Providence

L'ouvrage:
Marie-Lou est secrétaire. Elle élève seule son enfant, Paolo, qui a une dizaine d'années.
Ce matin-là, elle est en retard. Il y a réunion au sommet. Son patron va encore lui faire un sermon méprisant. Marie-Lou est victime des embouteillages, mais elle court, afin d'arriver le plus vite possible.

Albert a un cancer au poumon. Il n'a plus très longtemps à vivre. Il a donc convoqué sa soeur, son beau-frère, et son neveu chez son notaire. Il n'a jamais été très proche d'eux, mais il compte leur léguer sa fortune. C'est ce qu'aurait voulu sa mère.
Albert arrive en avance, et surprend une conversation qui va changer la donne.

Prudence doit saisir sa chance: elle peut aller à un rendez-vous important à la place de sa patronne. En effet, celle-ci est à l'hôpital à cause d'une allergie.

Tom est heureux. Il va bientôt épouser Libby. Il l'aime tant! Soudain, il fait une chute idiote de vélo. Malgré ses blessures, la coquetterie est la plus forte: il veut se changer avant d'aller à l'hôpital. Il retourne chez Libby pour cela.

Critique:
L'idée de plusieurs personnes se rencontrant à cause d'un événement précis évoque pour moi le roman «Le bateau du matin». L'idée de gens que nous croisons, et qui se rencontrent à cause de petits événements me fait penser à la série «Six degrees». La série étant plus longue que le roman, le décor est mieux planté, les rencontres y sont mieux amenées, plus diluées que dans le roman.
Pourtant, les petites rencontres (Clara et Albert; Victoire et Tom), ainsi que les «grandes» (Prudence et Marie-Lou, etc), sont tout de même intéressantes. En général, un livre de ce genre est toujours intéressant, car on plonge dans la vie des uns et des autres, puis soudain, deux personnages que l'on vient de côtoyer, de qui on vient de lire les soucis se rencontrent.

Ici, il est facile d'entrer dans la vie de ces personnages, de partager leurs blessures, leurs déconvenues, leurs joies...
Bien sûr, on est horrifié qu'Albert découvre une chose si importante si tard. On est bouche bée lorsque Prudence rencontre le juge. On est abasourdi de découvrir un personnage dénué de coeur, seulement préoccupé par lui-même (vous devinerez de qui je parle).

Les personnages et leurs histoires sont à la fois ordinaires et incroyables. Un tel roman donne envie de dire que parfois, le hasard fait bien les choses. Il est une note d'espoir et d'optimisme. Un roman de ce style est agréable. Bien sûr, certaines histoires auraient mérité d'être approfondies (comme celle d'Albert), mais laisser les personnages alors que rien n'est fini (ou alors qu'ils sent à un tournant de leur vie) donne une dimension réaliste au roman.
Certains diront que ce hasard est un peu tiré par les cheveux, que certaines choses n'arriveraient jamais dans la vie réelle. Et pourquoi pas? On a déjà vu plus étrange...
C'est donc un roman sympathique que je vous recommande.

Éditeur: Stock.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Christiane Wanner pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Providence » sur Amazon