Lecteur : Flosnik Anne

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, 31 mai 2010

Aide-moi, de Nicci French.

 Aide-moi

L'ouvrage:
Holly est à une fête avec des amis. Au cours de la soirée, elle se retrouve embarquée dans une dispute avec un malotrus. Plus tard, tout cela prend une tournure bien différente. Holly finit la soirée en pleine orgie. Elle rentre chez elle à l'aube, et se rend compte qu'elle a oublié de remettre son alliance.

Critique:
Ce livre est intéressant, car les auteurs présentent un personnage complexe, qui ne laissera pas le lecteur indifférent. Holly fait des choses qu'elle regrette, mais qu'elle ne peut pas s'empêcher de faire. Elle est dépressive et souffre de troubles bipolaires. Cela se manifeste, entre autres, par ses actes inconsidérés, et par le fait qu'elle peut passer des jours sans dormir.
Parallèlement à cela, elle tente de se reconstruire... Sa psychologie est captivante, car elle lutte contre elle-même.

Un autre aspect du roman interpelle le lecteur: l'étau qui se resserre autour d'Holly. Tout lui arrive en même temps. Soudain, pour diverses raisons, certains ont des différends avec elle, et au lieu de se remettre en question, en veulent à Holly, l'accusant de tous les maux. Je pense notamment à Debra et Stuart. Cela n'est pas manichéen, car ici, tout le monde a plus ou moins tort et raison.
Ensuite, autre chose menace Holly, et là encore, le lecteur ne peut pas complètement la blâmer. Tout est de sa faute, mais cela vient de quelque chose qu'elle n'a pas pu contrôler.

La «seconde mort» d'Holly est prévisible. Je ne l'ai pas vue venir, ce qui veut dire que les auteurs l'ont adroitement amenée, mais peut-être d'autres lecteurs s'en douteront-ils. En effet, quand on y pense, on peut comprendre (sans excuser), que quelque chose de ce genre puisse arriver. C'est tout de même effrayant: qu'une personne moyenne en arrive à cela... Comme dit Meg, il y avait une solution bien plus simple. Holly, elle, comprend pourquoi cela en arrive à cette extrémité.

L'énigme n'est pas le centre de l'histoire. C'est plutôt la cerise sur le gâteau, et elle découle de l'intrigue principale, axée sur la psychologie des personnages. Il ne faut pas lire ce roman en s'attendant à un suspense haletant, car son but est plus d'analyser certaines psychologies. C'est en cela qu'il est bien plus fouillé, bien plus fascinant qu'un polar ou thriller classique aux personnages peu épais.

Note: je trouve les romans de Nicci French inégaux. J'ai aimé ceux que j'ai chroniqués ici, mais j'ai déjà dit, dans une critique précédente, que deux autres («Feu de glace» et «Dans la peau») ne m'avaient pas plu. D'autre part, je n'ai pas réussi à finir «Jusqu'au dernier» et «Mémoire piégée». Je réessaierai peut-être ces romans un de ces jours.

Éditeur français: Fleuve Noir.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Anne Flosnik pour les éditions Brilliance audio.

Acheter « Aide-moi » sur Amazon

jeudi, 18 février 2010

Charlie n'est pas rentrée, de Nicci French.

Charlie n'est pas rentrée

L'ouvrage:
C'est bientôt Noël.
C'est également l'anniversaire de Nina Landry.
Ce jour-là va être assez mouvementé, car elle part en vacances avec ses deux enfants, Charlie et Jackson, et son petit ami, Christian. Tout semble jouer contre elle: sa voiture a besoin d'une réparation, sa fille (Charlie) lui a organisé une fête d'anniversaire surprise, et pour couronner le tout, ladite fille n'est pas rentrée à la maison, après une nuit chez une amie. Elle avait pourtant promis qu'elle serait là à temps pour faire ses valises avant le départ. Après avoir laissé plusieurs messages exaspérés sur le répondeur du portable de Charlie, Nina commence à s'inquiéter, et prévient la police.

Critique:
Le livre démarre un peu doucement, mais j'ai apprécié cette lenteur. Les auteurs plantent bien le décor, prennent le temps de nous présenter les personnages. On entre dans la vie de Nina et de ses enfants, et on y prend plaisir.

Par la force des choses, Nina doit faire intrusion dans la vie privée de Charlie, et elle découvre des pans entiers de la vie de sa fille. C'est assez difficile, car elle viole l'intimité de Charlie par nécessité, et découvre des choses qui font qu'elle la cernera mieux, et qu'elle pourra la sauver.

C'est une histoire assez banale, mais les auteurs savent nous la rendre intéressante voire palpitante. Ils construisent peu à peu le puzzle de la vie de Charlie, nous concédant par ci par là une information qui permet de retracer ses actes, mais aussi de la connaître.

Les personnages sont globalement sympathiques. On comprend l'angoisse de Nina, les motivations et les sentiments de Charlie, et bien sûr, on éprouve de la compassion envers Jackson qui ne sait pas trop où est sa place, ne pouvant pas faire grand-chose pour aider, qui réclame de l'attention parce que tout le monde s'inquiète pour sa soeur, et qui s'inquiète aussi.
De ce point de vue, les auteurs sont toujours aussi fins: ils analysent bien la psychologie des personnages.

Les auteurs nous envoient sur une fausse piste, mais ils ne le font pas avec de gros sabots, comme certains autres. En outre, ils ne nous promènent pas sur cette fausse piste pendant des pages et des pages. Donc, ils font juste ce qu'il faut pour que le lecteur et Nina soupçonnent quelque chose, mais ne nous laissent pas nous enferrer et nous ennuyer.

Je ne ferai que deux reproches à ce roman.
Là encore, on retrouve une police molle, se moquant presque des inquiétudes de Nina, et finalement, préférant la suspecter au lieu de l'aider. Ça devient un peu lassant. Outre que cela fait passer les policiers pour des fantoches payés à ne rien faire, si ce n'est à palabrer interminablement, cela n'est pas très crédible. On comprend qu'une mère angoissée fera tout ce qui est en son pouvoir pour retrouver sa fille, mais de là à être plus futée et plus débrouillarde que la police, police qui, en plus d'être inerte, refuse d'être aidée par le commun des mortels, c'est-à-dire Nina. Cette ficelle devient de plus en plus insupportable, car elle est éculée. Il serait bon que les auteurs changent un peu, et qu'accessoirement, ils cessent de dépeindre la police comme inutile, bornée, et méprisante. Je n'ai pas d'amitié particulière pour la police, mais ce refus systématique d'aider les victimes que l'on retrouve chez Nicci French rend les auteurs de moins en moins crédibles.

La fin souffre de quelques longueurs. Par exemple, Nina refuse d'être soignée tant qu'elle ne sait pas comment va Charlie, elle le répète sur des pages et des pages, et les médecins, presque aussi benêts que les policiers, qui lui parlent comme si elle était idiote, et ne veulent pas qu'elle voie sa fille. C'est un peu lourd, à la longue.

Éditeur français: À vue d'oeil.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Anne Flosnik pour les éditions Brilliance audio.
Comme vous l'aurez compris si vous cliquez sur le lien, j'ai lu ce roman en anglais. J'ai été un peu gênée par l'accent anglais d'Anne Flosnik, moi qui préfère l'accent américain, mais elle lit très bien, même si elle force un peu pour les voix d'hommes. Donc, j'ai vite surmonté ma gêne.

Acheter « Charlie n'est pas rentrée » sur Amazon