Cinglée

L'ouvrage:
Aaron Lewinsky, étant avocat commis d'office, hérite souvent d'affaires qui ne l'intéressent pas. Ce matin-là, alors qu'il défend des petits malfrats, il se trouve face à l'affaire Claudia Drepper. La jeune femme, prostituée de luxe, est accusée d'homicide. L'avocat de ses parents tente de prouver son irresponsabilité. Exaspérée, Claudia le moleste, et il abandonne l'affaire. C'est Lewinsky qui héritera de l'impétueuse Claudia. Celle-ci souhaite un procès, elle clame qu'elle n'est pas folle, et veut une chance d'être entendue.

Critique:
Ce livre est court, mais surtout, il n'y a pas de longueurs.
Il raconte des faits qui, malheureusement, sont devenus monnaie courante. Je me suis très vite doutée de ce qu'était le secret que Claudia n'avait pas la force de dévoiler. Cependant, ce roman est à lire. D'abord, il plonge le lecteur dans une machine judiciaire où chacun défend ses intérêts sans vraiment se soucier de l'être humain dont il est question. Seul, Aaron secoue sa routine, et se préoccupe réellement de Claudia. Il est assez consternant de constater que le docteur Morrison, censé ouvert d'esprit, censé ne pas ranger les gens dans des catégories de par sa profession, est tout le contraire. Malheureusement, c'est souvent comme ça... Certains font des métiers qui demandent une constante remise en question, et ils n'hésitent pas à traiter des êtres humains comme des objets.

Claudia est complexe. Elle est à fleur de peau, ne sait pas retenir sa colère, et peut en arriver à des extrémités assez spectaculaires. Mais comme dit Lewinsky, il ne faut pas confondre folie et mauvais caractère. Bien sûr, ses réactions s'expliquent facilement: c'est sa vie qui se joue, et elle voit bien qu'au fond, tout le monde s'en fiche. Sauf Lewinsky, et peut-être Rose. Cela montre une femme qui, malgré une immense souffrance, tient à aller de l'avant, et ne s'avoue pas vaincue.
Quant aux choix de vie de Claudia (divorce, prostitution), ils s'expliquent à cause de ce qu'elle a vécu. Cela peut paraître cliché, mais je pense que cela ne l'est pas. Qu'aurions-nous fait à sa place?
Son côté caractériel s'explique également par ce qu'elle a vécu.

Je n'aime pas Rose. Tout au long du livre, elle ne fait que se lamenter, jurer à sa fille qu'elle l'aime, mais elle n'a pas su être là quand il le fallait. Elle dit qu'elle ne savait pas, mais il est du devoir d'une mère de savoir ces choses. Une bonne mère, se souciant de son enfant, sentira que quelque chose ne va pas. Et puis, c'est facile de ne pas voir quand on ne le veut pas. (C'est ainsi que se comporte Rose selon les souvenirs de Claudia.)

Quant à Aaron Lewinsky, si, au départ, il agit pour agacer ceux qui lui ont collé cette affaire sur les bras alors qu'il n'en voulait pas, il réfléchit, et voit l'être humain au-delà du dossier. Malgré sa vie confinée et frustrante, lui aussi se bat pour être respecté, et obtenir de petites victoires dans son quotidien. C'est donc un personnage positif.

Ce livre est un choc, un cri, un coup de pied dans la fourmilière. Il est à lire!
D'après la quatrième de couverture, ce roman a été écrit d'après une pièce de théâtre. Il y a aussi eu un film avec Barbra Streisand.

Éditeur: Acropole.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Marc Picard pour l'INCA
Le lecteur a une voix agréable, met le ton approprié, et ne surjoue pas.

Acheter « Cinglée » sur Amazon