Lecteur : Wormser Florian

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, 14 janvier 2020

L'accident de l'A35, de Graeme Macrae Burnet.

L'accident de l'A35

L'ouvrage:
Saint-Louis, ville près de la frontière Suisse. L'avocat Bertrand Barthelme se tue dans un accident de voiture. Lorsque le policier Georges Gorski annonce la nouvelle à Lucette, la veuve, celle-ci se demande ce que son mari faisait sur cette route, alors qu'il lui avait dit se rendre ailleurs.

Critique:
Ce roman m'a plu, malgré les quelques reproches que je ferai. Par exemple, tout comme dans le tome 1, à la fin, certaines choses ne sont pas résolues. Concernant le tome 1, je n'en ai pas parlé dans ma chronique, parce que je savais qu'il y avait un tome 2, et imaginais que l'ultime réponse de l'enquête serait donnée au détour des pensées de Gorski, au début de ce tome 2. Non seulement, la réponse ne nous est pas donnée (ce qui n'est pas extrêmement grave, même si j'aurais préféré qu'elle y soit), mais le tome 2 laisse également le lecteur avec des questions. Celles-ci ne sont pas cruciales, mais il est dommage de ne pas avoir toutes les réponses.

Il m'a plu de retrouver Gorski: son amour pour son métier et son désir de bien le faire, ainsi que sa chaotique histoire de couple. Tout comme dans le tome 1, je n'ai pas vraiment apprécié sa femme, Céline. Je trouve dommage qu'ici, ce soit elle qui ait décidé de ne plus tourner autour du pot. Je trouve étrange que Clémence n'ait pas davantage fait preuve de volonté concernant son lieu de résidence. Soit, elle n'est pas majeure, mais elle n'en est pas loin.

Je n'ai pas éprouvé de sympathie pour Raymond, le fils de Bertrand. On me dira qu'il a les circonstances atténuantes: il se cherche, veut se prouver certaines choses... De plus, son père n'en a pas vraiment été un. Malgré cela, ce personnage m'a déplu. Il semble ne penser qu'à lui.

Excepté le fait que quelques réponses manquent, j'ai trouvé le récit lent, mais sans temps morts, ce qui m'a plu. Gorski n'a d'ailleurs pas beaucoup de cartes en mains lorsqu'il commence à enquêter. Il aurait fallu que vers la fin, il sût ce que Raymond vient de découvrir.

J'espère qu'il y aura un tome 3, ne serai-ce que pour retrouver Gorski.

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Florian Wormser.

Comme dans «La disparition d'Adèle Bedeau», j'ai aimé la prestation du comédien. Son jeu est naturel, sa voix se fond dans l'ambiance du roman.

Pour information, la structure du livre est respectée.

Acheter « L'accident de l'A35 » sur Amazon
Acheter « L'accident de l'A35 » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)

vendredi, 10 janvier 2020

La disparition d'Adèle Bedeau, de Graeme Macrae Burnet.

La disparition d'Adèle Bedeau

L'ouvrage:
Saint-Louis, petite ville près de la frontière Suisse.
Manfred Baumann est un habitué du restaurant de la Cloche. Un jour, il constate qu'Adèle, la serveuse, n'est pas là. Pour une raison inexpliquée, elle n'est pas venue travailler. Les jours se suivent, et elle ne réapparaît pas...

Critique:
Ce roman m'a plu. La quatrième de couverture indique que cela ressemble à du Simenon. Moi qui suis plutôt tiède envers les écrits de ce romancier, j'ai (encore une fois) eu raison d'écouter mon instinct plutôt que cette indication. Certes, il y a une ambiance à la Simenon, mais j'ai trouvé les personnages (surtout les deux principaux) davantage creusés. L'auteur prend le temps de les présenter, de les montrer dans diverses situations, d'évoquer leur passé. Manfred m'a paru difficile à réellement cerner. Je me suis demandé s'il n'y avait pas un brin d'autisme dans son comportement. Il s'accroche à une routine, semble à l'écart, a parfois des pensées un peu étranges. Bien sûr, quelque chose influe sur sa façon d'être, mais je ne suis pas sûre que cette chose soit la seule. Je ne sais pas trop quoi penser concernant la faute passée (si j'ose le tourner ainsi) de Manfred. Je n'ai pas réussi à savoir s'il était «perturbé» ou si autre chose (de la confusion, de l'égarement, une perte de contrôle) l'a fait agir ainsi...

Quant à Gorski, j'ai apprécié ce que nous apprend l'auteur. Gorski m'a amusée parce qu'il pensait qu'il devait peut-être revoir ses méthodes, mais ne s'y résolvait pas. J'ai été surprise de tomber sur un inspecteur qui n'accordait aucun crédit à l'intuition. Souvent, les policiers des romans se fient à leur intuition.
Je n'ai pas vraiment compris pourquoi il a épousé Céline. Bien sûr, on peut se l'expliquer, mais j'imaginais que Gorski aurait été plus perspicace quant au fait qu'ils ne s'entendraient pas, étant donné leurs débuts.

