Fonctions vitales

L'ouvrage:
L'équipe médicale d'un hôpital renommé se rend compte que l'un de ses patients a disparu. C'est un vieux monsieur, il n'a pas pu aller bien loin. Pourtant, il est impossible de le retrouver.

Molly Picker va voir un énième client. Elle constate que la lubie de celui-là, c'est de jouer au gynécologue. Seulement, le jeu prend une tournure désagréable... Molly est droguée, et se réveille chez elle, allongée dans son vomi. Que s'est-il passé?

Critique:
C'est le premier roman de Tess Gerritsen que je lis. Globalement, je l'ai bien aimé. D'abord, l'auteur sait maintenir le suspense. Bien sûr, le lecteur se doute que quelque chose se trame, mais il ne comprend pas d'où cela vient, ni ce que c'est jusqu'à ce que l'auteur le décide.
En outre, un lecteur aguerri de romans policiers saura très bien que les deux histoires sont liées. Mais là encore, il n'arrivera pas à faire le lien avant que l'auteur ne le décide.

Ensuite, Tess Gerritsen tisse habilement une toile autour du personnage de Toby Harper, et le lecteur, à l'instar de Toby, s'en rend compte trop tard. Je me suis doutée de certaines choses avant elle, mais cela ne m'a pas empêchée de penser que j'aurais dû les voir venir avant.
Certaines ficelles semblent assez grosses, pourtant, elles ont été utilisées si savamment que je n'ai pas su les déceler. Je ne donnerai pas d'exemples, de peur de dévoiler trop de choses.

Le dénouement est prévisible, et en cela, Tess Gerritsen respecte les codes. Cela m'a plu, car en matière de fins de polars, j'aime bien que ce code soit respecté. En plus, ce n'était pas trop gros.
L'histoire d'amour ébauchée n'attirera pas mes foudres, car je ne la trouve ni trop téléphonée ni trop rapide.

Par ailleurs, la vie privée de Toby est artistiquement mêlée aux événements qui arrivent à l'hôpital. En général, les auteurs font cela, mais ici, je trouve que c'est mieux fait que chez certains.

Les personnages sont sympathiques, et Toby force l'admiration du lecteur. À un moment, d'ailleurs, Vicky lui reproche de vouloir se faire passer pour une sainte. Ça devrait agacer le lecteur, mais non, car Toby a ses faiblesses, et n'est pas infaillible. Quant à Vicky, elle est souvent agaçante... J'ai trouvé dommage qu'à la fin, Tess Gerritsen n'ait pas écrit une scène où elle se serait platement excusée d'avoir douté de sa soeur.
D'autres personnages sont sympathiques: Dvorac, malgré son air d'ours mal léché, et surtout, Robby qui a parlé à la mauvaise personne au mauvais moment.
On éprouve bien sûr beaucoup de compassion pour Molly. Il est dommage que l'auteur ne lui ait pas donné une autre chance... Mais après tout ce qu'elle a subi, Molly aurait-elle pu la saisir?
Quant aux «méchants», certains sont juste détestables, mais l'un d'eux, apparemment, croit vraiment en ce qu'il fait, et aimerait le faire sans tuer et faire mal à d'autres. Malheureusement, ce côté n'est montré qu'à la fin.

L'auteur aborde des thèmes assez sombres: la mort, la maladie, la dégénérescence, la prostitution, les relations familiales conflictuelles, l'incertitude de l'avenir...
Ce que tentent de faire les «méchants», c'est une chose dont tout le monde rêverait de bénéficier. C'est en cela qu'on peut se demander, comme a l'air de le faire Toby, et comme le fait l'un des «méchants», ce que ça aurait donné si ça avait été fait proprement, et si ça avait pu marcher.

Je sais que Tess Gerritsen a écrit beaucoup d'autres livres. Je me demande s'il n'y en a pas d'autres où on retrouve Toby, car outre qu'elle est sympathique, on a envie de savoir la suite de ce qui lui arrive.

Éditeur français: Calmann-Lévy.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par George Guidall pour les éditions Recorded Books.

Acheter « Fonctions vitales » sur Amazon