Snow blind

Note: Je ne sais pas si ce livre est sorti en français.

L'ouvrage:
Mineapolis.
C'est l'hiver, il neige... Profitons-en pour rassembler les enfants, et leur faire faire un concours de bonhomme de neige, entourés d'adultes qui, eux aussi, participent au concours.
C'est là que se rendent les policiers Léo Magozzi et Gino Rolseth. ... Et c'est là qu'ils découvrent un bonhomme de neige construit autour d'un cadavre.

Critique:
Ce livre mélange polar classique et surprises. En effet, l'enquête est un peu poussive, et tout démarre de manière très classique selon les codes du polar: les deux policiers assistent à un divertissement, et c'est justement là que leur travail les rattrape.
De plus, il y a quelques longueurs.
Enfin, l'enquête n'a pas été dirigée vers un point qui semblait évident au lecteur, comme le souligne d'ailleurs Gino.

Cependant, le roman reste intéressant. La surprise vient de plusieurs ficelles utilisées avec finesse. D'abord, l'humour est très présent tout au long du roman. Par exemple, les deux policiers sont confrontés à Iris Trikker, ce qui n'est pas pour leur plaire, du moins, au début.
Ensuite, il y a la propension de Gino à râler. Cela fait beaucoup sourire.
Il y a également tout un tas de répliques qui sont soit bien envoyées soit des quiproquos, comme par exemple, lorsque le petit garçon demande à Magozzi s'il est gay, juste parce que celui-ci a désigné Gino comme son partenaire.

Autre chose fait que ce roman vaut quand même la peine: les personnages. Les deux policiers sont très attachants, très sympathiques. Ils tentent de faire de leur mieux. Gino déplore plusieurs fois leur impuissance dans l'affaire. On ressent bien sa détresse: il est là pour aider à faire régner la justice, et il se rend compte que tout n'est pas si simple. Magozzi ressent la même chose, mais le montre moins.

En outre, on met du temps à assembler toutes les pièces du puzzle. Même après qu'ils ont relié Laura à quelque chose, on ne devine pas qu'il y a un autre lien jusqu'à ce que les auteurs du livre (une mère et sa fille), nous le disent.
Les auteurs posent également la question d'une certaine justice. Le problème qu'elles soulèvent est assez délicat. Il est bien sûr impensable de faire justice soi-même, mais quand la police ne peut rien faire...? Certes, Laura et les autres sont assez radicaux. Mais le lecteur ne peut s'empêcher de se demander comment il réagirait à leur place.

C'est donc un livre sympathique, et ses petits défauts sont compensés par ses qualités. D'autres livres de ces auteurs m'attendent. Apparemment, on y retrouve les deux policiers, ainsi que Grace McBride, la petite amie de Magozzi.

Je ne peux finir cette critique sans poser une question pinailleuse, mais qui me tracasse: pourquoi Léo Magozzi est-il, la plupart du temps, désigné par son nom, alors que Gino Rolseth l'est par son prénom? En plus, Gino et Léo, ce serait rigolo. ;-)

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Mel Scott pour les éditions Brilliance audio.

Acheter « Snow blind » en anglais sur Amazon