Je te vois

L'ouvrage:
Zoé Walker, la quarantaine, tombe, en lisant le journal, sur une annonce pour du téléphone rose, illustrée par une photo d'elle. Son compagnon et ses enfants trouvant que la ressemblance n'est pas frappante, elle tente de ne plus y penser. Cependant, des faits inquiétants en rapport avec ces annonces arrivent.

Critique:
Ce roman est un thriller, mais à mes yeux, la psychologie est plus importante que l'intrigue policière. La recherche du coupable devient secondaire. De toute façon, l'auteur fait en sorte qu'on soupçonne plus ou moins tout le monde. D'habitude, je n'aime pas ce procédé, mais ici, je l'ai pardonné à la romancière parce que le reste du récit est captivant. Elle fait état de quelque chose d'assez inquiétant. Si elle a pu inventer une histoire si réaliste, c'est que tout ce qu'elle écrit est plausible. Cela fait froid dans le dos. Étant d'un naturel inquiet, je ne l'ai pas attendue pour imaginer tout un tas d'horreurs possibles découlant du fait que la plupart des gens suivent une routine quotidienne, principalement parce qu'ils travaillent.

Les chapitres alternent le point de vue de Zoé (à la première personne) et celui de Kelly, la policière qui se charge de l'affaire (à la troisième personne). J'ai apprécié que le lecteur soit plongé dans le quotidien de Zoé. Sa tranquille banalité contraste d'autant plus avec les événements qui secouent sa vie après la découverte de l'annonce. Ceux qui gravitent autour d'elle sont attachants, mais comme je soupçonnais tout le monde, je tentais de ne pas trop les apprécier au cas où celui-ci ou celui-là serait «méchant». Je m'amusais même à chercher (dans leur comportement et dans ce qui leur était arrivé par le passé) des preuves de leur éventuelle culpabilité. Bien sûr, Clare Mackintosh a fait en sorte que chacun puisse être un bon suspect, ce qui fait que je n'ai pas été surprise d'apprendre qui était coupable. Il y a quand même un personnage qui me plaisait beaucoup, et j'aurais été déçue que ce soit lui.
Certains rebondissements sont de bonnes trouvailles, mais je les avais anticipés.
La toute fin est également prévisible. C'est le genre de fins que je n'aime pas dans un roman policier, mais je la pressentais, donc m'y étais préparée.

Kelly est sympathique. À travers ce qu'elle vit, Clare Mackintosh évoque différents points de vue quant à la manière de gérer un événement traumatisant. La policière a beaucoup de mal à comprendre qu'une victime ne souhaite pas tout faire pour que son bourreau soit arrêté. En tant que personne extérieure, je partage son avis, mais que ferais-je si j'étais dans le cas de celle dont Kelly ne comprend pas le comportement? J'ai aimé que l'auteur ne juge pas, mais prône l'empathie.

Un livre à découvrir surtout pour la psychologie des personnages.

Service presse des éditions Audiolib.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Marcha Van Boven.

J'ai eu peu d'occasions d'entendre cette comédienne, car la plupart des livres qu'elle a enregistrés ne me tentent pas. Comme dans «Cet instant-là», j'ai apprécié son jeu naturel. J'ai trouvé qu'elle en faisait parfois un peu trop pour les rôles masculins (notamment Simon au début), mais cela ne doit pas être simple pour elle, étant donné que sa voix est plutôt grave. Je l'entendrai à nouveau avec plaisir.

Acheter « Je te vois » sur Amazon
Acheter « Je te vois » sur Amazon en audio ici ou en téléchargement audio