Pour moi, le récit ne souffre d'aucun temps mort, d'aucune incohérence. Quant à savoir ce qui est arrivé à Adèle... ;-)

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Florian Wormser.

Je connais peu ce comédien, mais j'ai beaucoup apprécié le peu que j'ai lu. Donc je savais que sa lecture me plairait, ce qui a été le cas. Il ne fait pas d'horribles effets de voix pour les rôles féminins (ce qui serait absolument désastreux, étant donné le timbre et le léger voile de sa voix). Il rend bien les sentiments des personnages. Par exemple, lorsque Gorski se rend chez le grand-père de Manfred, le comédien joue sans faille le mépris teinté de condescendance, mais aussi d'une note d'indulgence, du vieil homme envers le policier.

Pour information, la structure du livre est respectée.

Acheter « La disparition d'Adèle Bedeau » sur Amazon
Acheter « La disparition d'Adèle Bedeau » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)

jeudi, 2 janvier 2020

Sauvez-moi, de Jacques Expert.

Sauvez-moi

L'ouvrage:
Mars 1990. Nicolas Thomas a passé trente ans en prison pour avoir assassiné plusieurs jeunes femmes. Il vient d'être libéré. Au même moment, le 36 Quai des Orfêvres est sur une affaire de viols dont certaines victimes ont été tuées.

Critique:
J'étais assez en colère après avoir lu «Hortense», et je ne voulais pas tenter un autre roman de Jacques Expert. Mais le résumé de celui-là m'a tentée, alors j'ai décidé d'essayer. Ce roman m'a plu. Comme je suis pénible, j'ai quelques reproches, mais je sais que certains ne sont pas vraiment justifiés. Par exemple, je suis déçue que les choses aient tourné ainsi pour tels personnages... presque pour tous, en fait. Certes, mais malheureusement, tout cela est extrêmement réaliste. Tout ce qui arrive dans ce livre, si affreux soit-ce, pourrait arriver dans la vie. J'aurais voulu que cela se passe autrement, mais le fait que tel personnage souffre et que tel autre ne souffre pas n'est pas une incohérence, ce n'est pas invraisemblable.

Mon deuxième reproche est davantage recevable. Je vais le formuler sans dévoiler des éléments clés, donc certains le trouveront peut-être sibyllin. Un personnage avoue quelque chose. Par la suite, le lecteur a la preuve que ce personnage a menti. Je me suis demandé pourquoi il avait menti, car cela ne pouvait lui apporter que des désagréments. Je me suis répondu à moi-même que le personnage avait besoin de prétendre cela afin d'être estimé par sa famille. Quant à l'auteur, il n'aurait pas dû préciser que le personnage avait dit des choses qui faisaient qu'on ne pouvait mettre son aveu en doute, puisqu'après, il nous apprend que l'aveu est un mensonge...

Outre cela, l'intrigue est bien menée. Rapidement, on sait à quoi s'en tenir concernant une chose importante. Et pourtant, on ne s'ennuie pas du tout. L'histoire se poursuit, et même si on sait, on se demande comment va se passer ceci et puis cela, etc. On est toujours tenu en haleine, du moins, cela a été mon cas. De plus, mise à part la petite incohérence concernant l'aveu d'un personnage, je n'ai rien trouvé qui ne cadre pas avec l'intrigue. Bien sûr, un lecteur tatillon se demandera pourquoi certains personnages n'ont pas mis leur histoire par écrit, mais cela n'aurait rien changé, et le fait qu'ils ne l'aient pas fait n'est pas une incohérence.

Malheureusement, je ne peux pas trop dire ce que je pense des personnages en les nommant, car cela révélerait des éléments clés, mais je peux dire qu'il y en a un que je n'ai pas senti dès le départ. Je suis contente d'avoir tout de suite eu raison. J'ai d'ailleurs été étonnée que personne ne doute jamais de ce personnage. Cependant, cela se comprend. Il m'était facile de dire cela, n'aimant pas du tout le protagoniste en question.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Florian Wormser pour les éditions Lizzie.

J'avais apprécié Florian Wormser dans «Dans la neige». Ici, il n'a pas démérité. Il a une voix qui ne se prête pas du tout à des effets pour les rôles féminins, et heureusement, il n'en fait pas du tout. Bien sûr, il monte un peu sa voix pour ces rôles, mais n'exagère absolument pas. Parfois, un personnage ayant l'accent marseillais parle. Le comédien a pris cet accent de manière très naturelle.

Acheter « Sauvez-moi » sur Amazon
Acheter « Sauvez-moi » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)