviens pas très bien de son propos.

L: Combien de temps avez-vous pour vous approprier le livre avant de l'enregistrer? Le lisez-vous plusieurs fois? Lisez-vous un chapitre, puis l'enregistrez-vous? Découvrez-vous le livre au moment où vous l'enregistrez? Vous imaginez-vous facilement les personnages? Expliquez votre démarche, vos habitudes.
M.R.: Ayant une vie très chargée, je n'ai souvent pas le temps de lire le livre avant l'enregistrement. Mais je me suis tout de même un peu approprié l'ouvrage en le parcourant rapidement avant de le choisir. Par contre, si le livre comporte de nombreuses citations en langue étrangère, je vais essayer, avant de venir enregistrer, de savoir comment les prononcer. Maintenant que le système d'enregistrement a changé et que l'on peut être autonome pour reprendre une erreur (sans appeler le technicien), il est plus facile de découvrir le texte même sur place.
Oui, je vis avec intensité mes personnages. Je crois que cela doit être une habitude prise au théâtre. Je remarque que, en cabine, je bouge beaucoup avec mes mains, comme si je devais convaincre une personne qui se trouverait en face de moi.

L: Faites-vous plusieurs séances d'enregistrement par semaine?
M.R.: Non, une par semaine. Mais si j'avais plus de temps...

L: Qu'enregistrez-vous en ce moment?
M.R.: Chaussinand-Nogaret Guy, «Casanova, Les dessus et les dessous de l'Europe des Lumières«, Fayard, 2006.

L: Faites-vous particulièrement attention à ne pas abîmer votre voix dans la vie de tous les jours?
M.R.: Non.

L: Fumez-vous?
M.R.: Non, mais très rarement dans une soirée ou après un bon repas, je peux prendre une cigarette.

L: Avez-vous un métier en plus de cette activité de lectrice bénévole?
M.R.: Oui, je suis enseignante au primaire.

L: Quels sont vos centres d'intérêt à part la lecture?
M.R.: Parmi mes passions: le théâtre, et la navigation en bateau à voiles. Mais j'aime aussi dévaler les pistes à ski, nager, voyager. Je suis aussi gourmande et j'aime débattre, échanger des idées.
J'ai aussi consacré quelques années à faire une recherche sur l'histoire des idées dans l'éducation (plus précisément sur les manuels de pédagogie du XIXe siècle) qui a constitué une thèse. Je reste donc très intéressée par ce sujet et par l'histoire en général.

L: Avez-vous une devise dans la vie? M.R.: Ne pas se soumettre aux idées toute faites.
Ou:
Ne jamais désespérer, tout est provisoire, même la vie.
Sentir les roses plutôt que la merde (bon, je l'invente maintenant).

L: Y a-t-il quelque chose que vous souhaiteriez ajouter?
M.R.: Bonne chance pour le dépouillement de vos entretiens et à notre prochain contact.

Liste des livres enregistrés par Michèle Roullet:
2000:
Un début d'explication: Jean-Marc Roberts

2001:
Allah n'est pas obligé: Ahmadou Kourouma

2002:
L'apparition: Didier Van Cauwelaert
Dostoïevski à Manhattan: André Glucksmann
Tombouctou: Paul Auster

2003:
101 expériences de philosophie quotidienne: Roger-Pol Droit (plusieurs lecteurs)
Le dialogue: une passion pour la langue française: François Cheng
Tigre en papier: Olivier Rolin

2004:
Bech aux abois: John Updike
Etrangers à nous-mêmes: Julia Kristeva
Hortense ("Quatre soeurs", tome 2): Malika Ferdjoukh

2005:
L'hibiscus pourpre: Chimamanda Ngozi Adichie

2006:
Le roman de Constantinople: Gilles Martin-Chauffier

2007:
Rançon: Danielle Steel