Destins sur ordonnance

L'ouvrage:
Pierre Bellemare rassemble ici quarante histoires impliquant des médecins. Certaines relatent des faits historiques, d'autres évoquent des faits divers.

Critique:
Une fois encore, Pierre Bellemare a su choisir des histoires qui ne pourront que marquer le lecteur. Certaines montrent l'absurdité de la bureaucratie, l'iniquité de la justice, la bêtise et l'inhumanité de l'homme. Mais d'autres font la part belle à la solidarité, à la générosité, au courage. Elles sont à l'image de la vie.

Je connaissais Florence Nightingale, mais je ne savais pas vraiment comment elle en était arrivée là, ni tout ce qu'elle avait fait. Pierre Bellemare évoque également l'histoire de Jerri Nielsen.
Je connaissais depuis peu celle de Mary Malone. À ce propos, une question me taraude: comment était-il possible que les mains de Mary soient porteuses du germe de la maladie? J'aurais aimé que ce soit approfondi.
Sont également évoqués des gens qui firent de grandes découvertes, comme Flemming. J'ai aimé lire l'historique de leurs recherches. Pourtant, en général, je préfère les faits divers aux faits devenus historiques. Cependant, le talent de conteur de Pierre Bellemare rend tout cela passionnant.

L'auteur parle également d'une enfant qui a «des os de verre». (Cette maladie est développée dans «Handle with care».) J'ai trouvé étrange que l'enfant ne se soit rien cassé avant ses deux ans, et j'ai été un peu choquée que la France n'ait rien d'autre à proposer qu'un institut spécialisé. Si mes souvenirs sont bons, Willow n'est pas allée en institut, ses parents ont fait le nécessaire. Je sais que l'histoire de Willow est inventée, mais elle est basée sur ce que vivent ces enfants.

Bien sûr, certaines histoires m'ont davantage plu que d'autres. Voici donc quelques titres qui, pour moi, sortent du lot. Celle qui m'a le plus frappée est «La vieille dame de Mérida». Ensuite, il y a «La séropositive». Parmi celles qui sont moins terribles, il y a «Les bébés X», «Noël indien»...
Quand on écrit des nouvelles ou qu'on rassemble des histoires, il y a des risques que le recueil ne soit pas égal. Ici, si certaines m'ont un peu moins plu, aucune ne m'a ennuyée. Le seul petit reproche que j'adresserais, c'est que je pense que les histoires rassemblées par Pierre Bellemare sont faites pour être lues à voix haute par lui. Sa voix et son intonation toujours juste leur apporteraient une dimension supplémentaire. Je sais que beaucoup d'entre elles ont été enregistrées par lui, j'en ai plus de 200. Cependant, je pense que cela aurait dû être systématique. C'est lui qui aurait dû enregistrer tous ces recueils qu'il a publiés au long des années. Heureusement pour les férus des histoires de Pierre Bellemare, les bibliothèques pour lesquelles enregistrent des lecteurs bénévoles en proposent, et les lecteurs bénévoles y mettent, comme toujours, tout leur coeur.
J'ai d'ailleurs remarqué que l'une des histoires de ce recueil («Méchant garçon»), avait été enregistrée par Pierre Bellemare. Il est un peu étrange de voir que certains faits ont été changés d'une version à l'autre. Je pensais qu'il ne retouchait pas ses histoires...

Éditeur: Albin Michel.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Francine Jockes pour l'association Valentin Haüy.
Je n'ai pas l'orthographe exacte du nom de la lectrice, je lui présente donc mes excuses si celui-ci est mal écrit.
La lectrice a une voix agréable. Elle met le ton approprié. Il est un peu dommage qu'elle singe un accent allemand dans «Une erreur de l'univers», car elle prend une voix saccadée, et son accent est caricatural.

Acheter « Destins sur ordonnance » sur Amazon