Out

Note: Ne lisez pas la quatrième de couverture: elle en dit trop. En outre, elle induit quelque peu le lecteur en erreur sur un détail.

L'ouvrage:
Masako, Kuniko, Yoshie, et Yayoi travaillent de nuit dans une fabrique de paniers repas. Cela les a rendues proches. C'est pour cela que le jour où Yayoi assassine son mari, elle prévient Masako. Les quatre femmes seront, de manière plus ou moins consentante, entraînées dans l'affaire.

Critique:
Voilà un livre qui montre à quel point l'humain est corruptible. Ces femmes sont ordinaires, mais elles ont du mal à joindre les deux bouts. Pour de l'argent, elles accepteront d'aller assez loin dans l'horreur. Je sais que le manque d'argent peut devenir très problématique, mais de là à abolir toutes limites...!

Le livre est sombre. D'abord, parce que les personnages mènent des vie sans espoir, sans plaisir. Kuniko espère, mais elle n'est pas sympathique au lecteur, car elle est frivole et opportuniste. On me dira que les autres le sont aussi, mais que leur attitude est un peu plus hypocrite, qu'elles sont encore plus à blâmer que Kuniko... soit.

Au début, les trois femmes m'étaient sympathiques, parce qu'elles tentaient de mener leur barque au mieux, et qu'elles semblaient réfléchir au-delà de «comment vais-je m'habiller aujourd'hui?». Lorsqu'elles aident Yayoi, j'ai compris leur geste, même s'il était guidé par l'intérêt autant que par l'altruisme. De plus, il est intéressant de voir comment un événement a pu les mener dans une spirale infernale.

J'ai moins aimé la suite. L'idée de départ est bonne, et l'auteur sait l'exploiter. Elle entremêle savamment les événements et les destins des personnages. Mais ensuite, j'ai trouvé que tout cela dérapait un peu.
Les personnages ne sont pas si creusés que ça. Ils le sont au début, mais après, j'ai eu l'impression qu'on stagnait.
J'ai trouvé la fin (ou disons les pensées de Masako dans l'avant-dernier chapitre) assez invraisemblables. Elle se les explique, et du coup, les explique au lecteur, mais cela n'est pas très crédible.
Au final, ce livre est une déception, malgré un début prometteur.

Éditeur: éditions du Seuil.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Gérard Pliquet pour l'association Valentin Haüy.
Le lecteur a une voix agréable, et met le ton approprié. En outre, il fait partie des rares lecteurs à ne pas faire de blancs (je déteste les blancs).

Acheter « Out » sur Amazon