Lecteur : Orphelin Florine

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, 9 janvier 2020

Possession, de Paul Tremblay.

Possession

L'ouvrage:
Meredith (Merry) Barett a vingt-trois ans. Elle a accepté que les terribles événements que sa famille a vécus quinze ans plus tôt soient racontés dans un livre. De ce fait, elle aura plusieurs réunions avec une autrice chargée d'écrire son récit. À l'époque, une partie avait été connue du grand public. Quinze ans plus tôt, Marjorie, la soeur de Merry, avait quatorze ans, et entendait des voix. Elle voyait un médecin, mais son père (John) était persuadé qu'elle était possédée. Il avait fini par réussir à convaincre sa femme (Sarah) que leur fille devait être exorcisée. De plus, on avait proposé à la famille de faire une émission télévisée là-dessus.

Critique:
Je ne suis pas très friande de livres d'horreur, mais celui-là m'a tentée. De plus, il est lu par une comédienne dont j'aime beaucoup le jeu. Au final, ce roman ne m'a pas passionnée, mais cela ne veut pas dire qu'il n'est pas bien. Je me suis aperçue que j'attendais quelque chose de précis. Je voulais qu'il se passe ceci et cela, et comme je ne suis pas l'auteur, il n'a pas fait absolument ce que je voulais. En fait, j'avais presque écrit les événements dans ma tête avant d'attaquer le livre, et je voulais absolument qu'ils arrivent comme je les voyais. ;-)

L'auteur montre bien le désarroi de Merry et de Marjorie. En effet, Merry, très proche de sa grande soeur, découvre soudain que celle-ci change: elle se met à hurler sans raisons, raconte d'effrayantes histoires, profère des menaces...
Le lecteur ne sait jamais si elle s'amuse à terrifier sa petite soeur ou si c'est sa maladie mentale qui la fait parler ainsi. J'ai supposé qu'il y avait des deux. Mais les choses se compliquent. Beaucoup d'éléments (notamment les étrangetés qui arrivent pendant l'exorcisme) sont expliquées. Cependant, un mystère reste. Cela concerne ce que Merry raconte à Rachel à la fin. Que faut-il penser de Marjorie? De Merry? De leur père?... En effet, John est assez antipathique: il ne jure que par Dieu, impose la présence du prêtre et l'exorcisme... Il n'essaie pas vraiment d'aider sa fille, ayant eu la tête farcie de religion, ne cherchant pas si ce qui arrive à son aînée pourrait être autre chose... Cependant, ce sont les propos de Marjorie qui, depuis le début, évoquent ce qui arrive par la suite, et qui fera l'objet du dernier récit de Merry à Rachel. Dans quelle mesure John en est-il responsable? Le récit de Merry ne concorde pas avec un élément qui ne peut être contesté. Mais pourquoi Merry mentirait-elle? Elle n'y aurait aucun intérêt. Je n'ai pas apprécié ce flottement, car il apporte davantage de questions que de réponses.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Florine Orphelin pour les éditions Lizzie.

Malheureusement pour moi, je confonds Florine Orphelin avec sa soeur, Noémie. J'ai entendu Noémie Orphelin en tant que comédienne de doublage, et Florine lisant des romans («L'autre rive du Bosphore» et «Possession». J'apprécie le jeu de ces deux comédiennes, et j'espère que chacune enregistrera beaucoup de livres qui me tenteront.
Ici, la lectrice a toujours adopté le ton adéquat. Lorsqu'elle prend une petite voix pour le rôle de Merry à huit ans, c'est réaliste, et elle n'en fait jamais trop. D'autre part, elle joue à merveille la peur de Merry lorsque Marjorie raconte ses histoires. Elle rend également très bien le ton de Marjorie, quelle que soit la situation. Bref, Florine Orphelin a fait un excellent travail. À mon avis, il aurait été très facile de surjouer.

Je regrette que chaque chapitre commence par un passage musical. Comme je l'ai déjà dit, je rêve que tous les livres audio soient sans musique.

Acheter « Possession » sur Amazon
Acheter « Possession » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)

samedi, 24 août 2019

Marie et Bronia: le pacte des soeurs, de Natacha Henry.

Marie et Bronia: le pacte des soeurs

L'ouvrage:
Natacha Henry raconte la vie de la famille Sklodowski, et notamment le parcours de Bronia et Marie, future Marie Curie.

Critique:
Avant de lire ce roman, j'en savais très peu concernant Marie Curie, et j'ignorais tout de sa soeur. C'est d'abord sur ce plan que le livre m'a plu: j'ai appris beaucoup de choses sur elles et leur famille. Je ne sais pas à quel point l'autrice s'est documentée et jusqu'où elle a laissé agir son imagination, mais je trouve qu'elle a su créer une ambiance, et parler des personnages avec coeur et sensibilité. Je pense que si ce roman avait été écrit alors que j'étais adolescente, il m'aurait beaucoup plu, et j'en aurais parlé à mon professeur de physique.

J'ai beaucoup apprécié l'amour et la complicité entre Marie et Bronia, mais aussi entre celles-ci et leur père. Il est touchant de lire que chacun se préoccupait des autres, de découvrir la teneur du pacte liant Marie et Bronia, de voir que leur père est toujours fier de ses filles, et que ce sont ses préceptes et son éducation qui les ont rendues opiniâtres, toujours volontaires et prêtes à se battre pour leurs aspirations. J'ai également apprécié que Bronia et Marie réalisent très vite que quand on veut obtenir quelque chose, si on s'en donne les moyens, on peut y arriver. Bien sûr, je sais que parfois, on aura beau être prêt à se donner les moyens, être prêt à travailler d'arrache-pied et à faire preuve de courage, on ne pourra pas obtenir ce qu'on souhaite (j'en sais quelque chose). Mais ici, les deux soeurs savaient qu'il y avait une solution, et malgré les obstacles et le découragement qui a pu les saisir parfois, chacune a fait ce qu'elle a pu. C'est surtout Marie qui a été victime de découragement, de mésestime, voire de dégoût de soi.

Je ne sais pas si c'est possible, mais j'aimerais bien lire la thèse de Bronia. Je ferai des recherches, elle a peut-être été conservée et est peut-être accessible quelque part.

Je suis contente que Natacha Henry finisse son roman par une petite explication concernant le devenir de chaque personnage. J'aurais trouvé un goût d'inachevé au livre si elle ne l'avait pas fait.

L'intrigue est bien construite, bien menée, il n'y a pas de temps morts. J'imagine qu'il n'est pas facile de rassembler des faits et de les articuler, recréant ce qu'a dû être la vie de quelqu'un, ses pensées, ses émotions. De plus, l'autrice a pris le pari d'en faire un roman pour la jeunesse. Je pense que cela a accru la difficulté. Pour moi, Natacha Henry relève très bien le défi. J'ai quand même eu un peu de mal au tout début du roman, parce que je trouvais que les choses étaient décrites de manière un peu mièvre, mais cela n'a pas duré, et cela n'a pas gâché ma lecture.

Service presse des éditions Audiolib.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Florine Orphelin.

C'est le troisième livre enregistré par cette comédienne que je lis. Une fois encore, son interprétation m'a plu. Elle ne fait jamais d'effets de voix indésirables, et rend très bien l'ambiance ainsi que les sentiments des personnages.

Pour information, la structure du livre n'est pas totalement respectée: quelques chapitres sont coupés en deux pistes.

Acheter « Marie et Bronia: le pacte des soeurs » sur Amazon
Acheter « Marie et Bronia: le pacte des soeurs » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)