Dans tes yeux

L'ouvrage:
John Egan a onze ans. Il est déjà très grand, et sa voix a commencé à muer. Il vit avec ses parents et sa grand-mère. Il est heureux...
Un jour, il se rend compte que son père lui ment à propos d'une chose qu'on pourrait considérer secondaire. C'est alors que John se persuade qu'il est un détecteur de mensonges humain.

Critique:
Voilà un livre assez déroutant. J'ai retrouvé la même difficulté à communiquer que dans «Le voyage de Lou». L'auteur ne fait pas cela de manière grossière. En apparence, les parents de John agissent pour son bien. Ils en sont persuadés, et on pourrait presque s'en convaincre. Seulement, de menus détails montrent qu'ils passent à côté de leur fils. D'abord, sa mère, à l'instar de certains idiots, se préoccupe de sa «croissance accélérée». Elle veut l'emmener voir un médecin, etc. Au lieu de tenter de le complexer, elle aurait sûrement dû lui dire de laisser les moqueurs, d'être lui-même, d'être fier de ce qu'il est. Son inquiétude montre qu'elle aime maladroitement son fils.

Les parents de John cachent beaucoup de choses en riant, en jouant, ou en expliquant qu'ils ne diront rien, alors qu'il dédramatiseraient certaines situations en mettant tout à plat. Ils ne connaissent pas vraiment leur fils qui est, en fait, un garçon hypersensible. Il détecte certains mensonges parce qu'il perçoit qu'on le trahit, et il ne le supporte pas. Il en fait un avantage, et essaie même de se convaincre que la conséquence de cette détection (ses vomissements), est «mécanique», alors qu'elle est due à l’écœurement d'être floué, tenu à l'écart, abusé. Tout comme il ne semble pas à l'aise dans son corps (merci maman qui le complexe), il n'est pas à l'aise dans ce monde de faux-semblants. Il est trop entier.
Une personne parvient à ressentir certaines choses chez lui: l'instituteur remplaçant. Lui non plus ne s'y prend pas toujours bien, mais comment ne pas jubiler à la lecture de ce qu'il fait à Kate?

John semble évoluer seul, parallèlement à ses parents, avec qui il essaie de communiquer. Parfois, il y parvient un peu... Il est moralement livré à lui-même, ce qui fait qu'il agit parfois mal, de manière impulsive.

Je ne sais pas trop quoi penser de l'acte terrible que commet John et de ses conséquences... Il y a quelques notes d'optimisme, surtout avec ce qu'il fait et pense à la fin, mais je n'arrive pas à savoir si ses parents ont vraiment réussi à comprendre sa personnalité. Je suis convaincue que toutes ses frustrations accumulées sont ce qui lui ont fait commettre «l'acte terrible», même si j'en ai été étonnée. Malgré tout, j'ai eu parfois du mal à cerner John... ainsi que ses parents, d'ailleurs.

Ce livre analyse subtilement la psychologie de personnages parfois déroutants, parfois agaçants, souvent attendrissants... La tension se glisse subtilement au coeur de moments où on la croyait loin... La question est finalement: est-ce que l'amour des personnages les uns pour les autres les fera évoluer dans le bon sens et finir par se comprendre?

Éditeur français: Actes Sud.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Gerard Doyle pour les éditions Blackstone audio
Le lecteur a une voix agréable, et met le ton approprié. En outre, il parvient à lire de manière à ce qu'on ressente l'âge du narrateur, mais sans que cela semble joué. Enfin, moi qui préfère de loin l'accent américain, et qui suis souvent arrêtée par d'autres accent, n'ai pas été gênée du tout par celui de ce comédien (irlandais, ou mélange d'anglais et d'irlandais, je pense).

Acheter « Dans tes yeux » sur Amazon