The end of feeling

L'ouvrage:
Benjamin est un des garçons les plus populaires du lycée. Il traite très légèrement les filles. Beaucoup veulent sortir avec lui. Il les plaque au bout de deux rendez-vous. Lorsque Charlie, une nouvelle élève, semble indifférente à son charme, il commence à s'intéresser à elle. Est-ce dû au fait qu'il ne la subjugue pas? Veut-il la faire tomber dans ses filets pour mieux lui briser le coeur?

Critique:
J'ai toujours un peu peur des romans d'amour, car je crains qu'ils soient trop mièvres pour moi. Celui-là m'a intéressée parce que j'aime beaucoup les lecteurs, mais quand je l'ai acheté, je pensais qu'il serait soit mignonnet soit extrêmement niais. Finalement, je l'ai bien aimé, même si certaines choses sont un peu grosses. J'ai apprécié les deux personnages principaux. Chacun a des «soucis» avec lesquels il doit faire, et cela n'est pas simple. J'imagine que c'est une des ficelles des romans de ce genre, car cela rend la situation encore plus difficile pour les personnages, et on les trouve d'autant plus héroïques. Concernant Charlie, l'un de ces éléments est bien exploité. D'abord, on voit que cela a élevé une barrière entre elle et sa tante, Naomi. Au départ, le lecteur se méfie de Naomi tout en trouvant Charlie peut-être un peu intransigeante. À mesure que le livre avance, on voit que si Naomi a des torts, elle tente de faire au mieux dans la situation présente, et aime sincèrement sa soeur et sa nièce. Charlie ne reste pas bloquée dans son opinion, et se rend même compte qu'elle n'a peut-être pas envisagé que la personne qu'elle voulait protéger pouvait être plus heureuse grâce à la solution proposée par Naomi.
Quant à ce qui perturbe la vie de Benjamin, j'aurais voulu que quelque chose soit fait plus tôt, mais il ne devait pas être aisé pour lui seul de faire cela. D'autre part, je n'ai pas vraiment accordé de circonstances atténuantes à sa mère. On comprend qu'elle a fait ce qu'elle a pu, mais je pense qu'elle aurait dû tenter davantage de choses. Je sais que ma mère, elle, ne se serait pas laissée faire, et n'aurait pensé qu'à son enfant. Bien sûr, il fallait que cette chose arrive à Benjamin pour qu'il devienne ainsi, etc.

Je ne me suis pas ennuyée au cours de ma lecture. J'ai surtout aimé les scènes où Benjamin et Charlie rivalisent de piques et de défis. Après le dernier chapitre, j'aurais aimé qu'il y en ait d'autres racontant d'autres moments amusants: des rencontres avec Cora, des repas entre amis, etc. On me dira que ça n'aurait pas servi à grand-chose puisque l'intrigue était résolue, mais je suis toujours (et de plus en plus) friande de scènes cocasses où tout le monde s'entend bien.

Il y a aussi des passages tristes. J'ai particulièrement apprécié ce que fait Naomi lors de l'un de ces moments qui est le dernier chapitre raconté par Charlie. Et lorsque l'adolescente demande à sa tante pourquoi elle a fait cela, j'ai aussi beaucoup aimé la réponse de celle-ci: «Parfois, un enfant a seulement besoin de sa mère.» Et à ce moment-là, c'était ce qu'il fallait, d'autant que la mère en question a pu, avec joie, jouer son rôle, pour une fois...

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden (qui lit les chapitres narrés par Charlie) et Nick Podehl (qui interprète ceux racontés par Benjamin) pour les éditions Brilliance audio.

J'avais apprécié Nick Podehl dans «Worthy». Je l'ai également apprécié dans ce livre. Il joue bien les émotions des personnages, et ne modifie pas trop sa voix pour les rôles féminins. Je l'entendrai à nouveau avec grand plaisir. Je vais sûrement bientôt lire tous les résumés des livres lus par lui que je peux acheter sur Audible, comme j'ai fait avec certains autres lecteurs.
Quant à Amy McFadden, outre le fait qu'elle joue toujours excellemment, elle a une voix qui fait qu'elle peut lire des romans où la narratrice est une femme ou bien une adolescente. Pour moi, elle a donc très bien incarné Charlie.

Acheter « The end of feeling » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)