Noir océan

L'ouvrage:
Le Per Se doit partir pour le Surinam. À son bord, différents hommes poursuivent différents buts. Karl est parvenu à se faire embaucher sur le navire. Quant au matelot Saeli, il est victime d'un chantage: il doit donc absolument arriver à destination. Le commandant, lui, pense que ce voyage est une nouvelle fuite de sa part. Mais cette fois, il souhaite recoller les morceaux avec sa femme.
Mais certaines choses vont prendre un tournant inattendu.

Critique:
Mon sentiment est mitigé quant à ce thriller. L'auteur parvient très bien à distiller tension et suspense, et à les faire ressentir à son lecteur. Dès le début, les événements s'enchaînent, et on ne peut pas prévoir où ils vont mener. La scène où Lilja va chercher la valise fait partie des scènes très fortes, car le lecteur ignore pourquoi la jeune femme est dans cet état de nervosité extrême.
Cette impression d'égarement est renforcée par le fait que pendant plusieurs chapitres, on voit différents personnages qu'on ne parvient pas tout de suite à connecter.
Une fois que les hommes sont sur le bateau, on les découvre, on voit que la plupart sont loin d'être appréciables, mais qu'ils peuvent avoir leurs failles. On se surprend même à apprécier certains côtés de ceux qui, pourtant, sont des crapules. Le Démon, par exemple, se révèle sympathique lors de l'attaque. Il ne perd pas son sang froid, en habitué de l'affrontement, et c'est en partie grâce à lui que cet épisode ne se termine pas aussi mal qu'on aurait pu le craindre.
La bagarre dans le noir est une bonne trouvaille: le lecteur est aussi perdu que les personnages, ce qui accroît la tension.

Cependant, j'ai trouvé certaines parties trop longues.
De plus, certaines choses trouvent une explication qui ne justifie pas trop le contexte effrayant dans lequel l'auteur les a créées. Je pense à la scène où Lilja va chercher la valise. L'auteur a accentué la tension, et lorsqu'on découvre ce qui a conduit à cette scène, on se dit qu'il en a trop fait.
Je n'ai pas aimé la fin. D'abord à cause de ce qui arrive, mais aussi parce que certaines choses vont un peu loin dans l'absurde et l'étrange sans vraiment trouver d'explication, comme l'épilogue.
En outre, je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages, sauf à Saeli et au commandant.

Au final, j'ai été déçue.

Éditeur: Gallimard.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Isabelle Perbost pour l'association Valentin Haüy.
Je n'ai pas l'orthographe exacte du nom de la lectrice, je lui présente donc mes excuses si celui-ci est mal écrit.
La lectrice a une voix douce et agréable. Son intonation est bonne. Je tiens à la remercier d'avoir épelé les noms propres. Comme il y avait beaucoup de personnages, cela a dû être assez ardu pour elle.

Acheter « Noir océan » sur Amazon