C'est ainsi

L'ouvrage:
Après que sa fiancée, Sarah, a rompu, Patrick Oxtoby part tout recommencer ailleurs. Il espère, en faisant table rase de son passé, construire une nouvelle vie.

Critique:
Comme dans ses autres romans, Maria Joan Hyland s'attache à montrer un personnage dont la psychologie fera l'essentiel du récit. Ici, on assiste à une espèce de parcours initiatique de Patrick. Au départ, il pense naïvement qu'il lui suffit de tout laisser derrière lui, de faire peau neuve ailleurs, pour que la vie lui sourie. C'est l'une des premières choses que le lecteur trouvera étrange. Pourquoi s'enfuir? Que va concrètement lui apporter cette fuite? En outre, on se demande ce qu'il fuit exactement... Peut-être la réaction de ses parents...

L'auteur plante le décor de manière assez habile. Elle montre comment Patrick s'habitue à sa nouvelle vie, comment il réagit à tel ou tel événement... Le lecteur commencera par penser que le héros est parfois impulsif, emporté... Puis les choses prendront un tournant à la fois préparé et inattendu. En effet, les petites choses que nous savons quant au caractère de Patrick font pressentir un événement de ce genre, mais la petite vie simple décrite par l'auteur n'est pas adaptée à un tel choc.

Dans la deuxième partie du roman, la romancière fait passer son personnage par plusieurs phases. D'abord très centré sur lui et sur l'idée qu'il veut faire passer, il se remettra ensuite en question, et apprendra (dans une certaine mesure) à écouter les autres, et à reconnaître, outre sa faute, qu'il n'a pas su profiter de ce que lui offrait la vie. Il va même plus loin en affirmant qu'il serait capable, malgré la leçon qu'il a eue, de commettre d'autres erreurs...

Au long du roman, j'ai oscillé entre plusieurs sentiments à l'égard du narrateur. Son caractère parfois sans nuances, sa rapidité à vouloir sortir avec une femme, ses «colères» m'ont fait le trouver assez pénible. Cependant, sa remise en question, les choses qu'il découvre sur lui-même alors qu'il pense que tout est perdu, sa manière d'agir avec certains (dans la deuxième partie), ainsi que sa détresse, m'ont fait éprouver de la compassion pour lui. Il est loin d'être tout d'une pièce.

Comme dans ses autres romans, l'auteur montre une famille où les relations sont compliquées, voire superficielles. Si Patrick semble rejeter ses parents, comme un enfant ayant besoin de liberté, au début, ceux-ci ne sont pas là quand notre héros crie son désarroi. Leur défection est bien plus grave que le besoin de prendre l'air du narrateur, au début du roman.

Une réflexion approfondie sur l'âme humaine, sur le tournant que peut prendre une vie...

Éditeur français: Actes Sud
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Rupert Farley pour les éditions Clipper Audio.

Acheter « C'est ainsi » sur Amazon