Métro 2034

Note: Ce roman est la suite de «Métro 2033».

L'ouvrage:
2034. La station Sevastopolskaya attend une caravane de réapprovisionnement. Le groupe de reconnaissance envoyé à sa rencontre ne revient pas. Hunter, arrivé depuis peu, décide de tenter d'élucider ce mystère. Il emmène Homère (vieil homme surnommé ainsi car il est avide d'histoires à entendre et à raconter) avec lui.

Critique:
Je me demandais comment il pouvait y avoir une suite à la fin de «Métro 2033». Cette suite m'a plu, même si j'ai regretté qu'on voie très peu Artyom. Je me suis vite attachée à Homère et à Sacha. Quant à Hunter, il m'a rapidement agacée. Pourtant, il ne fait que subir les conséquences du genre de traumatisme vécu par Artyom, puisqu'il a subi à peu près le même.

Tout comme dans «Métro 2033», nous assistons à un périple semé de péripéties. Certains personnages vont, en quelque sorte, à la rencontre d'eux-mêmes, car ils sont confrontés à des situations dans lesquelles ils doivent décider quel genre de personnes ils seront. Léonide, par exemple, m'a autant déplu qu'à Homère. Cependant, il a su prendre certaines décisions importantes, et a montré qu'il n'était pas seulement un garçon un peu superficiel. Dans ce monde post-apocalyptique, Homère et lui apportent un parfum de Moyen-Âge: le vieil homme raconte des histoires, Le musicien joue de la flûte. Ce qui arrive dans ce roman n'est pas sans évoquer les événements du tome précédent, d'abord parce qu'Hunter a été traumatisé par ceux-ci, mais aussi parce qu'une erreur similaire est commise. Tout comme dans le tome 1, c'est très réaliste, malheureusement pour les personnages. Ces échos du tome 1 ne sont pas du tout synonymes d'ennui. L'auteur ne se répète pas. De plus, il n'y a pas de temps morts.

Sacha est sympathique. J'ai seulement trouvé un peu lourd qu'elle pense qu'Hunter a besoin d'elle, qu'elle s'accroche à lui... Elle n'a pas forcément tort, mais sa façon de le brandir m'a agacée. Ce n'est pas très grave, car c'est la seule chose qui m'a gênée à son sujet. Du reste, j'ai apprécié sa persévérance à vouloir sauver la station.

Service presse des éditions Audiolib.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Julien Chatelet.

Le comédien n'a pas démérité. Il n'a pas fait d'horribles effets de voix pour Sacha (qui est une fille) ou Homère (qui est un vieillard). Cela aurait dénaturé son jeu. Il a donc pris les voix adéquates pour chacun, et a joué leurs sentiments sans affectation.

Acheter « Métro 2034 » sur Amazon
Acheter « Métro 2034 » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)